Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Atteintes à l’environnement : une carte en ligne pour lancer l’alerte

sep article

EN BREF – Un nouveau site web cartographie les atteintes à l’environnement en Rhône-Alpes. Une vigie citoyenne ? Pas seulement. Lancé par la Frapna, le site invite les lanceurs d’alerte à aller plus loin en les assistant dans leurs démarches pour supprimer ces points noirs. Chaque année, plus de 350 signalements sont recensés dans la région.

 

 

 

Décharges sauvages, remblais de zones humides, pollutions de cours d’eau, déboisements, destructions d’espèces, d’habitat Ces atteintes à l’environnement, la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna) a eu l’idée de les cartographier et les mettre en ligne sur un site web participatif, Les Sentinelles de l’environnement. Une manière de rendre ces informations accessibles au plus grand nombre mais aussi d’impliquer les citoyens.

 

 

 

Le citoyen, lanceur d’alerte environnementale

 

 

« L’idée est que le citoyen puisse être un lanceur d’alerte sur le territoire où il vit, explique Julie Riegel, chargée de mission veille écologique à la Frapna Isère. C’est rendre le citoyen le plus acteur possible en l’appuyant dans ses démarches. »

 

Les sentinelles de l'environnement : un site web de la FRAPNA qui propose une cartographie des atteintes à l'environnement, des décharges sauvages au remblaiement de zones humides. Crédit FRAPNA

Décharges sauvages, remblaiement de zones humides, les atteintes à l’environnement sont nombreuses. © Frapna

Une vigie citoyenne ? Pas seulement donc. Car il ne s’agit pas uniquement de pointer les atteintes à l’environnement. Mais aussi de les résorber, comme ce fut le cas à Saint-Vincent-de-Mercuze.

 

Là, une importante décharge sauvage trônait depuis plusieurs années sur une ancienne carrière non réhabilitée. Début octobre, la mobilisation d’un habitant, mais aussi de l’association locale Grésivaudan Nord environnement (Grene), de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) et de la Frapna a payé : les déchets ont été enlevés.

 

D’abord initiée en Isère en 2009, cette opération Sentinelles a été étendue à toute la région. Et aujourd’hui, ce sont plus de 350 atteintes à l’environnement qui sont signalées chaque année. Avec un objectif : agir le plus vite possible.

 

« Généralement, les atteintes environnementales ne sont pas signalées assez tôt. Il est important de réagir rapidement pour éviter que notre environnement soit dégradé de manière irréversible. »

 

Les sentinelles de l'environnement : un site web de la FRAPNA qui propose une cartographie des atteintes à l'environnement, des décharges sauvages au remblaiement de zones humides. Crédit FRAPNA

Le site web participatif de la Frapna propose une cartographie des atteintes à l’environnement et suit l’avancée des dossiers. © Frapna

 

Les signalements sont ensuite validés par l’association, avant d’être retranscrits sous forme d’une fiche alerte sur le site. Chaque fiche peut ainsi être complétée en fonction de l’avancée du dossier.

 

La Frapna conseille également le lanceur d’alerte sur les premières démarches à entreprendre voire, si besoin, engage elle-même les recours nécessaires auprès des responsables et des services de l’Etat. Comme à Tencin.

 

 

 

Plainte contre X à Tencin

 

 

Là, la Frapna s’est finalement constituée partie civile et a porté plainte contre X pour déboisement d’un espace boisé classé, exploitation de décharge non autorisée, remblaiement de zone humide et circulation de véhicules à moteur dans des espaces naturels…

 

« L’idée reste de favoriser le dialogue pour éviter d’aller jusqu’au contentieux, précise Julie Riegel. Et la mobilisation collective permet d’aller plus vite. »

 

Le site Les Sentinelles de l’environnement a été récompensé du prix Agir décerné par France nature environnement et le Crédit coopératif.

 

 

Patricia Cerinsek

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
1789 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. comment comprendre la cop21 ou l’on demande à plusieurs pays de respecter l’environnement,quand en France le département de la Loire classé 74 eme pour la pollution de l’air par l’hebdomadaire la vie en 2015 (et sûrement la majorité des départements )ne fait pas respecter les interdictions de brulage des déchets y compris les déchets verts sans que cela préoccupe les autorisées ou tout simplement les écologiste .dans un rayon de 3km autour de mon domicile j’ai 1400 photos d’infractions !pas d’information de la population conséquente pour sensibiliser les particuliers,pas grand monde sur le terrain pour constater ,pas d information de l’effet sur la santé de ces brûlages sauvages .
    combien d’infractions relevées?

    salutations

    sep article
  2. Bravo pour cette initiative Frapna !
    Mais il ne faudrait pas trop galvauder le terme de « lanceur d’alerte » : ces acteurs courageux s’opposent et dénoncent les actes délictueux principalement commis par LEUR ENTREPRISE, ce n’est pas le cas ici.
    la LOI n° 2013-316 du 16 avril 2013 de protection des lanceurs d’alerte précise bien qu’il s’agit d’ « avoir relaté ou témoigné, de bonne foi, soit à son employeur, soit aux autorités judiciaires ou administratives de faits relatifs à un risque grave pour la santé publique ou l’environnement dont elle aurait eu connaissance dans l’exercice de ses fonctions. »
    Ce qui ne diminue en rien la valeurs de l’action des « témoins ».

    sep article