ST Microelectronics © Joel Kermabon - placegrenet.fr

Conflit à STMicro : un dia­logue de sourds

Conflit à STMicro : un dia­logue de sourds

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Les sala­riés de STMicroelectronics de Crolles orga­ni­saient, ce mardi 14 avril, un ras­sem­ble­ment devant la pré­fec­ture de l’Isère. En cause, l’an­nonce d’une réduc­tion de 43 % de leur prime d’in­té­res­se­ment pour 2014, alors que 500 mil­lions de dol­lars ont été dépen­sés en divi­dendes et en achat d’ac­tions par le groupe.

SérieSTMicroelectronics-1En grève depuis le 18 mars, les sala­riés de STMicroelectronics basés à Crolles res­tent très mobi­li­sés et mul­ti­plient les actions visant à dénon­cer l’ab­sence de poli­tique indus­trielle et sociale de ST.

La der­nière en date, plus spec­ta­cu­laire, avait conduit au blo­cage d’un rond-point à Crolles, pro­vo­quant la para­ly­sie de la cir­cu­la­tion. Le pré­fet de l’Isère est depuis inter­venu dans le conflit en favo­ri­sant la tenue d’une pre­mière réunion entre toutes les orga­ni­sa­tions syn­di­cales et la direc­tion. Mais tar­di­ve­ment, selon la CGT, qui consi­dère « qu’il est temps que l’État et les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales demandent des comptes à l’é­quipe diri­geante de ST pour ses poli­tiques indus­trielle et sociale ». L’organisation rap­pelle en l’oc­cur­rence que ST n’a pas tenu ses enga­ge­ments pris à l’is­sue du pro­gramme Nano 2012, notam­ment en ce qui concerne les créa­tions d’emplois.

Franck Mioche, élu CGT au comité d’en­tre­prise de STMicroelectronics, expose les rai­sons du ras­sem­ble­ment orga­nisé ce mardi devant la préfecture.

Réalisation JK Production

Des sala­riés « bala­dés et pous­sés vers la porte »

SérieSTMicroelectronics-2« Depuis que Carlo Bozotti est devenu PDG de ST en 2005, la stra­té­gie indus­trielle de l’en­tre­prise a laissé place à une stra­té­gie finan­cière » déclare la CGT. L’organisation syn­di­cale dénonce notam­ment le mon­tant des rému­né­ra­tions et les sommes allouées aux plans de retraite du PDG et des membres de son équipe ainsi que l’oc­troi de mil­liers d’ac­tions gra­tuites à ce même PDG. Et de dénon­cer, en paral­lèle, une baisse en France des inves­tis­se­ments pro­duc­tifs, des réor­ga­ni­sa­tions sans concer­ta­tion et des sala­riés « bala­dés et pous­sés vers la sor­tie ».

« Les com­pé­tences se perdent, l’en­tre­prise perd des clients, alors même que le cœur de métier de l’en­tre­prise – le mar­ché des semi-conduc­teurs – est en pleine crois­sance », s’in­quiète la CGT.

Un impact désas­treux sur le plan social

Sur le plan social, « l’im­pact de cette stra­té­gie finan­cière est désas­treux » estime le syn­di­cat. « Les sala­riés sont sou­mis à une poli­tique de réduc­tion des coûts pour déga­ger tou­jours plus de cash pour les diri­geants et action­naires ». Les griefs sont nom­breux. « Politique sala­riale au rabais, chô­mage par­tiel, pres­sion, sous-effec­tifs… C’est l’en­vers du décor de ST ! »

Des griefs qui ne datent pas d’au­jourd’­hui puis­qu’une délé­ga­tion de sala­riés de STMicroelectronics Crolles et Grenoble avait déjà répondu à l’ap­pel de la CGT, le 6 novembre 2014, pour une mani­fes­ta­tion devant la pré­fec­ture de l’Isère et la per­ma­nence de Geneviève Fioraso, alors secré­taire d’État char­gée de l’Enseignement supé­rieur et de la Recherche. Il s’a­gis­sait alors de réagir à l’an­nonce d’un plan de départs volon­taires faite le 29 octobre et aux mesures de chô­mage par­tiel affec­tant Crolles. Mais aussi de deman­der aux pou­voirs publics et au gou­ver­ne­ment de « faire modi­fier la stra­té­gie de l’en­tre­prise dans le sens d’un redé­ve­lop­pe­ment ».

