Marche silencieuse en hommage à Quentin

sep article



REPORTAGE VIDÉO – Pour rendre hommage à Quentin Charron, blessé par un CRS lors d’une manifestation devant la préfecture de l’Isère le 27 décembre dernier, les pompiers du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) de l’Isère ont organisé une marche silencieuse ce samedi 4 janvier.

 
 
marche silencieuse des pompiers de l'isère en hommage au pompier Quentin Charron blessé lors d'une manifestation
 
Les yeux mouillés de tris­tesse et de colère, des pom­piers venus des quatre coins de la France ont défilé en silence, hier, pour rendre hom­mage à l’un des leurs : Quentin Charron. Cet homme du feu âgé de 31 ans a, en effet, été blessé lors d’une mani­fes­ta­tion des pom­piers contre l’aug­men­ta­tion de leur temps de tra­vail, orga­ni­sée le 27 décembre der­nier devant la pré­fec­ture de l’Isère.
 
Touché en plein visage par un tir de fla­sh­ball ou une bombe lacry­mo­gène lan­cée par les CRS, celui-ci s’est écroulé sur le coup. Victime d’un trau­ma­tisme crâ­nien, il a éga­le­ment eu le nez brisé et a perdu un œil.
 
marche silencieuse des pompiers de l'isère en hommage au pompier Quentin Charron blessé lors d'une manifestation« Ni oubli, ni par­don. Quentin, nous sommes tous avec toi ». Ce sont par ces mots, affi­chés sur la ban­de­role por­tée en début de cor­tège, que les pom­piers ont exprimé leur fra­ter­nité hier après-midi, aux côtés de la famille de leur col­lègue blessé. Mais aussi par « Courage et dévoue­ment », la devise des sapeurs pom­piers fran­çais. Des mots qui ont résonné en silence dans les rues de Grenoble.
 
Organisée par les sapeurs pom­piers eux-mêmes via un col­lec­tif de sou­tien, la mani­fes­ta­tion s’est dérou­lée de la caserne de Seyssinet-Pariset, où Quentin exerce, jus­qu’au siège la pré­fec­ture. Au total, plus de 3 500 per­sonnes y ont par­ti­cipé, selon les orga­ni­sa­teurs. 2 000 selon les forces de l’ordre.
 
 
« Quentin n’est pas un voyou »
 
 
Après deux heures de marche assom­brie par une pluie inces­sante, le cor­tège s’est ras­sem­blé, place de Verdun, pour écou­ter le témoi­gnage des parents du pom­pier blessé.
 
marche silencieuse des pompiers de l'isère en hommage au pompier Quentin Charron blessé lors d'une manifestation« Quentin est sorti de l’hô­pi­tal hier, a annoncé sa mère, visi­ble­ment très affec­tée. Bien sûr, il sait qu’il ne retrou­vera pas l’u­sage de son œil droit, que ce sera un lourd han­di­cap pour le deve­nir de son métier et que le temps l’ai­dera à conso­li­der ses mul­tiples frac­tures au visage ».
Et celle-ci de pré­ci­ser : « Quentin est un homme de ter­rain. Il vivrait très mal sa recon­ver­sion sur un poste hors inter­ven­tion ».
 
Mais cette femme a aussi exprimé sa colère : « Quentin n’est pas un voyou mais un pom­pier qui vient d’être promu ser­gent ». C’est ainsi que Mme Charron demande que « jus­tice soit faite » pour son fils. « Son avo­cat s’en char­gera » a‑t-elle indi­qué.
 
Et celle-ci de s’in­ter­ro­ger avec véhé­mence : « Pourquoi sur quatre mani­fes­ta­tions, deux se sont dérou­lées sans affron­te­ments et les deux der­nières, avec un arse­nal poli­cier mis en place, ont fait deux bles­sés graves ? Eric et Quentin. Pourquoi cet achar­ne­ment contre cette cor­po­ra­tion paci­fique pré­sente 24 heures sur 24, dimanches et jours fériés ? »
 
Pour finir, la mère de Quentin a inter­pellé des res­pon­sables du Sdis, André Vallini le pré­sident du Conseil géné­ral et Richard Samuel, le pré­fet de l’Isère. « Monsieur le pré­fet, je demande que toute la lumière soit faite sur la mani­fes­ta­tion du 27 décembre et que vous nous rece­viez afin de com­prendre ce qui s’est passé. »

 

 
Reportage vidéo de JK Production.
 
 
Ultime hom­mage, tous les pom­piers pré­sents ont agrafé leur insigne sur l’arbre où Quentin a été blessé, rue Eugène Faure.
 
 
VS et MB
 
 
Retour en images avec les pho­tos de Véronique Serre
 
 

 

 
A lire aussi sur Place Gre’net : Malaise géné­ral chez les pom­piers isé­rois

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
7740 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. La pro­fes­sion de pom­pier est une « pro­fes­sion à risque », non recon­nue comme telle. Et pour­tant ils sont là, tou­jours là, dès qu’il y a un évè­ne­ment grave : sau­ver des vies, rendre ser­vice à toute la popu­la­tion. C’est par essence un vrai ser­vice public, et qui doit le res­ter dans des condi­tions accep­tables pour une vraie conscience pro­fes­sion­nelle. Alors ces mes­sieurs les déci­deurs, qui ne veulent pas négo­cier avec des pom­piers en lutte, offensent aussi la popu­la­tion. Nous serons les plus forts unis avec les pom­piers, dans la lutte et nous gagne­rons !

    sep article
  2. Une petite pré­ci­sion,
    Cette marche n’é­tait pas orga­ni­sée par le SDIS…
    Ce sont les sapeurs pom­piers eux même par l’in­ter­mé­diaire d’un col­lec­tif de sou­tien qui a pris cette ini­tia­tive.
    Merci de prendre en compte cette pré­ci­sion impor­tante.

    Ni oubli, ni par­don !

    sep article