Les trois étoiles du projet, Bernard Perry président de la banque alimentaire de l'Isère, Pierre Pavy restaurateur et Anna Lavedrine présidente de l'association Accueil SDF du Vieux Temple.

3 étoiles solidaires : haro sur le gaspillage alimentaire !

3 étoiles solidaires : haro sur le gaspillage alimentaire !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DOSSIER – Depuis plusieurs années, Pierre Pavy, gérant du restaurant Le 5 à Grenoble, tente de lutter contre le gaspillage alimentaire. Son idée ? Cuisiner les produits dont la date limite de consommation est sur le point d’être dépassée pour les ré-emballer sous forme de plats préparés. Un projet désormais sur le point d’aboutir avec 3 étoiles solidaires.

 

 

 

Les trois membres du projet 3 étoiles solidaires, Bernard Perry président de la banque alimentaire de l'Isère, Pierre Pavy restaurateur et Anna Lavedrine présidente de l'association Accueil SDF du Vieux Temple.

Les trois étoiles du pro­jet, Bernard Perry pré­sident de la banque ali­men­taire de l’Isère, Pierre Pavy res­tau­ra­teur et Anna Lavedrine pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Accueil SDF du Vieux Temple. © BAI

Si Pierre Pavy, gérant du res­tau­rant Le 5 à Grenoble, est à l’o­ri­gine du pro­jet 3 étoiles soli­daires, deux autres “étoiles” ont per­mis son abou­tis­se­ment : les béné­voles de l’association Accueil SDF du Vieux temple, d’une part, et le réseau bien ficelé de la banque ali­men­taire de l’Isère, d’autre part.

 

« J’ai eu cette idée à la suite de cir­cons­tances excep­tion­nelles », raconte-t-il. Un dimanche soir d’octobre, il apprend par un client que des Macédoniens ont été héber­gés en urgence par la Ville dans un gym­nase proche du res­tau­rant, à la suite d’importantes chutes de neige.

 

Problème : ils n’ont rien à man­ger. Pierre Pavy se met alors spon­ta­né­ment aux four­neaux et leur cui­sine un repas avec ce qui reste dans sa cui­sine. Un mili­tant contre le gas­pillage ali­men­taire est né.

 

 

 

Les grandes surfaces mises à contribution

 

 

Pierre Pavy est membre de l’association Accueil SDF, située rue du Vieux temple. Chaque matin, elle dis­tri­bue des dizaines de petits déjeu­ners, des vête­ments et apporte un sou­tien psy­cho­lo­gique aux per­sonnes dans le besoin.

 

Dons pour l'association Accueil SDF du Vieux Temple à Grenoble.

Dons pour l’as­so­cia­tion Accueil SDF du Vieux temple à Grenoble. © Ludovic Chataing

L’idée de Pierre Pavy germe au sein de cet éco­sys­tème : pour­quoi ne pas récu­pé­rer des ali­ments dans les grandes sur­faces ? Très rapi­de­ment, il se tourne vers la banque ali­men­taire qui récu­père déjà des den­rées dans les maga­sins et lutte, depuis sa créa­tion, contre le gas­pillage de nourriture.

 

Reste cepen­dant un pro­blème de taille : cer­tains ali­ments comme la viande ne peuvent pas être redis­tri­bués à cause de la date limite de consom­ma­tion trop proche. La fameuse DLC.

 

 

 

Un projet de longue date, semé d’embûches

 

 

Pierre Pavy pro­pose alors cette idée simple mais ingé­nieuse : récu­pé­rer ces pro­duits proche de la date limite pour les cui­si­ner et les ré-embal­ler avec une nou­velle DLC pour les dis­tri­buer dans les cinq jours sui­vants. « Je vais faire ça dans un coin du res­tau­rant », se disait-il. C’était sans comp­ter sur les normes de la com­mu­nauté euro­péenne, qua­li­fiées de « légis­la­tion sor­dide mais obli­ga­toire » par le res­tau­ra­teur. « C’est d’une com­plexité dingue ! » Et si la pro­chaine loi contre le gas­pillage ali­men­taire, annon­cée par l’exécutif avant l’été, devrait per­mettre de sim­pli­fier la col­lecte, la fabri­ca­tion sera, selon lui, « tou­jours aussi com­pli­quée ».

 

Pour contour­ner ces pro­blèmes, Pierre Pavy et la banque ali­men­taire ont cher­ché pen­dant deux ans une cui­sine pour mener le pro­jet à son terme. Mais, là encore, le défi légis­la­tif était de taille. Si plu­sieurs cui­sines ont été étu­diées, à chaque fois, des élé­ments empê­chaient le pro­jet d’a­bou­tir : « La pein­ture est au plomb » ; « L’extraction de l’air n’est plus conforme à la légis­la­tion de 2007 »… La ville de Grenoble avait aussi pro­posé des locaux. Sans succès.

 

L’ex-conseil géné­ral a fini par trou­ver le bon endroit : la grande cui­sine de 100 m² du col­lège Marc Sangnier, à Seyssins. L’établissement n’en a plus besoin puisqu’il sera désor­mais appro­vi­sionné direc­te­ment par une société. Pour sa mise aux normes, des tra­vaux sont tout de même pré­vus jusqu’au 27 mai.

 

Bernard Perry, président de l'association banque alimentaire de l'Isère, membre du projet 3 étoiles solidaires.

Bernard Perry, pré­sident de l’as­so­cia­tion banque ali­men­taire de l’Isère. © Ludovic Chataing

Bernard Perry : « On ajoute du maté­riel spé­ci­fique à notre acti­vité »

 

 

 

Un nouveau chef cuistot

 

 

Une cui­sine aux normes et réno­vée c’est bien beau, mais encore faut-il trou­ver un chef cui­si­nier. L’embauche d’un pro­fes­sion­nel s’a­vère en effet néces­saire puis­qu’il fau­dra pré­pa­rer chaque jour 200 kg de viandes diverses. Un défi quo­ti­dien, comme l’explique Pierre Pavy : « Le cui­si­nier va rece­voir toutes ces viandes, dis­pa­rates et de for­mats divers. Des fois, des blocs de 5 kilos, d’autres fois dix boites de 500 grammes… ».

 

Le chef sera épaulé d’une équipe de béné­voles de la banque ali­men­taire – parmi les 150 que compte l’as­so­cia­tion –, ainsi que d’ap­pren­tis de l’Institut des métiers et des tech­niques (IMT), deux fois par semaine. Si aucun nom n’a été arrêté pour l’heure, Bernard Perry, pré­sident de l’as­so­cia­tion banque ali­men­taire de l’Isère, assure que le pro­jet 3 étoiles soli­daires sera sur les rails à temps.

 

Emballages divers de viandes à consommer très rapidement.

Viande embal­lée avec une DLC très proche. © Ludovic Chataing

La pre­mière phase de test doit démar­rer en juin avec 50 kilos de den­rées par jour, à cui­si­ner quatre fois par semaine du lundi au jeudi. Le tout syn­chro­nisé sur les jours de col­lecte de la banque ali­men­taire. Les ali­ments ainsi cui­si­nés et ré-embal­lés seront ensuite redis­tri­bués via le réseau habituel.

 

Une fois cette phase de rodage pas­sée, la cui­sine tour­nera à plein régime, à savoir dès sep­tembre. Le nombre de por­tions embal­lées devrait alors être com­pris, si tout va bien, entre 240 000 et 250 000 par an.

 

 

 

Financement pour une année, et après ?

 

 

Si le pro­jet 3 étoiles soli­daires a récolté 165 000 euros d’aides de la part de nom­breux par­te­naires, sa via­bi­lité sur le long terme n’est pas assu­rée. « On a un an de fonc­tion­ne­ment acquis », assure Pierre Pavy. « Quand il fau­dra payer la fac­ture d’électricité, de chauf­fage, on espère que nos par­te­naires seront com­pré­hen­sifs… » Pour l’heure, le res­tau­ra­teur reste confiant. « La nou­velle direc­tion du conseil géné­ral est prête à nous don­ner un bon coup de main. »

 

Il faut dire que le mon­tant des inves­tis­se­ments néces­saires est impor­tant. Les plus gros coûts maté­riels pour démar­rer le pro­jet ? Une machine à 40 000 euros pour mettre les ali­ments dans des bar­quettes sous vide et l’a­chat d’un camion fri­go­ri­fique à 45 000 euros. Pour le reste, il s’a­git de payer le futur cui­si­nier et d’a­che­ter tout le petit maté­riel de cuisine.

 

Côté spon­sors, l’a­gence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie (Ademe) apporte la plus grande part de finan­ce­ments. Mais les aides viennent d’un peu par­tout : de l’as­so­cia­tion Archipel des uto­pies, du groupe Pomona qui a orga­nisé un concert pour 3 étoiles soli­daires à Paris, de la fon­da­tion Crédit agri­cole, du conseil dépar­te­men­tal, de Carrefour soli­da­rité et, bien sûr, de la banque ali­men­taire. Même le député Michel Issindou a par­ti­cipé via sa réserve par­le­men­taire.

 

 

Ludovic Chataing

 

 

 

A lire aussi sur Place Gre’net :

Récupération de produits par la Banque alimentaire de l'Isère. © Ludovic Chataing

- Gaspillage ali­men­taire : les maga­sins obli­gés de donner

 

- Glanage : une solu­tion anti-crise qui évite le gaspillage

 

- Gourmet bag : le sac à empor­ter pour ne pas gaspiller

 

- Redistribution ali­men­taire : la seconde vie des invendus

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

LC

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Happening pour la cause animale. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Souffrance animale : un repas sanglant pour toucher les consciences

REPORTAGE VIDÉO - Les associations Cause animaux libres Isère et 269 Life menaient une action spectaculaire ce samedi 17 octobre, rue Félix Poulat. Une mise en Lire plus

Un étudiant masqué dans le tram B © Simon Marseille - Place Gre'net
Port du masque en extérieur : la préfecture de l’Isère fait le point sur les nouvelles règles en vigueur

FLASH INFO — Quelles modalités du port du masque en extérieur, alors que le premier ministre a annoncé un allègement des règles sanitaires? La préfecture Lire plus

Logo Faut pas gâcher. © FNE
Le gaspillage alimentaire, grande cause nationale ?

BLOG ENVIRONNEMENT - Pour faire face au gaspillage alimentaire, différentes initiatives émergent dans l'agglomération. Certains établissements scolaires tentent notamment de s'adapter en évaluant quotidiennement le nombre d'élèves présents Lire plus

La tente des glaneurs passe à la distribution © Ludovic Chataing - placegrenet.fr
Glanage : une solution anti-crise qui évite le gaspillage

REPORTAGE - Tous les dimanches, des bénévoles de l’association la Tente des glaneurs montent une grande tente devant le collège Fantin-Latour. Placés stratégiquement entre le Lire plus

Flash Info

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

|

21/06

10h31

|

|

19/06

18h19

|

|

18/06

17h03

|

|

18/06

12h01

|

|

18/06

11h06

|

|

17/06

17h13

|

|

17/06

15h50

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

marche des libertés à Grenoble contre les idées d'extrême droite

A écouter| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin