Grenoble : un Plan écoles richement doté… mais critiqué

Grenoble : un Plan écoles richement doté… mais critiqué

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – La ville de Grenoble a voulu frapper les esprits avec l’annonce de son « Plan écoles 2015 – 2021 ». Un plan pluriannuel voulu très ambitieux qui intègre pas moins de six ouvertures d’écoles, la mise à niveau de l’existant et l’amélioration des restaurants scolaires, le tout pour un investissement de plus de 60 millions d’euros. Inventaire de ce qui est en passe de devenir « le grand projet du mandat ».

➔ 1684 mots

 

 

Éric Piolle et Élisa Martin lors de la présentation du plan écoles. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Piolle et Élisa Martin lors de la pré­sen­ta­tion du plan écoles. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Il faut toute une ville pour éle­ver un enfant. » C’est cette adap­ta­tion méta­pho­rique d’un adage afri­cain – rem­pla­cez “ville” par “vil­lage” – que la ville de Grenoble a choi­sie pour illus­trer les grandes lignes direc­trices de son plan d’in­ves­tis­se­ment dans les écoles. Un pro­jet pour le moins ambi­tieux si l’on songe aux quelque 66 mil­lions d’eu­ros qui seront injec­tés, sur un peu plus de cinq ans, dans la construc­tion de nou­velles écoles, la res­tau­ra­tion sco­laire et la mise à niveau des éta­blis­se­ments existants.

 

Souvent vili­pendé par l’op­po­si­tion qui lui a repro­ché à plu­sieurs reprises de n’a­voir aucun grand pro­jet pour la ville, Éric Piolle, en frap­pant un grand coup, aura-t-il pour autant remis les pen­dules à l’heure ?

 

Pas si sûr ! Pour l’op­po­si­tion, la pilule passe très mal. Dès l’an­nonce du plan écoles, le groupe Rassemblement de gauche et de pro­grès s’est fendu d’un com­mu­ni­qué qui n’y va pas par quatre che­mins. Le groupe dénonce « une opé­ra­tion d’enfumage consis­tant à annon­cer dans la pré­ci­pi­ta­tion un « plan École » et la construc­tion de cinq écoles d’ici 2020. Sur ces cinq écoles, quatre avaient déjà été enga­gées ou annon­cées en jan­vier 2014 par Paul Bron, alors adjoint à l’éducation ». Et de poin­ter, pêle-mêle, le flou sur la loca­li­sa­tion des nou­velles construc­tions, leurs dates de livrai­son, le plan de finan­ce­ment et com­ment la Ville pourra assu­mer les per­son­nels nécessaires.

 

 

 

Résorber les zones de tension sur les effectifs scolaires

 

 

« Avec 200 à 300 nou­veaux éco­liers par an, les effec­tifs sco­laires sont en aug­men­ta­tion constante à Grenoble depuis plus de dix ans. Chaque année la Ville a besoin d’ou­vrir en moyenne dix classes », rap­pelle Éric Piolle, le maire de Grenoble. La ques­tion des écoles à Grenoble, de leur vétusté, du manque de classes, fait par­tie des ques­tions lourdes du débat public depuis déjà long­temps ». L’occasion de tacler, au pas­sage, l’an­cienne équipe dont « le manque d’an­ti­ci­pa­tion cou­plé à une mise en place de la réforme des rythmes sco­laires quelque peu pré­ci­pi­tée » n’au­rait fait qu’empirer les choses.

 

École Ferdinand Buisson. © Joël Kermabon - Place Gre'net

École Ferdinand Buisson. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Une asser­tion réfu­tée avec véhé­mence par les oppo­sants de gauche. « Contrairement aux décla­ra­tions d’Eric Piolle, nous tenons à rap­pe­ler qu’au cours du der­nier man­dat la Ville inves­tis­sait tous les ans au moins 6 mil­lions d’eu­ros dans les bâti­ments sco­laires et la construc­tion d’é­coles », pré­cise leur communiqué.

 

Tenir compte des pro­blé­ma­tiques d’u­sage des habi­tants, contrô­ler et anti­ci­per l’évolution des effec­tifs, prendre en compte l’évolution des nais­sances, les construc­tions de loge­ments ou les ins­crip­tions en maternelle…

 

Autant de para­mètres qui seront éva­lués et per­met­tront – du moins la Ville l’es­père-t-elle – d’an­ti­ci­per au mieux l’a­ve­nir. L’objectif ? Résorber les zones de ten­sion sur les effec­tifs pour accueillir cor­rec­te­ment tous les élèves d’ici à 2020.

