Orfeo ed Euridice fait escale à la MC2

sep article



FOCUS – L’Opéra est de retour à la Maison de la culture de Grenoble. Orfeo ed Euridice, com­posé par Glück y sera pré­senté les 20 et 21 mars pro­chains. Une ver­sion mise en scène par Ivan Alexandre et notam­ment inter­pré­tée par Les Musiciens du Louvre Grenoble, sous la direc­tion de Marc Minkowski.
 
 
Orféo ed Euridice sera en représentation fin mars à la MC2 de Grenoble © Matthias Baus International Stiftung Mozarteum

Orfeo ed Euridice sera en repré­sen­ta­tion fin mars à la MC2 de Grenoble © Matthias Baus International Stiftung Mozarteum

Orfeo ed Euridice est un grand clas­sique de la musique lyrique. Peut-être moins connu du grand public que La Flûte Enchantée de Mozart ou La Traviata de Verdi, cette  œuvre n’en reste pas moins majeure et déter­mi­nante.
 
Composé en 1762, cet opéra, le plus célèbre de Christophe Wilibald Glück, sera pré­senté à la fin du mois de mars à la MC2. Le com­po­si­teur alle­mand, dont on fête cette année le trois cen­tième anni­ver­saire de la nais­sance, y reprend le mythe grec d’Orphée et Eurydice. Monté dans sa ver­sion ori­gi­nale vien­noise, l’o­péra est mis en scène par Ivan Alexandre, musi­co­logue qui a déjà signé les mises en scène du Cid de Corneille au Théâtre polo­nais de Varsovie en 2011.
 
 
Marc Minkowski aux com­mandes
 
 
À la baguette, on retrouve Marc Minkowski, le direc­teur artis­tique de la Mozartwoche de Salzbourg. Il y dirige les Musiciens du Louvre Grenoble, ensemble qu’il a fondé en 1982. Cet Orfeo ed Euridice est d’ailleurs le « résul­tat de conjonc­tions des forces » rap­pelle Jean-Paul Angot, le direc­teur de la MC2. Depuis plus de trente ans, l’orchestre en rési­dence dans la capi­tale des Alpes fait revivre les réper­toires baroques, clas­siques et roman­tiques sur ins­tru­ment d’époque.
 
Après avoir enre­gis­tré en 2004, la ver­sion fran­çaise de l’opéra Orphée et Eurydice (éla­bo­rée en 1774 par Glück pour Marie-Antoinette), Marc Minkowski et ses musi­ciens s’attaquent à la ver­sion ori­gi­nale de l’œuvre. « Gluck a fait en sorte que l’opéra devienne un genre expres­sif, nar­ra­tif et simple. Cet ouvrage est d’ailleurs très léger. Il ne dure qu’une heure et demie au lieu des trois heures trente habi­tuelles » com­mente le chef d’orchestre.
 
Camilla Tilling dans le rôle d'Euridice © Matthias Baus International Stiftung Mozarteum

Camilla Tilling dans le rôle d’Euridice © Matthias Baus International Stiftung Mozarteum

Avant d’ajouter « Glück était le père spi­ri­tuel de nom­breux com­po­si­teurs, comme Mozart et Berlioz. Il est le seul à avoir sur­vécu à la Révolution fran­çaise. C’est un immi­gré qui a mar­qué notre his­toire et réper­toire pour tou­jours, même s’il est depuis un peu sorti des habi­tudes ».
 
 
Une dis­tri­bu­tion excep­tion­nelle
 
 
Et qui dit œuvre excep­tion­nelle dit aussi dis­tri­bu­tion vocale hors-pair. Dans les trois rôles prin­ci­paux, figure le contre-ténor Bejun Mehta. Cousin du chef d’orchestre Zubin Mehta, il incarne Orfeo. A ses côtés, la Suédoise Camilla Tilling, for­mée à l’Université de Göteborg et au Royal College of Music de Londres, inter­prète Euridice. La soprano por­tu­gaise Ana Quintans prête enfin sa voix à l’Amour. Ajoutons à cela le Chœur de chambre du Palau de la Musica Catalana.
 
Après sa pré­sen­ta­tion fin mars à la MC2, Orfeo ed Euridice par­tira fin août à Brême, en Allemagne.
 
 
Maïlys Medjadj
 
 
 
Orfeo ed Euridice sera à l’affiche de la MC2 de Grenoble les 20 et 21 mars pro­chains.
Plus d’informations en ligne sur le site inter­net de la MC2
Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2015 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.