Grenoble : un budget 2015 assumé… et critiqué

sep article

Notre indépendance c

DÉCRYPTAGE – Le budget 2015 de la Ville de Grenoble sera voté ce lundi 23 février au conseil municipal. Un vrai challenge pour l’équipe de la majorité qui doit faire la preuve, devant une opposition en embuscade, de la pertinence de ses projections financières et de sa compétence en la matière.

 

 

 

La majorité joue la carte de la collégialité en matière de budget. © Joël Kermabon - placegrenet.fr

La majo­rité joue la carte de la col­lé­gia­lité en matière de bud­get. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

 

 

« Le bud­get ce n’est pas un exer­cice mathé­ma­tique, une équa­tion à résoudre ou une com­pi­la­tion de chiffres. Il est la concré­ti­sa­tion de véri­tables choix poli­tiques, faits en équipe dans la col­lé­gia­lité autour du maire. » Le ton est donné. Hakim Sabri, conseiller muni­ci­pal adjoint aux finances à Grenoble, affiche la cou­leur du conseil muni­ci­pal de ce lundi 23 février.

 

C’est que l’en­jeu est de taille. Examiné à la loupe par l’op­po­si­tion muni­ci­pale depuis le débat d’o­rien­ta­tion bud­gé­taire, le vote du bud­get pri­mi­tif 2015 prend l’al­lure d’un exa­men de pas­sage pour l’é­quipe de Éric Piolle. De quoi lais­ser pré­sa­ger des débats très ani­més, avec des oppo­si­tions plus que jamais déter­mi­nées à ne pas s’en lais­ser conter lors de ce conseil stra­té­gique.

 

 

 

Des investissements « recalibrés »

 

 

« Le bud­get est un acte impor­tant dans la vie d’une col­lec­ti­vité. Pour Grenoble, c’est un peu plus de 263,4 mil­lions d’eu­ros en fonc­tion­ne­ment, avec des dépenses d’in­ves­tis­se­ment – bud­get prin­ci­pal et bud­get annexes confon­dus – qui se montent à envi­ron 65,72 mil­lions d’eu­ros. Ce n’est pas rien ! » lance Hakim Sabri. Des inves­tis­se­ments « reca­li­brés » selon l’ad­joint. Notamment autour de trois axes : l’en­tre­tien du patri­moine, à hau­teur de 15 mil­lions d’eu­ros, les pro­jets d’en­ver­gure enga­gés anté­rieu­re­ment pour la même somme et 7 mil­lions d’eu­ros pour les prio­ri­tés muni­ci­pales.

 

« Malgré le contexte de la baisse des dota­tions de l’État de 5,2 mil­lions d’eu­ros, de gros efforts ont été faits, notam­ment sur la soli­da­rité, avec le main­tien de la sub­ven­tion au centre com­mu­nal d’ac­tion sociale (CCAS), soit 25,4 mil­lions d’eu­ros. Mais aussi la limi­ta­tion, dans une enve­loppe de 27,09 mil­lions d’eu­ros, de la réduc­tion des sub­ven­tions aux asso­cia­tions. Tout ça sans aug­men­ta­tion d’im­pôts et en maî­tri­sant la dette ».

 

Hakim Sabri lors de la présentation du débat d'orientation budgétaire

Hakim Sabri lors de la pré­sen­ta­tion du débat d’o­rien­ta­tion bud­gé­taire – © Joël Kermabon – Place Gre’net

Et Hakim Sabri de se jus­ti­fier : s’il y a recours à l’emprunt pour quatre mil­lions d’eu­ros, paral­lè­le­ment, la Ville se désen­dette de deux à trois mil­lions sur les bud­gets annexes. De quoi limi­ter l’im­pact de la dette publique, selon lui.

 

Quid du per­son­nel muni­ci­pal ? « Nous ter­mi­nons l’an­née avec une masse sala­riale de 137,9 mil­lions d’eu­ros. Notre objec­tif est de conte­nir cette masse sala­riale à son niveau actuel ». Dont acte.

 

 

 

8 % de baisse de subventions aux associations

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
3537 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.