Manifestation hommage à Rémi Fraisse contre les violences policières

sep article

Notre indépendance c

REPORTAGE – Entre 60 et 80 personnes ont manifesté dans les rues de Grenoble, ce samedi 24 octobre, en hommage à Rémi Fraisse, mort le 26 octobre 2014 sur le site de Sivens. L’occasion aussi de dénoncer les violences d’État et les « provocations de la police », son « bras armé ».

 

 

 

« La police tue, désar­mons-la ! » Tel était l’un des slo­gans scan­dés par les mani­fes­tants qui ont déam­bulé dans les rues de Grenoble, ce samedi 24 octobre, contre les vio­lences poli­cières. Entre 60 et 80 per­sonnes ont ainsi répondu à l’appel lancé par le Collectif gre­no­blois de sou­tien à la « zone à défendre » (Zad) des Chambarans pour se sou­ve­nir de Rémi Fraisse et lui rendre hom­mage.

 

Hommage à Rémi Fraisse. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Hommage à Rémi Fraisse. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Il y a presque un an, dans la nuit du 26 octobre 2014, ce jeune diplômé d’un BTS Gestion et pro­tec­tion de la nature, oppo­sant au pro­jet de bar­rage de Sivens, trou­vait la mort.

 

En cause, une gre­nade assour­dis­sante lan­cée par un gen­darme mobile appar­te­nant aux forces anti­émeutes.

 

À l’ap­proche de la date anni­ver­saire de sa mort, les mani­fes­tants tenaient à lui rendre hom­mage et, sur­tout, à dénon­cer la vio­lence poli­cière quelle qu’en soit la forme.

 

 

 

Une manifestation solidement encadrée

 

 

La mani­fes­ta­tion, bien que non auto­ri­sée, s’est dérou­lée dans le calme mal­gré quelques blo­cages de car­re­fours. Et pour cause, elle était soli­de­ment enca­drée. Rapporté au nombre de mani­fes­tants, celui des poli­ciers pré­sents, en tenue anti­émeute, était mani­fes­te­ment dis­pro­por­tionné. Peut-être les auto­ri­tés s’at­ten­daient-elles à un ras­sem­ble­ment de plus grande enver­gure, à l’i­mage de celui du 5 novembre 2014 qui avait suivi la mort de Rémi Fraisse, à Grenoble.

 

 

Une manifestation bien encadrée. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Une mani­fes­ta­tion bien enca­drée. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous avons mani­festé aujourd’­hui pour que la mort de Rémi Fraisse ne tombe pas dans l’ou­bli. Les forces de l’ordre ont tou­jours été la main armée des gou­ver­ne­ments et de ceux qui pos­sèdent. Nous vou­lons que la police soit désar­mée », expose au méga­phone un repré­sen­tant du col­lec­tif.

 

Flashballs, gre­nades offen­sives, tasers… Autant d’armes sus­cep­tibles, selon le mili­tant, « de don­ner la mort ou de bles­ser griè­ve­ment au cours d’o­pé­ra­tions répres­sives vio­lentes qui ne cessent d’aug­men­ter ». Et de citer, pour preuve, la perte d’un œil subie par le pom­pier Quentin Charron, blessé par le tir de fla­sh­ball d’un CRS lors d’une mani­fes­ta­tion.

 

 

 

« Presque à chaque fois, la police est innocentée »

 

 

Des vio­lences poli­cières qui, par ailleurs, ne se limi­te­raient pas aux seules mani­fes­ta­tions car ce serait « de pré­fé­rence » dans les quar­tiers popu­laires qu’elles s’exer­ce­raient. « On les retrouve dans les quar­tiers, de façon plus insi­dieuse, plus silen­cieuse. N’oublions pas Zyed Benna et Bouna Traoré, élec­tro­cu­tés en fuyant la police, ou encore Amadou Koumé, mort dans un com­mis­sa­riat », rap­pelle-t-il.

 

Pour étayer ces pro­pos, le col­lec­tif pré­ci­sait, d’ailleurs, dans son appel à mani­fes­ter qu’en quatre décen­nies « entre 500 et 1.000 per­sonnes auraient suc­combé, direc­te­ment ou indi­rec­te­ment, des suites d’une opé­ra­tion de police ». Et de s’in­di­gner : « Presque à chaque fois, la police est inno­cen­tée. Ceux qui donnent les ordres les ont pour­tant bien don­nés ! »

 

Le col­lec­tif dénonce éga­le­ment les autres formes que consti­tuent « les dérives d’une idéo­lo­gie sécu­ri­taire ». En ligne de mire, cer­tains élus locaux « qui n’hé­sitent pas à réduire les oppo­sants aux grand pro­jets inutiles à des “khmers verts”, “dji­ha­distes verts” ou encore “mino­ri­tés agis­santes” ». Des dérives qui « encou­ragent l’or­ga­ni­sa­tion de milices agis­sant de manière auto­nome sous le regard bien­veillant des forces de l’ordre ». Et de citer le cas des adhé­rents de la FNSEA qui firent le siège de la Zad de Roybon et s’en prirent phy­si­que­ment aux oppo­sants.

