Pour sa 14e édition, le Printemps du livre courtise la jeunesse

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

FOCUS – La 14e édition du Printemps du livre se déroule du 30 mars au 3 avril au Musée de Grenoble et dans les bibliothèques de l’agglomération grenobloise. Cette année, l’accent est mis sur une jeunesse qui se fait rare dans ce type de rendez-vous littéraire. Julien Delmaire, poète, slameur et auteur invité à mener une master class d’écriture avec des lycéens en amont de l’événement, nous parle de son expérience avec ses cinq jeunes apprentis.

 

 

 

Visuel de l'édition 2016 du Printemps du livreLes fes­ti­vals lit­té­raires n’ont pas le vent en poupe chez les jeunes. Le Printemps du livre, en dépit de sa renom­mée, de la qua­lité de sa pro­gram­ma­tion et de sa forte fré­quen­ta­tion, n’échappe pas à cet état de fait. C’est pour­quoi Carine d’Inca, coor­di­na­trice du fes­ti­val, et son équipe ont mis en place dif­fé­rentes actions visant à séduire la jeu­nesse, plus prompte à fré­quen­ter les fes­ti­vals musi­caux.

 

C’est sur­tout en amont que ça se passe, comme c’est le cas de l’ensemble des actions de média­tion menées en direc­tion de tous les publics. Il y a, bien sûr, le tra­vail en col­la­bo­ra­tion avec les classes et leurs ensei­gnants, qui pré­parent des ren­contres avec les auteurs invi­tés. Mais jusque-là, rien de nou­veau sous le soleil. Même s’il faut recon­naître à ces ren­contres le pou­voir de sus­ci­ter chez les élèves, plus cou­tu­miers des auteurs morts, un inté­rêt réel pour l’acte d’écrire.

 

 

 

Utiliser les outils de communication de la jeunesse

 

 

« Devenez book­tu­bers » nous inter­pelle le site du Printemps du livre. Autrement dit, les inter­nautes sont invi­tés à expri­mer leur enthou­siasme à l’endroit d’un livre de la sélec­tion du fes­ti­val, face caméra, pen­dant une minute trente envi­ron. La vidéo, ou book­tube, est ensuite pos­tée sur la chaîne Youtube du Printemps du livre. Une manière de ren­con­trer la jeu­nesse via les outils de com­mu­ni­ca­tion qu’elle uti­lise.

 

 

 

Autre concept voué à séduire la jeu­nesse : la « bat­tle de coups de cœur » orga­ni­sée le 1er avril dans la salle de sémi­naire du Musée de Grenoble. Le terme anglais de « bat­tle », emprunté au monde du hip-hop, ren­voie ici à un affron­te­ment, paci­fié bien sûr, où cha­cun est invité à défendre son livre favori dans un temps déter­miné.

 

Enfin, à la demande de Corinne Bernard, adjointe à la culture de la ville de Grenoble, dési­reuse, elle aussi, de voir les jeunes fré­quen­ter davan­tage le fes­ti­val, la bande des­si­née a été réin­tro­duite dans la sélec­tion après y avoir fait un court pas­sage lors des pre­mières édi­tions.

 

 

 

Une master class avec le poète et slameur Julien Delmaire

 

 

Master class d'écriture poétique animée par Julien Delmaire © Ville de Grenoble

Master class d’é­cri­ture poé­tique ani­mée par Julien Delmaire. © Ville de Grenoble

Pour insuf­fler le goût du lit­té­raire, rien de tel que de faire écrire. D’où l’organisation d’une mas­ter class menée par l’auteur, poète et sla­meur Julien Delmaire, habi­tué des salons et autres fes­ti­vals lit­té­raires autant que des cercles davan­tage liés à la musique ou au slam.

 

 

Cette année, il fait d’ailleurs le pont entre le Festival Détours de Babel, où il joue « Spoken blues » au côté de Nicolas Repac, samedi 2 avril au Théâtre muni­ci­pal, et le Festival du Printemps du livre.

 

 

Les cinq lycéens ayant par­ti­cipé à la mas­ter class res­ti­tue­ront, accom­pa­gnés eux aussi du musi­cien Nicolas Repac, une par­tie de leurs poèmes au Musée de Grenoble le 1er avril à 18 heures.

