Yoann Bourgeois © Géraldine Aresteanu

Yoann Bourgeois : “Avec Rachid Ouramdane, on est deux figures d’une forme d’indiscipline”

Yoann Bourgeois : “Avec Rachid Ouramdane, on est deux figures d’une forme d’indiscipline”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

ENTRETIEN – Après trente ans de direction du centre national chorégraphique de Grenoble (CCNG) par Jean-Claude Gallotta, c’est le duo artistique composé par Yoann Bourgeois et Rachid Ouramdane qui prend la relève. Une codirection – modèle inédit pour cette institution – qui laisse présager de nouvelles perspectives. Trois mois après sa prise de fonction, le circassien Yoann Bourgeois nous parle de la manière dont il envisage cette collaboration avec le danseur et chorégraphe Rachid Ouramdane.

 

 

Interview réa­li­sée par Manon Garbez et Maïlys Olié*

 

 

 

Depuis le mois de janvier, vous avez pris la tête du CCNG avec Rachid Ouramdane. Comment se passe le début de cette codirection ?

 

 

Yoann Bourgeois © Géraldine Aresteanu

Yoann Bourgeois. © Géraldine Aresteanu

Très bien ! Je prends la mesure de ce que repré­sente la direc­tion d’un tel lieu dans le contexte local actuel. En même temps, je com­mence à éprou­ver ce que codi­ri­ger veut dire. Une codi­rec­tion n’avait jamais encore été faite. C’était une véri­table prise de risques de notre part. Et je n’aurais pas can­di­daté sous une autre condi­tion. Il n’y avait jamais eu d’artiste de cirque non plus.

 

 

Quand on s’est choisi réci­pro­que­ment avec Rachid, on a fait le choix de la com­plé­men­ta­rité de nos uni­vers. Cela signi­fie que les ques­tions d’équipe sont pri­mor­diales. Je crois qu’avec Rachid on s’est bien trou­vés, et on est débor­dants d’enthousiasme et d’énergie pour mettre en mou­ve­ment ce lieu.

 

 

 

Quel est votre projet esthétique, votre volonté commune de départ ?

 

Ce pro­jet, je le vois comme un retour­ne­ment des mis­sions habi­tuel­le­ment impar­ties aux centres de créa­tion. Parce que ces lieux sont bali­sés par un cahier des charges qui impose une cer­taine idée de la créa­tion et un cer­tain nombre d’autres mis­sions. Cette manière de poser les choses n’a de sens ni pour Rachid ni pour moi. On est deux figures d’une forme d’indiscipline à notre manière, même si lui vient plu­tôt de la danse, moi plu­tôt du cirque. Pour nous, la créa­tion n’est pas pre­mière mais découle d’un cer­tain nombre de rapports.

 

Dans l’esthétique de Rachid, les rap­ports avec dif­fé­rentes com­mu­nau­tés sont à l’origine de la créa­tion poé­tique. Ma créa­tion découle plu­tôt de mon rap­port aux envi­ron­ne­ments. Je fais beau­coup de créa­tions in situ, qui activent toute ma pen­sée scé­no­gra­phique. Nous avons une manière d’aller dans la créa­tion qui est très libre et on espère qu’elle va régé­né­rer l’institution. Nous avions aussi l’envie de pen­ser et créer un nou­vel outil pour la danse avec cette institution.

 

 

 

Quelles nouvelles possibilités cette collaboration au CCNG vous ouvre-t-elle ?

 

Elle me per­met de chan­ger de tem­po­ra­lité, de ne plus pen­ser pro­jet après pro­jet, ce qui est vrai­ment une limite pour moi. Je peux main­te­nant ins­crire un pro­ces­sus de tra­vail dans le temps et dans l’espace.

 

 

 

Comment définiriez-vous votre processus de création ?

 

Il n’y a jamais un modèle qui pré­existe pour moi. Je reste très à l’écoute de ce qui est en train de se faire. C’est ce qui déter­mine mon cadre. J’ai un grand plai­sir à pou­voir faire des pièces de tous les for­mats, de toutes les moda­li­tés de pro­duc­tion, et de diffusion.

 

Il y a assez peu cette idée de varia­tion dans le spec­tacle, plus dans la musique ou dans la pein­ture. J’ai envie de par­ler de ça parce que, au fond, ma démarche est un peu arti­sa­nale. J’ai l’impression de faire, refaire et re-refaire. Et c’est comme ça que j’avance, je ne connais pas d’autre manière. Je pense que c’est au prix de cette répé­ti­tion que les choses gagnent en consistance.

 

 

Comment faites-vous pour concilier vie professionnelle et vie personnelle ? Est-ce possible ?

 

Non ! Les deux sont tota­le­ment fusion­nées, ou alors je n’ai pas de vie per­son­nelle, je ne sais pas ! (rires) C’est vrai, je n’ai pas d’autres choses que ce que je fais. J’en ai besoin pour vivre.

 

 

 

Continuez-vous à pratiquer le cirque ?

 

Oui, j’y redé­couvre en per­ma­nence des choses impor­tantes. J’ai besoin de repas­ser par les étapes par les­quelles j’étais déjà passé. Et qui, à la fois, ne sont plus tout à fait les mêmes. Elles me per­mettent de voir que, moi non plus, je ne suis plus le même. J’ai le sen­ti­ment d’avancer en spirale.

 

 

 

Pourquoi êtes-vous autant attaché à la ville de Grenoble ?

 

Je suis né ici. Toute mon enfance, on m’a raconté Grenoble. J’ai donc eu le temps de fan­tas­mer cette ville. Je crois aussi que j’y suis atta­ché parce que j’y ai mes racines, que je n’ai décou­vertes que bien plus tard lorsque je suis arrivé à 28 ans. Monter ma com­pa­gnie, c’était créer quelque part. Il y avait donc cette impor­tance don­née à « où être », et l’envie d’aimer là où je suis.

 

Puis, d’une manière très concrète, j’adore les mon­tagnes. Ce rap­port à cet envi­ron­ne­ment-là, cette géo­gra­phie, cette typo­gra­phie est très impor­tant pour moi et m’enthousiasme. J’aime beau­coup Grenoble, parce qu’elle est très com­po­site, en terme de com­mu­nauté mais aussi d’architecture.

 

 

*Propos recueillis par Manon Garbez et Maïlys Olié, étu­diantes en Master Diffusion de la culture

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

AD

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Yoann Bourgeois © Géraldine Aresteanu
Le directeur de la CCN2 de Grenoble Yoann Bourgeois accusé de plagiats dans une vidéo anonyme

  FOCUS - Yoann Bourgeois, le directeur du CCN2 de Grenoble, se serait-il rendu coupable de nombreux plagiats dans ses créations au fil des années? Lire plus

Nouvelle saison audacieuse et éclectique à l’Odyssée et L’autre Rive d’Eybens

  FOCUS – À Eybens, la nouvelle saison de l’Odyssée et de l'Autre Rive s’est ouverte avec toujours le même désir de faire découvrir de nouveaux Lire plus

Théâtre social, cirque poétique, danse… Gros plan sur la programmation artistique de L’Heure Bleue qui vient de débuter en fanfare sa saison 2019-2020.
Mixité et découvertes en pagaille pour la nouvelle saison de l’Heure Bleue à Saint-Martin-d’Hères

FOCUS - Gros plan sur la programmation artistique de L’Heure Bleue qui vient de débuter en fanfare la saison 2019-2020. Au programme : du théâtre Lire plus

Invitation au voyage avec la nouvelle « saison culturelle » de Seyssins et Seyssinet à L’Ilyade et au Prisme

  FOCUS – Cette année comme l'an dernier, le Prisme de Seyssins et le centre culturel L'Ilyade de Seyssinet-Pariset proposent au public une "saison culturelle" Lire plus

Appel au boycott des cirques avec animaux dans les rues de Villard-de-Lans (Isère). Alors que la prise de conscience grandit, les maires restent démunis.
Cirques avec animaux : tandis qu’à Villard-de-Lans une campagne appelle au boycott, les maires restent démunis

  EN BREF - À Villard-de-Lans, la venue du cirque Zavatta n'est pas du goût de tous. Depuis la semaine dernière, une campagne d'affichage sauvage Lire plus

Le festival Belledonne en Cirque © Benoit Peloso
Festival Belledonne en Cirque : une troisième édition très acrobatique au-dessus de l’eau

REPORTAGE VIDÉO - Pour cette troisième édition, qui s'est tenue les 6 et 7 juillet 2019 à Revel, le festival Belledonne en Cirque a mis Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

23/09

22h35

|

|

23/09

13h57

|

|

23/09

10h21

|

|

23/09

9h40

|

|

22/09

12h47

|

|

22/09

11h34

|

|

22/09

10h50

|

|

22/09

10h12

|

|

22/09

9h49

|

|

21/09

19h03

|

Hexagone - Moving earth

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Espace Aragon

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin