Les glaciers du Mont-Blanc ont maigri de 10 mètres

sep article
48 € par an pour louer un vélo : et si c

EN BREF – En dix ans, les glaciers du massif du Mont-Blanc ont perdu 10 mètres d’épaisseur. Conséquence directe de la hausse des températures l’été, la fonte s’accélère. La Mer de glace est, à Chamonix, la plus touchée en France. Sur son front, le glacier perd entre 4 et 5 mètres par an. 

 

 

 

Le verdict des scientifiques est sans appel : les glaciers du massif du Mont-Blanc ont, entre 2003 et 2012, perdu en moyenne 10 mètres d’épaisseur. Avec un record pour le glacier de la Brenva qui, dans sa partie basse, en versant italien, a considérablement fondu, au point de perdre 12 mètres par an.

 

Côté français, c’est près du front de la Mer de glace que la fonte est la plus spectaculaire : les glaciologues du Legos (laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales) ont mesuré un amincissement de 4 à 5 mètres par an. Une fonte importante, rapide et qui, surtout, s’accélère par rapport à celle mesurée entre 1979 et 2003.

 

Le versant français du Mont-Blanc reconstruit en 3D à partir des images du satellite Pléiades (19 août 2012). Au premier plan, à la limite entre rocher et glacier, on distingue le toit brillant du refuge du Gouter, sur la voie normale du Mont-Blanc.

Le versant français du Mont-Blanc reconstruit en 3D à partir des images du satellite Pléiades (19 août 2012). Au premier plan, à la limite entre rocher et glacier, on distingue le toit brillant du refuge du Gouter, sur la voie normale du Mont-Blanc. © Pléiades – Cnes

 

C’est grâce aux satellites Pléiades du Centre national d’études spatiales (Cnes), lancés fin 2011 et 2012, que les glaciologues ont pu obtenir des relevés plus précis des surfaces terrestres et notamment glaciaires, avec des images d’une résolution inférieure à 70 centimètres.

 

 

En cause, la fonte estivale

 

 

Lorsqu’on compare ces relevés avec ceux réalisé par le satellite Spot en 2003, l’accélération de la fonte glaciaire ne fait plus de doute. Dans le cadre du programme Glacioclim coordonné par le laboratoire de glaciologie et géophysique de Grenoble (LGGE), les scientifiques ont multiplié les mesures d’accumulation et d’ablation des glaciers du massif du Mont-Blanc pour comprendre le pourquoi de cette fonte accélérée.

 

Des mesures qui révèlent que l’accumulation hivernale a peu varié au cours des quarante dernières années. C’est l’été, à la faveur de la hausse des températures, que les glaciers fondent.

 


Glaciers : un triste record observé par Pléiades par CNES

 

En l’espace de quarante ans, les glaciers alpins ont ainsi perdu un quart de leur superficie. Qu’en restera-t-il à la fin du siècle ? Dans l’hypothèse d’une hausse des températures de 3 °C d’ici 2100, seuls les glaciers situés à plus de 4 000 mètres d’altitude subsisteraient.

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

A lire aussi sur Place Gre’net :

 

Les glaciers alpins en sursis

En altitude, ça chauffe aussi

 

 

commentez lire les commentaires
2837 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.