 

Pour Éric Piolle, il s’a­git aussi de mettre en œuvre l’un de ses enga­ge­ments de cam­pagne. Le lan­ce­ment d’un plan d’in­ves­tis­se­ment pour les écoles était effec­ti­ve­ment en 32e posi­tion sur sa liste, lors des élec­tions municipales.

 

 

 

« C’est la première fois que notre ville investit autant dans les écoles ! »

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« C’est la pre­mière fois que notre ville inves­tit autant dans les écoles ! », se féli­cite Éric Piolle. « Ce plan est un signal fort envoyé aux archi­tectes, au monde du BTP. Il y a des chan­tiers com­muns, un espace de tra­vail com­mun et ce pour l’in­té­rêt géné­ral », sou­ligne le maire de Grenoble. Les bâti­ments seront exem­plaires à tout point de vue. Notamment en matière de santé envi­ron­ne­men­tale et de sobriété éner­gé­tique. Ce seront d’ailleurs les cri­tères de sélec­tion majeurs des futurs pro­jets », assure l’élu.

 

 

Selon le maire, le défi que repré­sente le plan écoles sera pour la Ville « une oppor­tu­nité col­lec­tive majeure. C’est à la fois la tran­si­tion éner­gé­tique, la santé, l’en­vi­ron­ne­ment, l’emploi… On voit là toutes les dyna­miques qui se mettent en marche », explique-t-il avec optimisme.

 

L’optimisme c’est bien, mais la Ville a‑t-elle vrai­ment les moyens de ses ambi­tions ? Évoquant la baisse de 40 mil­lions d’eu­ros des dota­tions de l’État, Eric Piolle se montre mal­gré tout serein. « Ce plan d’in­ves­tis­se­ment de 66 mil­lions d’eu­ros montre bien cette capa­cité de l’ac­tion publique à cher­cher des leviers pour dépas­ser une aus­té­rité mor­ti­fère […] Nous fai­sons un choix d’a­ve­nir, pour le bien de nos enfants, et nous main­tien­drons autant que pos­sible notre force d’in­ves­tis­se­ments », tente de ras­su­rer l’élu. Élisa Martin, répon­dant à cette même ques­tion un peu plus tard, sera plus laco­nique : « La Ville les pren­dra [les moyens, ndlr] pour ça et nous fai­sons les choix pour que ce soit pos­sible ».

 

 

 

Une annonce peu crédible pour l’opposition

 

 

Continuez la lecture

Il vous reste 49 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Retraites : une reprise 2020 sur fond d’assemblées générales et d’appel à manifester le 9 janvier

  EN BREF — La contestation de la réforme des retraites voulue par le gouvernement ne faiblit pas en Isère. Alors que la CGT appelait Lire plus

Les « menaces » de fermetures de classes dans les écoles Marguerite-Tavel et Paul-Langevin font vivement réagir le maire de Fontaine Jean-Paul Trovero.
La restauration scolaire dans les écoles de Grenoble de nouveau annulée le mardi 19 mars

FIL INFO - La restauration scolaire des écoles de la Ville de Grenoble est annulée le mardi 19 mars, en raison du mouvement de grève Lire plus

COUV Les collèges du département de l'Isère prêts à rouvrir leurs portes après le confinement DR
Réouverture des collèges en Isère : masques gratuits et repas demi-tarifs

FLASH INFO - Ce lundi 18 mai, les 96 collèges isérois rouvrent leurs portes aux élèves de 6e et 5e sur la base du volontariat. Lire plus

Près de 10 000 manifestants selon les syndicats, 5 500 selon la préfecture ont manifesté ce jeudi 22 mars à Grenoble pour la défense des services publics.© Joël Kermabon - Place Gre'net
Mouvement national de grève dans la fonction publique mardi 6 avril

  FLASH INFO — Mouvement de grève national de la fonction publique mardi 6 avril. En Isère comme sur l'ensemble du territoire national, les personnels Lire plus

Flash Info

|

14/06

16h51

|

|

14/06

16h12

|

|

14/06

14h40

|

|

14/06

11h40

|

|

12/06

16h21

|

|

11/06

15h36

|

|

11/06

10h06

|

|

11/06

9h34

|

|

09/06

19h27

|

|

08/06

18h19

|

Les plus lus

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

À voir| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Culture| Grenoble Calling, une « histoire orale » du punk (et des punks) à Grenoble, des années 80 à nos jours

Abonnement| Régionales 2021 : la liste « Agir pour ne plus subir » souhaite faire entendre la voix des musulmans lors des élections

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin