Nathalie Cote, candidate à Claix face au maire sortant et journaliste Christophe Revil © Patricia Cerinsek

Claix : atta­quée en dif­fa­ma­tion par la mai­rie, Nathalie Cotte, ex-élue d’op­po­si­tion, dénonce une « manœuvre d’intimidation »

Claix : atta­quée en dif­fa­ma­tion par la mai­rie, Nathalie Cotte, ex-élue d’op­po­si­tion, dénonce une « manœuvre d’intimidation »

FOCUS – Ancienne élue d’op­po­si­tion de gauche à Claix, Nathalie Cotte a été atta­quée en dif­fa­ma­tion par la Ville et par une conseillère muni­ci­pale de la majo­rité. En cause, un article paru dans la feuille d’in­for­ma­tion de l’as­so­cia­tion dont elle est pré­si­dente. Condamnée à 2 000 euros d’a­mende avec sur­sis, le 6 décembre 2023, la mili­tante a fait appel et a com­paru, mer­credi 7 février 2024, devant la cour d’ap­pel de Grenoble, qui ren­dra sa déci­sion le 13 mars. Nathalie Cotte et son avo­cat dénoncent une « manœuvre d’in­ti­mi­da­tion » visant à muse­ler toute oppo­si­tion tan­dis que la par­tie adverse qua­li­fie de « men­songes » le contenu de la publication.

Elle est sor­tie quelque peu ras­sé­ré­née de la cour d’ap­pel de Grenoble, mer­credi 7 février 2024, au terme d’une audience qui s’est éti­rée jus­qu’à 20 heures pas­sées. « Me Adelise a réussi à éle­ver le débat », se féli­cite Nathalie Cotte. Deux mois après, l’an­cienne élue d’op­po­si­tion de gauche à Claix « ne com­prend tou­jours pas » sa condam­na­tion à 2 000 euros d’a­mende avec sur­sis, en pre­mière ins­tance, en décembre 2023, pour des faits pré­su­més de diffamation.

Claix : Nathalie Cotte, ex-élue d'opposition, attaquée en diffamation

Me Arnaud Adelise, avo­cat de Nathalie Cotte, s’est inquiété de voir des faits et pro­pos rele­vant du débat poli­tique atter­rir devant le tri­bu­nal. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Tête de liste divers gauche face au maire sor­tant, Christophe Revil, réélu lors des der­nières muni­ci­pales en 2020, Nathalie Cotte a pour­tant démis­sionné de son man­dat en mars 2023… En fai­sant le constat, déjà, que « tout était ver­rouillé ». Mais l’Iséroise de 50 ans est tou­jours pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Vivre ensemble à Claix, com­po­sée de « Claixois por­tant des valeurs de gauche et d’é­co­lo­gie » et édi­tant la feuille d’in­for­ma­tion Claix de l’info.

Un article sur l’at­tri­bu­tion d’un local pro­fes­sion­nel à une élue de la majorité

Or, c’est pré­ci­sé­ment le numéro de juin 2023 de cette brève publi­ca­tion, dis­tri­buée deux fois par an dans les boîtes aux lettres, qui a mis le feu aux poudres. En cause, un court article inti­tulé « Local à usage pro­fes­sion­nel ». Celui-ci revient sur la récente sub­ven­tion muni­ci­pale de 80 000 euros des­ti­née à la réno­va­tion du bâti­ment dit “La Cure”, qui a per­mis de créer trois loge­ments soli­daires – octroyés à l’as­so­cia­tion Un Toit pour tous – et un local à usage professionnel.

Claix : Nathalie Cotte, ex-élue d'opposition, attaquée en diffamation

Ancienne tête de liste divers gauche à Claix face au maire Christophe Revil, Nathalie Cotte dénonce une ten­ta­tive de muse­ler toute forme d’op­po­si­tion de la part de la majo­rité. © Patricia Cerinsek – Place Gre’net

Mais pour ce der­nier, « il n’y a pas eu d’ap­pel à pro­jets. Et c’est avec sur­prise que nous avons appris que le béné­fi­ciaire de ce local est… une conseillère muni­ci­pale de la majo­rité », constate Vivre ensemble à Claix. Avant de conclure : « Dommage que ce beau pro­jet de mise à dis­po­si­tion de loge­ments soli­daires soit terni par le choix de l’attribution du local pro­fes­sion­nel. »

Nathalie Cotte n’a « pas com­pris » ce qui rele­vait de la diffamation

Sur le coup pour­tant, « le texte est passé qua­si­ment inaperçu auprès de la popu­la­tion. Ce sont eux [la majo­rité] qui en ont fait la publi­cité », iro­nise Nathalie Cotte. Ainsi, dès le conseil muni­ci­pal du 6 juillet 2023, l’é­lue de la majo­rité visée – mais non citée – dans l’ar­ticle, Corinne Rangod, s’est insur­gée publi­que­ment du contenu de ces trois para­graphes, avant de dépo­ser plainte, deux jours plus tard, pour des faits de dif­fa­ma­tion, contre l’as­so­cia­tion Vivre ensemble à Claix.

