École : le difficile cursus des enfants roms dans l’agglo

sep article

DÉCRYPTAGE – Installé à proximité de la friche Allibert, le camp de l’avenue Esmonin à Grenoble abrite aujourd’hui environ 350 personnes. La majorité sont des Roms, ressortissants ou non de l’Union européenne. Parmi eux, 200 enfants, la plupart en âge d’être scolarisés. De la primaire au lycée, les cursus scolaires de ces jeunes demeurent chaotiques, entravés par la barrière de la langue et la grande précarité de leurs conditions de vie.

 

 

 

« Quand on interroge les gens sur la raison de leur venue en France, beaucoup nous disent que c’est pour offrir un meilleur avenir à leurs enfants et parce que l’école, en France, c’est bien » explique Solène Lagarde, chargée de mission enfance et jeunesse au sein de l’association grenobloise Roms action. « L’école en Roumanie est un calvaire au quotidien pour les Roms. Leur mise à l’écart est scandaleuse. Les familles sont donc ravies de ce qui est proposé en France et, généralement, la scolarisation fait partie des premières demandes des parents. »

 

Enfants roms dans une classe « spéciale » avec des enfants souffrants de handicaps légers en Slovaquie. © Al - Amnesty

Enfants roms dans une classe « spéciale » d’Europe de l’Est, normalement réservée aux élèves ayant un handicap léger… © Al – Amnesty

 

 

Un travail de recensement difficile

 

 

 

En France, où la scolarisation est obligatoire, la demande des familles est prise en compte. Cependant, il faut distinguer au sein même du site de l’avenue Esmonin deux populations, comme le rappelle Alain Denoyelle, président du CCAS de Grenoble.

 

La centaine de personnes hébergées, depuis décembre 2013, dans l’enceinte du camp géré par le CCAS sont connues et suivies. « Nous connaissons le nom de ces personnes et nous nous sommes assurés que tous les enfants étaient scolarisés et suivis auprès des écoles » explique l’élu.

 

La situation des familles dont on distingue les baraquements depuis la route est, elle, bien différente. Elles sont venues s’installer d’elles-mêmes autour de l’aire d’accueil du CCAS et sont beaucoup moins connues des services sociaux. « Il y a eu le même travail, fin août, d’inscription des enfants en prévision de la rentrée. Il est fait aussi en cours d’année mais ce n’est pas facile à gérer avec les nouveaux arrivants de l’automne », concède le président du CCAS.

 

CampRomsEsmoninDelphineChappaz

Le bidonville boulevard Esmonin jouxtant le camp du CCAS. © Delphine Chappaz – placegrenet.fr

 

 

« La maraude du CCAS fait un état des lieux régulier pour repérer les occupations, les arrivées et les départs. Mais il s’agit plus de constatations que de suivi de situations. » Quant aux associations qui travaillent sur le terrain en soutien au CCAS, comme Roms action, elle jouent donc un rôle important dans le suivi de ces familles.

 

 

 

Scolarisation de secteur : un casse-tête administratif

 

 

 

Si, malgré les difficultés, la grande majorité des enfants du camp avenue Esmonin est scolarisée, les tout petits, en âge d’être à la maternelle, ne le sont généralement pas, les parents préférant les garder avec eux. Restent aussi entre 15 et 17 enfants en attente d’affectation au primaire*, la principale problématique étant le manque de place sur l’ensemble des écoles du secteur.

 

« La ville de Grenoble a été en recherche de solutions pour ces enfants dont les dossiers avaient été déposés fin janvier, début février » précise Solène Lagarde, qui rappelle que 200 enfants habitent sur le secteur. « Il arrive que 17 enfants roms soient scolarisés dans la même école… »

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2290 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.