 

Mais pour­quoi le terme « mas­ter class » plu­tôt qu’« ate­lier d’écriture » ? Par goût des angli­cismes ? « L’idée était d’amener les jeunes à appro­fon­dir une pra­tique de l’écriture qu’ils avaient déjà. Il ne s’agissait pas d’un ate­lier d’écriture clas­sique. Là, pen­dant trois jours, soit une quin­zaine d’heures d’écriture, on a essayé de pra­ti­quer de manière inten­sive afin d’accompagner le pro­ces­sus d’écriture de cha­cun », nous explique Julien Delmaire.

 

Julien Delmaire DR

Julien Delmaire. DR

Les cinq par­ti­ci­pants fré­quentent le lycée Argouges, le Lycée pro­fes­sion­nel des Charmilles et le Lycée inter­na­tio­nal Europole. « Tous écri­vaient déjà pour eux. Ils avaient des textes sur leurs ordi­na­teurs ou sur leurs cahiers. Je me suis senti entouré de per­sonnes pour qui l’écrit avait déjà une impor­tance au-delà de ce qu’on leur demande de pro­duire au lycée », ajoute Julien Delmaire, qui ne cache pas son admi­ra­tion pour les poèmes écrits lors de cette mas­ter class. Des textes qui méritent une publi­ca­tion, d’après lui.

 

Le thème de la mas­ter class ? « Jazz, des mots dans la nuit ». « Au-delà de la musique « jazz » (cer­tains textes ont été écrits en écou­tant et en s’im­pré­gnant de la musique de Miles Davis), c’est d’a­bord l’at­mo­sphère qui m’in­té­res­sait : une ambiance noc­turne, urbaine, poé­tique, char­nelle et habi­tée. »

 

À la ques­tion de savoir si ce type d’initiative peut inci­ter, par l’exemple, d’autres jeunes à retrou­ver le goût de la lit­té­ra­ture et, le cas échéant, à fré­quen­ter le fes­ti­val du Printemps du livre, le poète répond :

 

« Ce n’est pas tou­jours évident de ras­sem­bler les jeunes au sein d’un fes­ti­val, c’est sûr. Mais je fais beau­coup d’ateliers dans les col­lèges et lycées et je me rends compte que les jeunes lisent. D’ailleurs, l’un des rares sec­teurs de l’édition qui se porte encore bien, c’est celui de la lit­té­ra­ture jeu­nesse. »

 

Secteur jeu­nesse éga­le­ment repré­senté lors du Printemps du livre par des invi­tés tels que Mathieu Robin ou Estelle Savasta. Cette der­nière avait donné pour la scène, à la MC2 l’an passé, une très belle adap­ta­tion de l’album d’Isabelle Carier, La Petite Casserole d’Anatole.

 

 

Adèle Duminy

 

 

 

INFOS PRATIQUES

 

Festival du Printemps du livre

Lectures, par­cours lit­té­raires, débats, per­for­mances artis­tiques, dédi­caces et signa­tures

Bibliothèques muni­ci­pales de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise et Musée de Grenoble

Du 30 mars au 3 avril 2016

 

Bar de La Belle Électrique (en par­te­na­riat avec le Festival du Printemps du livre et le fes­ti­val Détours de Babel)

Rencontre apéro poé­tique sla­mée avec Julien Delmaire

Mercredi 30 mars, à 18 heures

Entrée libre

 

Salle de sémi­naire du Musée de Grenoble (en par­te­na­riat avec le Festival du Printemps du livre et le fes­ti­val Détours de Babel)

Restitution de la mas­ter class menée par Julien Delmaire, Jazz, des mots dans la nuit

Accompagnement musi­cal : Nicolas Repac

Vendredi 1er avril, à 18 heures

Entrée libre

 

Théâtre muni­ci­pal de Grenoble (en par­te­na­riat avec le Festival du Printemps du livre et le Festival Détours de Babel)

Spoken blues avec Nicolas Repac et Julien Delmaire

Samedi 2 avril, à 19 h 30

Gratuité pour les moins de 26 ans et minima sociaux / 5 à 8 euros

 

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
1872 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.