L’avocat de Corinne Rangod accuse Nathalie Cotte d’a­voir écrit « des choses tota­le­ment fausses »

Me Flavien Jorquera, avo­cat de la conseillère muni­ci­pale de la majo­rité Corinne Rangod, réfute les argu­ments déve­lop­pés par Nathalie Cotte et son conseil Me Adelise. Pour lui, il ne s’a­git « pas sim­ple­ment de la liberté d’ex­pres­sion poli­tique » mais plu­tôt de celle de « ne pas dire des choses tota­le­ment fausses ».

D’après l’ar­ticle paru dans Claix de l’info, « Mme Rangod aurait, avec l’aide du maire de Claix, béné­fi­cier de l’at­tri­bu­tion d’un local pro­fes­sion­nel », décrypte Me Jorquera. Mais ce sont « des men­songes », accuse l’a­vo­cat. « En réa­lité, ce local lui a été vendu par l’as­so­cia­tion dio­cé­saine de Grenoble, donc il n’y avait pas lieu d’ef­fec­tuer un appel à pro­jets », affirme-t-il.

Selon ce der­nier, la publi­ca­tion a en outre clai­re­ment terni la répu­ta­tion de sa cliente. « Certains citoyens de Claix ont cru que Mme Rangod s’é­tait fait attri­buer un local en vio­lant les règles des mar­chés publics », déplore Me Jorquera, qui estime donc tou­jours que les faits relèvent de la « dif­fa­ma­tion ».

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 49 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Christophe Revil, journaliste à Télégrenoble et maire, candidat à sa propre succession, à Claix. Un mélange des genres ouvrant la porte au conflit d'intérêt ? © Capture d'écran
Dans la conti­nuité de Michel Octru, Christophe Revil et la droite gardent la main à Claix

  FIL INFO - Le maire sortant Christophe Revil l'a largement emporté au terme du premier et unique tour dans la commune de Claix, ce Lire plus

A Claix, la campagne des municipales se tend à quelques heures du premier et unique tour de scrutin. Deux listes sont en course.
À Claix, la liste de centre gauche éco­lo­giste va-t-elle mettre un terme à trente ans de règne de la droite ?

  FOCUS - À Claix, la campagne des municipales se tend à quelques heures du premier et unique tour de scrutin. Aux tracts répondent les Lire plus

Stéphane Gemmani porte plainte pour diffamation suite à un communiqué le mettant en cause à M Tag
Stéphane Gemmani porte plainte pour dif­fa­ma­tion suite à un com­mu­ni­qué le met­tant en cause à M Tag

FOCUS - L'élu d'opposition régionale et chauffeur de bus grenoblois Stéphane Gemmani porte plainte pour diffamation et harcèlement. En cause : la parution d'un document Lire plus

La plainte de Stéphane Gemmani pour harcèlement au sein de M Tag classée sans suite
Attaqué en dif­fa­ma­tion par le chi­rur­gien gre­no­blois Hervé Vouaillat, Jean-Marc Morandini relaxé pour des rai­sons de procédure

FLASH INFO - Le réquisitoire du représentant du ministère public avait été pour le moins sévère... mais les juges en ont décidé autrement dans leur Lire plus

Après une condamnation pour diffamation en première instance, la cour d'appel relaxe le militant Jean-François Noblet
Après une condam­na­tion pour dif­fa­ma­tion en pre­mière ins­tance, la cour d’ap­pel relaxe le mili­tant Jean-François Noblet

FLASH INFO - Après une condamnation pour diffamation en première instance au mois d'août 2022, Jean-François Noblet a finalement été relaxé par la cour d'appel Lire plus

Le jour­na­liste Christophe Revil devient maire de Claix… et garde l’an­tenne à TéléGrenoble

FIL INFO - À Claix, Michel Octru laisse son fauteuil de maire à son 3e adjoint Christophe Revil. Lequel conserve son fauteuil de présentateur vedette Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !