L’accident de chasse à Revel relance le débat du partage de l’espace

sep article

Creative Mobilities Mou

FOCUS – Après l’accident de chasse qui a coûté la vie à un étudiant grenoblois, le samedi 10 octobre, à Revel, les réactions se multiplient. La Frapna et la LPO Isère, deux associations de protection de la nature, dénoncent « une politique de laisser-aller » et demandent notamment de nouvelles mesures de prévention et de sécurité pour un meilleur partage des espaces. Le débat est lancé.

 

 

 

La Frapna et la LPO Isère réagissent après l'accident de chasse du 10 octobre. © Chasseur de France

« Le permis de chasse une fois délivré est valable à vie », dénoncent la Frapna et la LPO Isère. © Chasseur de France

« La survenance d’un tel drame n’est pas une surprise », estiment la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature  (Frapna) et la Ligue de protection des oiseaux (LPO) Isère dans un communiqué de presse commun en date du 12 octobre, suite à l’accident de chasse survenu deux jours plus tôt, à Freydières, sur la commune de Revel, en Isère.

Un accident au cours duquel un étudiant grenoblois de 20 ans a trouvé la mort. Le jeune homme, « originaire de Nîmes » et « étudiant en géographie » selon l’AFP, aurait été tué accidentellement par un coup de fusil de chasse alors qu’il se promenait sur un chemin forestier avec un ami.

 

Le chasseur âgé de 61 ans soupçonné d’être à l’origine de ce tir a, lui, été mis en examen en début de semaine pour homicide involontaire et libéré sous contrôle judiciaire, d’après le site internet de France 3 Alpes.

 

 

 

« Le résultat d’une politique de laisser-aller »

 

 

Face à cet événement, la Frapna Isère et la LPO Isère dénoncent la « prise en otage de la nature et des citoyens » par les chasseurs et « l’insuffisance des règles obligatoires de sécurité ». Les deux associations départementales de défense de l’environnement estiment également que cet accident « n’est pas fortuit mais le résultat d’une politique de laisser-aller irresponsable mise en place afin d’enrayer la réduction du nombre de chasseurs ».

 

Des chasseurs contrôlés par des agents de l'ONCFS. © Bertrand Benazeth - Wikipedia

Des chasseurs contrôlés par des agents de l’ONCFS. © Bertrand Benazeth – Wikipedia

« Si la chasse est autorisée, il est intolérable que cela soit au détriment de la sécurité et de la quiétude des non-chasseurs », ajoutent-elles. Les deux associations pointent notamment du doigt le manque de formation.

 

« L’aptitude technique du chasseur n’est jamais contrôlée, le permis de chasse une fois délivré est valable à vie. Aucune formation continue ou évaluation ponctuelle n’est obligatoire. Une infirme minorité de chasseurs a passé un examen pratique validant son permis de chasse, cet examen n’ayant été rendu obligatoire qu’en 2003, et près de la moitié des chasseurs n’a jamais eu à passer d’examen. La réforme de cet examen pratique depuis 2014 ne concerne que les nouveaux chasseurs », expliquent-elles.

 

La Fédération départementale des chasseurs de l’Isère, qui compte 18.000 chasseurs licenciés, se dit de son côté « profondément touchée par cet accident ». Elle rappelle par la voix de son président, Jean-Louis Dufresne, que « 750 chasseurs sont formés chaque année » en Isère et que, depuis 2007, plus de 6.000 chasseurs ont bénéficié d’une formation. « Depuis cette année, nous mettons en place des formations sur le terrain », ajoute-t-il.

 

 

 

Des problèmes récurrents ? 

 

 

Ce nouvel accident serait-il l’arbre qui cache la forêt ? Des problèmes avec les chasseurs auraient en effet déjà été signalés à plusieurs reprises aux autorités compétentes, selon France 3 Alpes. Dans un article publié le 12 octobre sur son site internet, le média explique que plusieurs témoignages sont parvenus ces derniers jours à la rédaction. France 3 Alpes fait notamment part du témoignage d’une chasseuse surnommée “Mauricette” et d’une lettre qu’elle aurait adressée à l’Office national de la chasse, au maire de Revel, à la Fédération des chasseurs, au procureur de la République et au préfet de l’Isère.

 

La lettre publiée par France 3 Alpes dénonçant des incidents avec des chasseurs. © France 3 Alpes

La lettre publiée par France 3 Alpes dénonçant des incidents avec des chasseurs. © France 3 Alpes

 

Dans ce courrier, elle fait part d’un incident survenu le 20 septembre 2013, à Freydières. Un courrier qui serait resté sans réponse… De son côté, Jean-Louis Dufresne tient à rappeler que « le nombre d’accident de chasse est en baisse », ces dernières années. « Il y a entre un et trois accidents par an mais uniquement entre chasseurs et nous n’avions pas eu d’accident mortel depuis dix ans », précise-t-il.

 

Pour la saison 2014/2015, l'ONCFS recense 122 accidents de chasse dont 14 mortels. © ONCFS

Pour la saison 2014-2015, l’ONCFS recense 122 accidents de chasse dont 14 mortels. © ONCFS

 

 

Un appel à la mobilisation 

 

 

Face à ce drame, la Frapna et la LPO Isère appellent à la mobilisation pour « exiger des autorités publiques et des élus de respecter l’aspiration légitime de tout un chacun à se promener, effectuer une activité sportive, randonner, cueillir des champignons, aller à la rencontre de la faune sauvage dans les espaces naturels en toute quiétude et en totale sécurité ».

 

Randonneurs montagne © chartreuse-tourisme.com

Les randonneurs ne peuvent profiter que du vendredi en période de chasse… © chartreuse-tourisme.com

Les deux associations demandent notamment que la chasse soit interdite « dans les espaces fréquentés et protégés », ainsi qu’ « aux abords de tous les sentiers et chemins de randonnées fréquentées toute l’année ». Elles veulent aussi de « vrais contrôles sur les aptitudes techniques et le respect des règles de sécurité des chasseurs » et qu’un « second jour de non chasse hebdomadaire soit fixé le dimanche ».

 

Actuellement, le seul jour de non chasse est le vendredi… La préfecture de l’Isère  que nous avons contactée sur ce point n’a pas donné suite à nos demandes d’interview.

 

La situation est-elle amenée à évoluer ? Peut-être… Dans un souci de dialogue et sans doute aussi pour redorer son blason, la Fédération départementale des chasseurs de l’Isère précise en effet dans un communiqué qu’ « une rencontre avec l’équipe municipale de Revel s’est tenue ce lundi 12 octobre afin d’établir des premières réflexions sur le partage de l’espace ».

 

L’association dit par ailleurs suivre « avec attention l’évolution de l’enquête et prendra les mesures nécessaires afin qu’un tel drame ne se reproduise pas »« Une nouvelle réunion doit être organisée en début de semaine prochaine », assure en tout cas Jean-Louis Dufresne.

 

 

Maïlys Medjadj

 

 

commentez lire les commentaires
5142 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Rappelons tout de même que la quasi-totalité des accidents de chasse touchent les chasseurs eux-mêmes et que si les médias parlent de ce cas, c’est qu’il est relativement exceptionnel. Cela ne parait pas forcément très constructif de vouloir leur opposer des anti-chasses par principe, alors que l’on a plutôt affaire a un problème de sécurité global.

    sep article
  2. la location des forets domaniales est libre mais il faut 35000 € pour 1000 ha , les autres forets sont privées et sont interdites sauf si vous obtenez l’autorisation du propriétaire! Qu’ont ce le dise!

    sep article