 

 

 

 Ambiance, ambiance…

 

 

Durant la déam­bu­la­tion, il fal­lait noter l’ex­pres­sion de cer­tains pas­sants au pas­sage du cor­tège, pour le moins éber­lués de voir la police escor­ter des mani­fes­tants qui les mal­me­naient pour­tant allè­gre­ment. Surréaliste, vous avez dit ?

 

Du côté des par­ti­ci­pants, la méfiance envers les médias se fai­sait clai­re­ment sen­tir. Certains vou­laient bien s’ex­pri­mer mais sans être cités nom­mé­ment. Pas de pho­tos de près et encore moins de vidéo. D’autres étaient mas­qués, ne sou­hai­tant pas être recon­nus.

 

Méfiance ? © Joël Kermabon - Place Gre'net

Méfiance ? © Joël Kermabon – Place Gre’net

Tous ont en revanche bien remar­qué le pho­to­graphe de la police en civil qui, pour le coup, les mitraillait à bout por­tant depuis le début de la mani­fes­ta­tion. Ambiance, ambiance…

« Aujourd’hui, nous avons une police de plus en plus vio­lente. Nous, nous disons que ce n’est pas nor­mal que des gens meurent sous les coups d’une police qui devrait, au contraire, pro­té­ger les citoyens », nous confiera tout de même un mani­fes­tant avec un sens du résumé quelque peu… désar­mant.

 

À l’is­sue de la mani­fes­ta­tion et du dis­cours qui a suivi, les par­ti­ci­pants ont pu se recueillir devant des bou­gies, dis­po­sées sur le sol pour for­mer le pré­nom Rémi. Ils étaient ensuite invi­tés à se rendre au local de Sud Solidaires pour assis­ter à la pro­jec­tion du film La résis­tance res­pire, retra­çant la lutte contre le bar­rage de Sivens.

 

 

Joël Kermabon

 

 

commentez lire les commentaires
2752 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Ping : Bouilles Hebdo du 26 octobre au 1er novembre | Tant qu'il y aura des bouilles

  2. il se pour­rait bien que ce soit une gre­nade offen­sive et non une gre­nade assour­dis­sante qui ait tué Rémi Fraisse
    http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/barrage-de-sivens/mort-de-remi-fraisse-quelles-grenades-les-forces-de-l-ordre-utilisent-elles_730809.html

    Un très bon article repre­nant un rap­port de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) est paru sur le site Basta et fait le point sur l’en­quête
    http://www.bastamag.net/Un-an-apres-la-mort-de-Remi-Fraisse-les-conclusions-accablantes-de-la

    Tant que la lumière n’est pas faite sur ce qui s’est passé, il est nor­mal qu’il y ait des marches pour rap­pe­ler la mort d’un mani­fes­tant, que ce soit à Grenoble ou à Sivens où le secré­taire géné­ral de la Préfecture a fina­le­ment auto­risé la marche.
    La police ne s’ho­nore pas à cacher la vérité, tout comme les poli­tiques qui la couvre.
    Même s’il y avait peu de « mar­cheurs » beau­coup de gens n’ou­blient pas.

    sep article
    • JK

      26/10/2015
      6:50

      Bonjour

      Merci pour votre com­men­taire. L’article du site http://www.bastamag.fr repre­nant cer­tains élé­ments du rap­port de la Ligue des Droits de l’Homme est cité, indi­rec­te­ment il est vrai, dans le lien sur l’ap­pel à mani­fes­ter émis par le Collectif de sou­tien à la Zad des Chambarans.

      sep article
      • Ok. Excusez-moi, je n’a­vais pas vu qu’il fal­lait lire l’ar­ticle d’in­dy­me­dia pour voir que l’ar­ticle de Basta avec l’en­quête de la LDH était cité. Bah,j comme ça, vos lec­teurs inté­res­sés auront le lien en direct … s’ils lisent les com­men­taires … 😉

        sep article
        • JK

          26/10/2015
          20:40

          Bonsoir Caro

          Merci pour votre com­men­taire. Comprenez bien que c’est un repor­tage sur une mani­fes­ta­tion locale en hom­mage à Rémi Fraisse et non pas un décryp­tage ou un point exhaus­tif sur l’en­quête en cours.

          sep article