Une réunion de négo­cia­tion s’est bien dérou­lée les 2 et 3 avril der­niers mais la CGT en dresse « un constat déce­vant ». La direc­tion n’au­rait répondu à aucune des reven­di­ca­tions : « En terme de rému­né­ra­tion, rien ! En terme d’ef­fec­tifs, rien ! Pour le reste, elle ren­voie ça à la consti­tu­tion de groupes de tra­vail ! » Et de conclure que « la direc­tion s’en­ferme dans un mono­logue et reste sourde aux pré­oc­cu­pa­tions des sala­riés ».

Joël Kermabon

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Melina Herenger, vice-présidente de Grenoble-Alpes Métropole en charge du tourisme, de l'attractivité, de l'innovation et de la qualité de vie, Jean-François Clappaz, vice-président en charge de l’économie et du développement industriel du Grésivaudan, Eric Gerondeau, directeur du site intégré de production et R&D de STMicroelectronics à Crolles, Guy Jullien, vice-président chargé de l'économie, de l'industrie et de la résilience économique à Grenoble-Alpes Métropole, lors du deuxième temps fort organisé dans le cadre du pacte économique local de la région grenobloise, le 31 mars 2022 au World Trade Center à Grenoble © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Le pacte éco­no­mique local de la région gre­no­bloise : « Ce n’est pas un machin qui ne sert à rien ! »

DÉCRYPTAGE - Un an et trois mois après son lancement, où en est le pacte économique local de la région grenobloise, censé relocaliser l'économie et Lire plus

Soitec, le CEA, STMicro et GlobalFoundries s'allient autour des nouvelles technologies FD-SOI
Soitec, le CEA, STMicro et GlobalFoundries s’al­lient autour des nou­velles tech­no­lo­gies FD-SOI

FLASH INFO – Une alliance au sommet dans le monde de l’infiniment petit? C'est, en quelque sorte, ce qu'ont annoncé le CEA, GlobalFoundries, STMicroelectronics et Lire plus

Salariés en tenue à l'intérieur de l'usine STMicroelectronics de Crolles. © Artechnic
Incendies de lignes élec­triques : STMicroelectronics Crolles, un site « Seveso seuil haut » ciblé, la CGT dénonce « des actes irresponsables »

EN BREF - Les deux incendies successifs de lignes électriques, survenus dans les nuits du dimanche 3 au lundi 4 avril et du lundi 4 Lire plus

Froges : incen­die sur un site de RTE ciblant STMicroelectronics, des acti­vistes d’ul­tra-gauche sus­pec­tés par les enquêteurs

FIL INFO - Un site de RTE (gestionnaire du Réseau de transport d'électricité) a été en partie incendié dans la nuit du dimanche 3 au Lire plus

Salariés en tenue à l'intérieur de l'usine STMicroelectronics de Crolles. © Artechnic
Explosion du nombre de cas de Covid-19 à STMicroelectronics Crolles : la CGT demande de ren­for­cer les mesures de prévention

FOCUS - La CGT s'est de nouveau alarmée, ce mercredi 12 janvier 2022, de l'explosion des cas positifs de Covid-19 parmi les salariés de STMicroelectronics, Lire plus

L'entrée du site de STMicroelectronics à Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net
STMicroelectronics : les syn­di­cats appellent au boy­cott de l’en­quête « employee sur­vey » de la direction

  FLASH INFO - Les syndicats de STMicroelectronics ont lancé un appel au boycott de l'enquête "employee survey" commanditée par la direction. En cause : Lire plus

Flash Info

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

|

09/05

12h05

|

|

06/05

20h04

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin