Un collectif d'habitants propose un projet sur la salle de la Magnanerie, lors d'une réunion sur le budget participatif de Grenoble le 20 juin 2015. © Union de quartier Île-Verte

Budget participatif : dernière ligne droite pour les porteurs de projet

Budget participatif : dernière ligne droite pour les porteurs de projet

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE – A quelques jours de la votation citoyenne, le budget participatif de la ville de Grenoble mobilise-t-il les foules ? Qui sont les participants ? Comment défendent-ils leur projet ? Quelles sont leurs chances de convaincre les citoyens ? Autant de questions auxquelles nous avons voulu répondre en nous rendant ce lundi 14 septembre à la soirée spéciale « budget participatif ».

 

 

 

RéunionBudgetParticipatifCreditSeverineCattiauxSalle poly­va­lente de la rue du Vieux Temple, lundi 14 sep­tembre, vers 19 heures 30 envi­ron. Après une intro­duc­tion des orga­ni­sa­teurs, la soi­rée “par­ti­ci­pa­tive” démarre enfin !

 

Les por­teurs de pro­jets fina­listes du bud­get par­ti­ci­pa­tif prennent la parole. En 10 minutes, ils vont devoir convaincre. En ligne de mire : la vota­tion ces ven­dredi et samedi de tous les habi­tants, dans le cadre du bud­get par­ti­ci­pa­tif de Grenoble (cf. enca­dré, en fin d’article).

 

La salle est rem­plie, mais pas pleine à cra­quer, puisqu’on compte une cin­quan­taine de per­sonnes. En reti­rant les por­teurs de pro­jet, on tombe à qua­rante habi­tants, en tout et pour tout…

 

Sur les 19 fina­listes, seuls 9 por­teurs de pro­jet ont répondu à l’appel du Conseil citoyen indé­pen­dant (CCI), l’organisateur de la soi­rée. Mais il est vrai que tous auront l’occasion de se pré­sen­ter, samedi 19 sep­tembre au matin, à l’Hôtel de ville, lieu de la vota­tion citoyenne.

 

Dominique Barberye, membre du CCI « Vieux Temple, Mutualité, Ile Verte, Saint-Laurent, Esplanade » et ani­ma­teur de la soi­rée, recon­naît que l’or­ga­ni­sa­tion de la réunion s’est faite à l’ar­ra­ché : « Nous n’avons pas pu com­mu­ni­quer très en amont, ni même eu le temps de pré­ve­nir les médias ». Néanmoins, le CCI a tenu son rôle : « sou­te­nir les habi­tants qui ont des pro­jets et qui veulent amé­lio­rer la ville et la vie des Grenoblois ».

 

 

 

Des porteurs de projet ultra-motivés

 

 

Point com­mun entre les por­teurs de pro­jet : leur envie sin­cère d’améliorer leur quar­tier ou la ville… A l’i­mage de Farid, habi­tant du quar­tier Mistral et ins­ti­ga­teur des « murs végé­ta­li­sés », dans les écoles notam­ment : « Je veux que les enfants apprennent le bien­fait des plantes qui amé­liorent, de plus, la qua­lité de l’air… ».

 

Un habi­tant dans la salle fait remar­quer qu’il existe des solu­tions moins oné­reuses, comme faire pous­ser des plantes grim­pantes ; ce qui n’a rien à voir, soit dit en pas­sant. Farid ne se démonte pas : « Ce pro­jet n’est pas pour moi. Ce n’est pas pour faire du gas­pillage. Je pense à l’avenir de nos enfants ». Coût du pro­jet : 95.000 euros.

 

Stéphane, lui, vit à Grenoble depuis seule­ment quatre ans. Il s’est pris d’intérêt pour l’escalade. Débutant lui-même, il a pensé aux novices comme lui, en pro­po­sant d’a­mé­na­ger trois sites, le long des berges de l’Isère. Un pro­jet qu’il a cou­plé avec la créa­tion de deux sen­tiers, éga­le­ment le long des berges, pour la course à pied.

 

« Je me suis impro­visé desi­gner de pas­se­relle », s’amuse-t-il, poin­tant un des­sin à l’écran. Après sa brève pré­sen­ta­tion, les ques­tions dans la salle portent sur la res­pon­sa­bi­lité en cas d’accident et sur l’animation de ces nou­veaux équi­pe­ments. Le por­teur de pro­jet a réponse à tout. Coût du pro­jet : 99.000 euros.

 

PorteurProjetSalleDeLaMagnanerieCreditSeverineCattiauxGilles se montre éga­le­ment enthou­siaste et convaincu par son pro­jet « Embellir et créer un espace col­lec­tif à La Magnanerie », une salle située dans le quar­tier Île verte.

 

L’idée cen­trale ? Que « les habi­tants pro­fitent un maxi­mum du jar­din » à côté de la salle. On y ins­tal­lera un four à pain, un ate­lier de répa­ra­tion de vélos, « bien utile entre l’université et le centre-ville ».

 

Il est aussi ques­tion d’un par­te­na­riat avec le Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas. La salle de la Magnanerie, hor­mis l’entrée, ne sera pas trans­for­mée. Une habi­tante sou­ligne que l’endroit est déjà bien investi par les asso­cia­tions. « On ne change rien : on ajoute, on étoffe ! », s’ex­clame Gilles. Coût de l’o­pé­ra­tion : 200.000 euros.

 

 

 

Des projets… aux antipodes

 

 

Si tous les pro­jets sou­mis à la vota­tion revêtent une cer­taine uti­lité, ils sont par­fois dif­fi­ci­le­ment com­pa­rables, tels ceux de Michel et Jean-Marc aux anti­podes l’un de l’autre. Très pra­tico-pra­tique, le pro­jet de Michel vise à mettre en place des toi­lettes publiques. « Il y en a marre des pis­so­tières sau­vages… Cela fait dix ans que l’union de quar­tier demande des toi­lettes ». De fait, dans le centre-ville, où sont concen­trés les bars, beau­coup d’envies pres­santes finissent dans les pots de fleurs. Coût du pro­jet pour des toi­lettes publiques une place : 85 000 euros.

 

Le pro­jet de Jean-Marc consiste, quant à lui, à redo­rer le bla­son du maga­sin soli­daire L’Échoppe à Teisseire, dont le ravi­taille­ment béné­fi­cie à 120 familles et 50 étu­diants déshé­ri­tés. Le coût pour une nou­velle chambre froide et du mobi­lier neuf ? 20.000 euros.

 

 

 

Des projets dynamisants pour les quartiers

 

 

Stéphane et Brahim Rajab, direc­teur du Prunier sau­vage, ont éga­le­ment répondu à l’invitation du Conseil citoyen indé­pen­dant. Pour eux, il y va de l’avenir du quar­tier Mistral… Leur pro­jet : un « théâtre de plein air », ins­tallé dans le stade Bachelard, qui aurait voca­tion à pro­lon­ger la dyna­mique du Prunier sau­vage, souffle de culture dans ce quar­tier quelque peu oublié.

 

SallePolyvalenteVieuxTempleBudgetParticipatifCreditSeverineCattiaux

« Ce théâtre per­met­tra de tou­cher encore plus de monde. Ce sera un lieu ouvert pour accueillir des petits groupes musi­caux, etc. », explique Stéphane. Coût : 65.000 euros.

 

Pour La Villeneuve, deux habi­tants sont venus pré­sen­ter en duo leur pro­jet de dyna­mi­sa­tion du Parc Verlhac : créa­tion d’un espace spor­tif (blocs d’escalade, équi­pe­ments de mus­cu­la­tion urbaine…), four à pain col­lec­tif, espace bar­be­cue. Le four à pain ferait l’objet d’un chan­tier par­ti­ci­pa­tif. Coût : 90.000 euros.

 

 

 

Clou de la soirée : présentation du projet à 400.000 euros

 

 

Pour finir la soi­rée, deux jeunes gens sont venus repré­sen­ter les cou­leurs du pro­jet le plus coû­teux de la liste : la construc­tion d’un ska­te­park de 400.000 euros aux Sablons. « On essaye de com­pres­ser les coûts en s’appuyant sur les buttes », ont-ils assuré.

 

PorteurduProjetSkateparkCreditSeverineCattiauxEt ils ont plu­tôt bien défendu le pro­jet, appa­rem­ment très attendu des pra­ti­quants de trot­ti­nette, de BMX et de ska­te­board… « Nous vou­lons décons­truire les pré­ju­gés, en finir avec “les ska­ters dégradent le mobi­lier urbain et les ska­ters sont tous des délin­quants !” » Inclus dans le pro­jet : l’extension d’un pota­ger déjà en place et des espaces de convivialité.

 

L’exposé aura-t-il convaincu l’au­di­toire ? En tous cas, Dominique Barberye, ani­ma­teur de la soi­rée, estime pour sa part avoir mieux com­pris le pro­jet : « Je n’avais pas inté­gré la dimen­sion jar­din, alliée à la pra­tique du ska­te­park qui consti­tue un bon mix pour les sco­laires ».

 

 

 

Projet « hors sujet » ?

 

 

Est-il pos­sible qu’un pro­jet soit “hors sujet” ? Peut-être… Guillaume est un papa engagé. Au nom d’un col­lec­tif de parents d’élèves, il est venu pré­sen­ter son pro­jet d’aménagement des abords de l’é­cole Nicolas Chorier. Un pro­jet assez tech­nique qui répond à une pro­blé­ma­tique de circulation.

 

Nul doute que le pro­jet est néces­saire, puisqu’il est ques­tion de la sécu­rité des enfants et des pas­sants… Mais s’agit-il bien d’un pro­jet rele­vant du bud­get par­ti­ci­pa­tif ? Une remarque for­mu­lée par Marcello Brancaléone, membre de Go citoyen­neté (et poil-à-grat­ter de la soi­rée) : « C’est typi­que­ment un pro­jet qui est de la com­pé­tence directe de la Ville. Et qu’il ne fau­dra pas oublier, même s’il n’est pas retenu ! ».

 

 

Séverine Cattiaux

 

 

 

VotationBudgetParticipatif2015CreditSeverineCattiauxSur 19 pro­jets, il en res­tera… Surprise !

 

Sur les 150 pro­jets dépo­sés par des par­ti­cu­liers, col­lec­tifs, asso­cia­tions, etc. dans le cadre du bud­get par­ti­ci­pa­tif 2015, 19 sont encore en lice, dont 16 « petits pro­jets » (moins de 100.000 euros) et 3 gros (entre 100.000 et 400.000 euros).

 

Les ser­vices muni­ci­paux ont éplu­ché, cet été, les 30 pro­jets res­sor­tis de la “ruche aux pro­jets” (pre­mière étape de sélec­tion en juin der­nier). Une bonne part a été écar­tée, notam­ment du fait de coûts trop éle­vés ou de dépenses à venir en fonc­tion­ne­ment esti­mées trop impor­tantes. Les 19 pro­jets fina­listes sont à l’in­verse tous tech­ni­que­ment fai­sables et éco­no­mi­que­ment approu­vés par la Ville.

 

A l’issue de la vota­tion des habi­tants, qui se déroule sur deux jours ces 18 et 19 sep­tembre, les pro­jets seront à l’é­vi­dence… moins nom­breux ! Impossible de fixer un nombre exact. Tout dépend des idées qui seront plé­bis­ci­tées. Une chose est sûre : les pro­jets fina­listes se par­ta­ge­ront l’enveloppe du bud­get par­ti­ci­pa­tif de 800.000 euros et seront concré­ti­sés en 2016.

 

Retrouvez :

- la liste des 19 pro­jets en compétition.

- la démarche pour voter ce ven­dredi 18 sep­tembre et ce samedi 19 septembre. 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Affiche 7e édition budget participatif
7e édition du budget participatif de Grenoble : les habitants en panne d’idées ?

FIL INFO - Doit-on y voir un manque d'intérêt des habitants pour l'appel à idées du budget participatif 2021 de Grenoble ? La participation semble Lire plus

Référendum d'initiative citoyenne à la Villeneuve mercredi 16 octobre 2019. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
“Tout démolir” ou “réhabiliter” : à la Villeneuve, le Ric autogéré jusqu’à dimanche rencontre un relatif succès

  REPORTAGE - Alors qu'il reste encore tout le week-end pour voter, les organisateurs du Référendum d'initiative citoyenne (Ric) "Pour ou contre les démolitions de Lire plus

Tribunal administratif de Grenoble : une activité soutenue en 2018, marquée par l’explosion des contentieux des étrangers

FOCUS - Le tribunal administratif vient de dresser le bilan de son activité sur 2018. Une activité très soutenue, marquée par une véritable explosion du Lire plus

La députée de l'Isère Émilie Chalas inaugure un cycle de permanences mobiles sur les places et marchés de sa circonscription. La forme en attendant le fond?
La députée de l’Isère Émilie Chalas veut relancer le débat sur la démocratie participative (et annule sa réunion publique)

FIL INFO - Jugé anticonstitutionnel, le dispositif d'interpellation citoyenne initié par le maire de Grenoble Eric Piolle a été débouté par la justice. En attendant Lire plus

Les deux dissidents de la majorité municipale reprochent au maire de Grenoble Eric Piolle mensonges et rétention d'informations.
À Grenoble, deux ex-colistiers du maire accusent Eric Piolle de mensonges et de rétention d’information

FOCUS - À Grenoble, deux ex-colistiers du maire écologiste accusent Eric Piolle de mensonges et de rétention d'information. Devenus dissidents, ils portent la voix la Lire plus

Matthieu Chamussy et Jérôme Safar © Joël Kermabon - Place Gre'net
« Renouer honnêtement avec l’esprit pionnier de la démocratie locale à Grenoble »

TRIBUNE LIBRE - Deux semaines après l'annulation par le tribunal administratif du dispositif de votation citoyenne à Grenoble, les conseillers municipaux d'opposition Matthieu Chamussy (Les Lire plus

Flash Info

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin