Ebikelabs : Yann Mongaburu s’arrange pour esquiver les questions des journalistes

sep article



FOCUS – Soupçonné d’avoir favorisé une entreprise pour lui faire décrocher un marché public avec la Métropole de Grenoble, le vice-président chargé des déplacements Yann Mongaburu a refusé de répondre directement aux questions des journalistes. Mais nous a répondu par écrit, dans un autre média, au risque de prendre quelques libertés avec le droit de réponse et la liberté de la presse. D’autant que, contrairement à ce qu’il laisse supposer, la rédaction de Place Gre’net n’a pas reçu de lettre recommandée avec accusé-réception*… Nous avons malgré tout décidé de publier ledit courrier pour que le lecteur puisse se faire sa propre opinion.

 

 

 

Mongaburu_veloLe vice-pré­sident en charge des dépla­ce­ments à la Métropole de Grenoble, éga­le­ment pré­sident du SMTC et conseiller muni­ci­pal à la ville de Grenoble, a visi­ble­ment quelques dif­fi­cul­tés à accep­ter de répondre aux ques­tions de la presse.

 

Yann Mongaburu a‑t-il œuvré en vue de favo­ri­ser une entre­prise afin qu’elle obtienne un mar­ché public ? Dans un article mis en ligne sur Place Gre’net le 7 février 2017, nous nous inter­ro­gions sur son rôle après la lec­ture de plus de quatre-vingt fichiers infor­ma­tiques, essen­tiel­le­ment des échanges de mails, qui nous avaient été trans­mis fin 2016.

 

Comme dans tout débat contra­dic­toire, M. Mongaburu, mais éga­le­ment le maire de Grenoble Eric Piolle, les adjoints à la ville de Grenoble Vincent Fristot et Jacques Wiart, le conseiller muni­ci­pal Raphaël Marguet, tous des­ti­na­taires d’une par­tie des échanges de mails, ont été contac­tés le 4 février à 17 h 04.

 

Devant le silence géné­ral, nous les avons relan­cés le 5 février à 21 h 36. Sans plus de réac­tion de leur part. Seul Michel Papaud, le direc­teur géné­ral des ser­vices de la Métropole de Grenoble, éga­le­ment des­ti­na­taire d’une par­tie de ces échanges élec­tro­niques, nous a répondu par la voix de la direc­trice du dépar­te­ment Mobilités.

 

 

 

Sur la forme

 

 

Également contacté par nos confrères du Lanceur, Yann Mongaburu a tout autant refusé de répondre direc­te­ment aux ques­tions des jour­na­listes. Mais s’est fendu d’un “droit de réponse” éton­nam­ment mis en ligne donc, dans une autre publi­ca­tion que celle qui le « met per­son­nel­le­ment en cause ».

 

Outre le fait qu’il s’agit là d’une cer­taine liberté prise avec le droit de réponse – rap­pe­lons que l’insertion doit être faite en même lieu et mêmes carac­tères d’a­près la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, condi­tions refor­mu­lées dans le décret du 24 octobre 2007 rela­tif à l’é­co­no­mie numé­rique –, Place Gre’net n’a pas reçu de demande de droit de réponse envoyée par recom­mandé avec accusé-récep­tion* comme l’exige la pro­cé­dure. Contrairement à ce que laisse sup­po­ser son cour­rier publié dans Le Lanceur.

 

Par ailleurs, rap­pe­lons que l’exer­cice du tra­di­tion­nel droit de réponse est nota­ble­ment res­treint dans les médias en ligne avec la pos­si­bi­lité d’in­sé­rer un com­men­taire dans une zone pré­vue à cette effet (article 1 du décret du 24 octobre 2007). Possibilité que n’a pas non plus sai­sie M. Mongaburu.

 

 

 

Sur le fond

 

 

Par-delà la forme, la réponse de Yann Mongaburu – que nous publions ci-après inté­gra­le­ment afin que le lec­teur puisse se faire sa propre opi­nion – mérite quelques pré­ci­sions de la part de la rédac­tion.

 

La consti­tu­tion de la société Ebikelabs en avril 2015, soit pos­té­rieu­re­ment à la majo­rité des échanges de mails que nous avons en notre pos­ses­sion (un an et demi de cor­res­pon­dances entre jan­vier 2014 et juillet 2015) dédouane-t-elle à elle seule le pré­sident du SMTC des soup­çons por­tés sur sa per­sonne et son rôle dans le dos­sier, comme sa réponse le laisse pen­ser ?

 

Le 24 juillet 2014, dans un mail, Raphaël Marguet, conseiller muni­ci­pal à la Ville de Grenoble – lequel devien­dra par la suite direc­teur géné­ral d’Ebikelabs – appelle Yann Mongaburu, Vincent Fristot et Jacques Wiart à la pru­dence :

 

 

« Ce mail juste pour vous don­ner la ver­sion élec­tro­nique du docu­ment que je vous ai donné tout à l’heure. Il est dif­fu­sable mais de manière rai­sonné, en effet ce sont des tra­vaux que Maël Bosson sou­haite par­ta­ger avec les élus, mais qui peuvent être un peu sen­sible dans le sens où il y a une pos­sible créa­tion d’en­tre­prise der­rière pour lui et d’autres. »

 

Courriel accom­pa­gné d’une pièce jointe « PropositionExperimentationMetroVeloElectriqueMaelBosson »

 

 

Dès juillet 2014, Yann Mongaburu ne pou­vait donc igno­rer qu’il y avait une créa­tion d’entreprise à la clé. Il devra vrai­sem­bla­ble­ment s’en expli­quer aux enquê­teurs. Après avoir assez vite classé l’affaire sans suite, le par­quet de Grenoble a fina­le­ment ouvert une enquête pré­li­mi­naire lors de la publi­ca­tion de notre article.

 

Rappelons que l’enquête pré­li­mi­naire, qui ne pré­juge en rien de la culpa­bi­lité des per­sonnes citées dans le dos­sier, a pour objec­tif d’apporter des élé­ments suf­fi­sants au pro­cu­reur de la République afin qu’il juge du bien-fondé d’une pour­suite.

 

 

Patricia Cerinsek

 

* Nous avons fina­le­ment reçu la demande de droit de réponse avec accusé-récep­tion le 25 février. Le cour­rier, bien que daté du 15 février, a été posté le 23 février (cachet de la poste fai­sant foi), soit le jour même de la mise en ligne de notre article. Un peu tard…

 

 

La réponse de Yann Mongaburu datée du 15 février ini­tia­le­ment publiée sur Le Lanceur.

 

capture_ecran_demande_droit_reponse_ebikelabs

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
8974 visites | 14 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 14
  1. excu­sez-moi, mais si Place Gre’Net n’a pas reçu de réponse à ses mails, c’est peut être que les inté­res­sés ne tiennent pas le site en très grande estime, car il aurait comme une ten­dance à sans arrêt les des­cendre ? Ca en devient même « incons­cient », ou c’est fait exprès ? Là encore dans cet « article », il est écrit :
    « …a pour objec­tif d’apporter des élé­ments suf­fi­sants au pro­cu­reur de la République afin qu’il juge du bien-fondé d’une pour­suite. »
    Pourquoi cette phrase affir­ma­tive ? alors qu’il aurait fallu ajou­ter un adjec­tif à pour­suite, comme « éven­tuelle », ou écrire du bien fondé ou non … car il n’est pas sûr que le pro­cu­reur donne une suite.

    sep article
    • PT

      23/02/2017
      18:01

      Si l’on suit votre rai­son­ne­ment, cela vou­drait donc dire que M. Mongaburu ne tien­drait pas Le Lanceur « en très grande estime », car il a éga­le­ment refusé de leur répondre…

      Par ailleurs, quand bien même cela serait le cas, il est pour le moins curieux de refu­ser de répondre aux ques­tions avant publi­ca­tion, de ne pos­ter aucun com­men­taire pour faire connaître ses argu­ments après, puis de rédi­ger un droit de réponse ensuite.
      Remarquez, nous avons déjà connu pire dans le manque de gra­dua­tion avec un élu de Saint-Ismier (divers droite) qui, plu­tôt que de répondre sur le fond, a pré­féré pas­ser direc­te­ment par la case Tribunal de grande ins­tance contre Place Gre’net… Et a perdu. Petit rap­pel des faits ici.

      sep article
    • Une enquête pré­li­mi­naire, comme son nom l’in­dique, vise à déter­mi­ner par une enquête de police s’il y a rai­son pour le Parquet de mettre en branle l’ac­tion publique, donc de lan­cer une infor­ma­tion judi­ciaire et de dési­gner un juge “ins­truc­tion.

      sep article
    • Et si les élus décident de ne pas répondre à la presse, c’est leur res­pon­sa­bi­lité et sans doute du au fait qu’ils n’aiment pas la presse indé­pen­dante et ne sup­porte que la presse com­plai­sante qui ne dit que du bien d’eux.
      Sauf que c’est pas comme ça que ça se passe et ce genre d’at­ti­tude est com­pa­rable à celle de Trump.
      On répond tou­jours à la presse par prin­cipe même si c’est pour dire « pas de com­men­taire », parce que la presse publiera quoi­qu’il arrive.

      sep article
    • Le mieux serait sans doute que Place Gre’Net vous confie la rédac­tion des articles sur les sujets concer­nant la muni­ci­pa­lité de Grenoble…
      La phrase à laquelle vous faites réfé­rence est écrite avec des mots pré­cis qui confèrent l’ob­jec­ti­vité au pro­pos.

      Quant à votre injonc­tion, per­met­tez-moi de la trou­ver incon­grue, sur la forme comme sur le fond.

      sep article
      • Vu le contenu extrê­me­ment inté­res­sant de votre com­men­taire, je vous pren­drais volon­tiers comme rédac­teur en chef de la rubrique « la poli­tique pour les nuls », pour laquelle aucune objec­ti­vité n’est requise. Je vous conseille néan­moins de prendre quelques cours de com­pré­hen­sion et d’ex­pli­ca­tion de texte avant toute inter­ven­tion.
        De plus en plus Place Gre’net se pose comme un site par­ti­san et, moi qui le suis depuis son démar­rage, je trouve dom­mage son éter­nel parti pris et il m’ar­rive de le dire. Au moins, les com­men­taires « pas dans la ligne » sont quand même accep­tés.

        sep article
        • Caro, je ne vous suis pas. La poli­tique c’est par essence la vie publique, la contra­dic­tion, le rendre compte aux citoyens élec­teurs. Ceux qui s’en écartent tombent dans les abimes élec­to­ra­listes.

          Les débats natio­naux l’illus­trent mal­heu­reu­se­ment.

          Personne n’est au des­sus du sys­tème, nul n’est censé igno­rer la loi, la liberté de la presse reven­di­quée pour tous et toutes devien­drait bru­tament un obs­tacle lors­qu’elle met en exergue que des membres de la majo­rité de Piolle pour­rait se voir repro­cher des faits graves dans le res­pon­sa­bi­lité de leur man­dat vis-à-vis des mar­chés publics. Si Mongaburu n’a­vait rien à se repro­cher pour­quoi n’a-t-il pas réagi plus rapi­de­ment en trans­pa­rence, en conscience ?

          Que vous cher­chiez à le défendre c’est nor­mal et cou­ra­geux, mais que vous jugiez de l’im­par­tia­lité ou au contraire de la par­tia­lité des médias pour le défendre me semble bien popu­liste. Je lis régu­liè­re­ment vos réac­tions, elles deviennent sym­bo­liques d’une fébri­lité dès qu’elle ébranle l’é­di­fice Piolle, Mongaburu, Comparat et com­pa­gnie.

          J’en reviens fina­le­ment tou­jours au même constat, avec Piolle et ses défen­seurs, soit on est dans le rang, et nous sommes les meilleurs amis du monde, soit on ne n’est pas, et alors on devient pes­ti­fé­rés. Bel exer­cice de la démo­cra­tie, com­ment dans un modèle comme celui ci le pro­grès et les débats peuvent-ils exis­ter ?
          Les élus sont de simples loca­taires de leurs sièges, et leur posi­tion ne tient qu’au peuple, élec­teur.

          sep article
  2. C’est incroyable cette inca­pa­cité à rendre compte et à s’ex­pli­quer. Peut-être parce que c’est dif­fi­ci­le­ment expli­cable.

    sep article
    • Il faut se tenir à Caro.….
      « Place Gre’net site par­ti­san ? » De qui ? De quoi ?
      La même Caro se féli­cite (se réjouit ? se console ?) que les com­men­taires « pas dans la ligne » soient « quand même accep­tés » !!!!
      Alors que ladite Caro est, avec l’obs­cur (à plus d’un titre) GAM, la com­men­ta­trice la plus régu­lière de ce site « par­ti­san ».…
      De qui se moque-ton ???
      Les idéo­logues et les dog­ma­tiques, ça ose tout et c’est même à ça qu’on les recon­naît !

      sep article
      • « La même Caro se féli­cite (se réjouit ? se console ?) que les com­men­taires « pas dans la ligne » soient « quand même accep­tés » !!!! »

        La preuve : votre com­men­taire com­plè­te­ment hors sujet, je ne suis même pas sure qu’il soit dans les clous de la charte.

        😉 😉 😉
        ha ha ha

        sep article
        • Réponse édi­fiante, de façon cari­ca­tu­rale.
          1. Mon com­men­taire est qua­li­fié de « com­plè­te­ment hors-sujet ». Qui en décide ? La rédac­tion de Gre’Net qui l’a validé ! Mon inter­ven­tion visait à contes­ter les affir­ma­tions de Caro jugeant le site comme « un site par­ti­san » et dénon­çant son pré­tendu  » éter­nel parti pris ». On ne sau­rait être davan­tage « dans le sujet » que je l’é­tais !!
          Je ne por­tais aucune appré­cia­tion sur le fond sur l’é­ven­tuelle « affaire Mongaburu », je vou­lais seule­ment rele­ver les inter­ven­tions uni­la­té­rales (par­ti­sanes ?), et donc dog­ma­tiques et idéo­lo­giques de Caro.

          2. Mais il y a pire ! Mon com­men­taire ne serait « pas dans les clous de la charte » !!! Je rap­pelle que ledit com­men­taire a été validé par la rédac­tion du site ! Et je sou­ligne sur­tout que Caro s’é­tait per­mis de faire ainsi la leçon à un autre contri­bu­teur, Jean :  » je vous pren­drais volon­tiers comme rédac­teur en chef de la rubrique « la poli­tique pour les nuls », pour laquelle aucune objec­ti­vité n’est requise. Je vous conseille néan­moins de prendre quelques cours de com­pré­hen­sion et d’explication de texte avant toute inter­ven­tion. »

          Bigre ! Quelle hau­teur ! Quel dédain ! Quel mépris, pour tout dire !!!!
          C’est Caro qui décerne les bre­vets de res­pect de la charte, d’ob­jec­ti­vité et de « com­pré­hen­sion et d’ex­pli­ca­tion » ! Faute de quoi votre « inter­ven­tion » ne sau­rait être rece­vable !!!!! Caro, ins­tit à la retraite ? Il faut mar­cher à la baguette !!

          J’avoue que je m’é­tais laissé aller à une for­mu­la­tion un peu « piquante » lors de mon « post » ini­tial (jeu de mots sur le dimi­nu­tif de mon inter­lo­cu­trice, allu­sion trans­pa­rente à la plus célèbre réplique d’Audiard), mais la réac­tion d’i­celle (mon inter­lo­cu­trice) m’in­cite à en rajou­ter dans la pro­vo­ca­tion polé­mique. Peut-être m’intentera-t-elle un pro­cès comme Christophe Ferrari l’a fait avec « Le Postillon ».…..
          L’anagramme de « mili­tant », c’est « limi­tant ».

          sep article
          • Je n’ai qu’une seule réflexion à faire :
            ce n’est pas beau de sor­tir des phrases de leur contexte.
            Ce que j’ai dit à Jean vient en réponse à ce qu’il a écrit :
            « Le mieux serait sans doute que Place Gre’Net vous confie la rédac­tion des articles sur les sujets concer­nant la muni­ci­pa­lité de Grenoble… »
            Normal donc que je veuille le prendre comme rédac­teur en chef … mal­gré ses erreurs d’ex­pli­ca­tion de texte.
            J’ai fran­che­ment autre chose à faire que vou­loir inten­ter des pro­cès ridi­cules.
            Restez donc avec vos pro­jec­tions approxi­ma­tives sur ce que je suis et ce que je pense.
            J’arrête là. Echange inin­té­res­sant sur des per­sonnes et non sur ce qui est écrit dans l’ar­ticle. Commentaires donc hors sujet.

            sep article
            • Moi, j’au­rais plein de réflexions à faire.

              1. Si j’ai sorti votre phrase de son contexte, c’est que je ne pou­vais tout même pas repro­duire, et le mail de Jean, et votre propre réponse.
              Le mail de Jean est entiè­re­ment à charge ! D’une part, il relève assez mali­cieu­se­ment votre parti-pris per­ma­nent et sys­té­ma­tique en faveur de nos édiles actuels en vous invi­tant, iro­ni­que­ment, à tenir la plume dès qu’il s’a­git de par­ler de la Municipalité élue en 2014.
              Et vous osez lui repro­cher son pré­tendu manque d’ob­jec­ti­vité ! Et vous lui faites donc la leçon, avec arro­gance pour ne pas dire mépris, je le main­tiens
              D’autre part, il constate votre auto­ri­ta­risme (cf. « Quant à votre injonc­tion, per­met­tez-moi de la trou­ver incon­grue, sur la forme comme sur le fond. »)

              2. Je ne fais aucune « pro­jec­tion approxi­ma­tive » sur ce que vous êtes et sur ce que vous pen­sez. Je vous lis, et vous écri­vez beau­coup, et je sais lire !!!!

              3. Ce qui était dans l’ar­ticle ini­tial por­tait, certes, d’a­bord, sur une éven­tuelle affaire Mongaburu sur laquelle je ne sais stric­te­ment rien et sur laquelle je m’abs­tien­drai donc de me pro­non­cer.
              Mais vous l’a­vez vous même com­menté, d’emblée, en jetant la sus­pi­cion sur le site qui « des­cen­drait sys­té­ma­ti­que­ment » M. Mongaburu et ses amis.…. !
              Vous avez d’emblée accusé Place.Grenet de par­tia­lité, voire de mani­pu­la­tion par­ti­sane !
              Je ne m’é­tais jamais avisé per­son­nel­le­ment d’une telle entre­prise de démo­li­tion de la part d’un site dont, à titre per­son­nel, je serais bien en peine de « devi­ner » le posi­tion­ne­ment idéo­lo­gique, mais qui me semble faire du bon bou­lot, quelque part entre « Le Daubé » et « Le Postillon ».…..
              C’est donc à cet aspect-là de votre inter­ven­tion que j’ai réagi.
              Encore une fois : en quoi est-ce « hors sujet » ? Et qui êtes-vous pour en déci­der ??

              Et merci au site d’of­frir un espace aux échanges « inin­té­res­sants » (ce doit être l’autre nom du plu­ra­lisme pour les doc­tri­naires…)

              sep article
              • Je viens de lire votre com­men­taire, et je sous­cris.
                Il devient bien dif­fi­cile d’ap­por­ter des éle­ments contra­dic­toires à tous les par­ti­sans de la majo­rité de Grenoble, l’exer­cice de la démo­cra­tie semble lais­ser la place à des com­men­taires incom­pré­hen­sibles lorsque l’on connait le dis­cours tra­di­tion­nel de l’é­dile de Grenoble sur ces thé­ma­tiques de pro­bité.

                Je défends la liberté de la presse, et je ne défen­drai jamais les élus qui cherchent à retour­ner toute situa­tion même indé­fen­dable à leur avan­tage.

                Nous ver­rons si une enquête est ouverte, elle rap­pel­lera mal­heu­reu­se­ment d’autres feuille­tons natio­naux cette fois loca­le­ment, si Mongaburu est intègre qu’il le dise et le prouve, mais sa réac­tion de fébri­lité m’ins­pire bien de la méfiance.

                Enfin, je sou­tiens évi­dem­ment Gre’Net dans sa ligne jour­na­lis­tique et édi­to­riale pour rap­pe­ler les faits et rien que les faits.

                sep article