À la découverte de la flore alpine… au coeur de Grenoble

sep article

Notre indépendance c

DIAPORAMA PHOTO – Grâce à sa situation géographique et son climat de station méditerranéenne, la Bastille accueille une flore très riche et possède même un sentier des orchidées. Lors des Rencontres botaniques alpines, organisées ce samedi 30 avril par Gentiana, la société botanique dauphinoise Dominique Villars, nous avons emprunté ce chemin pittoresque pour découvrir ses trésors. Découverte.

 

 

 

Tamier com­mun, ophrys bécasse, saxi­frage à trois doigts, glo­bu­laire… Voilà quelques-uns des spé­ci­mens que les par­ti­ci­pants des sor­ties bota­niques ont pu décou­vrir dans le cadre des Rencontres bota­niques alpines, ce samedi 30 avril. Une expé­rience de science par­ti­ci­pa­tive : cha­cun découvre et apprend à mieux connaître la flore locale à tra­vers des balades com­men­tées, ses propres obser­va­tions et les pré­ci­sions d’autres par­ti­ci­pants, tous ama­teurs de bota­nique.

 

Découvrez les images de la visite du « sen­tier des orchi­dées à la
Bastille » et de la sor­tie-décou­verte des plantes sau­vages des rues de Grenoble, inti­tu­lée « Sauvages de ma Métro ». Pour démar­rer, pas­sez le cur­seur sur la photo et cli­quez sur la petite flèche en haut au centre.

 

 

 

© Yuliya Ruzhechka – placegrenet.fr

 

 

commentez lire les commentaires
4418 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Il y a deux erreurs de déter­mi­na­tion
    – le laser odo­rant est en fait le laser de France
    – le rosier des chiens est en fait le ner­prun ala­terne

    sep article
    • YR

      20/07/2016
      9:56

      Merci pour vos pré­ci­sions. Ces erreurs sont désor­mais cor­ri­gées.

      sep article