Crédit : © Alain Fischer - Ville de Grenoble

Violences sexuelles et sexistes dans le sport : for­ma­tion des clubs, pré­ven­tion… La Ville de Grenoble expose son plan

Violences sexuelles et sexistes dans le sport : for­ma­tion des clubs, pré­ven­tion… La Ville de Grenoble expose son plan

FOCUS – La Ville de Grenoble a détaillé, mardi 30 jan­vier 2024, sa poli­tique de pré­ven­tion et de lutte contre les vio­lences sexuelles et sexistes (VSS) dans le sport, qui sera décli­née dans trois déli­bé­ra­tions pré­sen­tées au conseil muni­ci­pal du lundi 5 février. Un plan doté d’un bud­get de 30 000 euros est mis en œuvre, les cri­tères des sub­ven­tions aux clubs étant, eux, révi­sés. Pour en béné­fi­cier, toute asso­cia­tion spor­tive devra désor­mais avoir suivi une for­ma­tion sur les VSS.

Selon une étude publiée en 2019 par le minis­tère des Sports, « 12 % des per­sonnes inter­ro­gées (en majo­rité des femmes) décla­raient avoir été vic­times de vio­lences sexuelles dans le cadre de leur pra­tique spor­tive », sou­ligne Laura Pfister, adjointe à l’é­ga­lité des droits à la Ville de Grenoble. Pourtant, depuis le cas de la pati­neuse « Sarah Abitbol, pre­mière à témoi­gner » en 2020, la lutte contre les VSS dans le sport « avance très len­te­ment », constate l’é­lue. Quid alors de Grenoble ?

Grenoble : un plan contre les violences sexuelles dans le sport

Céline Mennetrier et Laura Pfister, res­pec­ti­ve­ment adjointes aux sports et à l’é­ga­lité des droits, ont pré­senté le 30 jan­vier 2024, au centre spor­tif Chorier Berriat, le plan de pré­ven­tion et de lutte contre les VSS dans le sport de la Ville de Grenoble. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Laura Pfister et l’ad­jointe aux sports Céline Mennetrier ne connaissent « pas d’exemples pré­cis dans les clubs gre­no­blois ». Mais « les VSS se retrouvent dans tous les pans de la société et le sport n’est pas étanche », recon­naissent les deux élues muni­ci­pales, qui ont détaillé, mardi 30 jan­vier 2024, au centre spor­tif Chorier Berriat, la poli­tique de la Ville de Grenoble en matière de pré­ven­tion et de lutte contre les vio­lences sexuelles et sexistes dans le sport.

Un bud­get de 30 000 euros et « pas un one shot »

Le sujet fai­sait déjà par­tie des prio­ri­tés fixées par la majo­rité, dans sa déli­bé­ra­tion met­tant en œuvre la poli­tique spor­tive muni­ci­pale pour la période 2023 – 2028, adop­tée en mars 2023. Lundi 5 février 2024, trois nou­velles déli­bé­ra­tions – consti­tuant la suite logique de la pré­cé­dente – seront pré­sen­tées au pro­chain conseil municipal.

Grenoble : un plan contre les violences sexuelles dans le sport

La Ville entend sen­si­bi­li­ser le grand public (notam­ment les jeunes licen­ciés et leurs parents) comme les enca­drants et diri­geants de clubs à la ques­tion des VSS dans le sport. © Thierry Chenu – Ville de Grenoble

Celles-ci concer­ne­ront res­pec­ti­ve­ment la révi­sion des moda­li­tés de sub­ven­tion, l’évolution de la com­po­si­tion du comité d’avis des sub­ven­tions et un plan de pré­ven­tion de lutte contre les vio­lences sexistes et sexuelles dans le sport. Un « plan ambi­tieux » doté d’un « bud­get de 30 000 euros, pour 2024 et pour les années à venir », indique Céline Mennetrier, ajou­tant que celui-ci est amené à « se déve­lop­per au fil des ans ». « Ce n’est pas un one shot », abonde Laura Pfister.

Sensibilisation, aide et évaluation

Cette der­nière insiste en outre sur le mon­tant alloué, « qu’on n’a­vait pas encore vu dans d’autres villes, à part Lyon ». Le plan, des­tiné au sport ama­teur, se décline en trois axes. Tout d’a­bord, la sen­si­bi­li­sa­tion aux VSS, à des­ti­na­tion du grand public mais éga­le­ment des clubs, aussi bien pour les diri­geants et entraî­neurs que pour les jeunes licen­ciés – vic­times poten­tielles – et leurs parents.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 59 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Une réflexion sur « Violences sexuelles et sexistes dans le sport : for­ma­tion des clubs, pré­ven­tion… La Ville de Grenoble expose son plan »

  1. Céline Mennetrier est l’ad­jointe potiche d’Eric Piolle qui a signé l’au­to­ri­sa­tion du bur­qini dans les pis­cines gre­no­bloises, que le Conseil d’Etat a ensuite annulée.
    Alors sa pos­ture pour la défense des femmes, c’est hon­teu­se­ment déplacé et pathétique.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Jeune qui jouent au basket sur un city stade, Caserne de Bonne.
Politique spor­tive : la Ville de Grenoble dévoile ses actions en faveur d’un « sport popu­laire, fémi­niste et écologique »

FOCUS - La Ville de Grenoble a présenté, lundi 20 mars 2023, les grands axes de sa politique sportive pour la période 2023-2028, adoptée en Lire plus

Violences sexuelles et sexistes : cas signa­lés et suivi psy à Grenoble école de mana­ge­ment, pré­cur­seur dans ce domaine

DÉCRYPTAGE - Longtemps tabou, le sujet des violences sexuelles et sexistes (VSS) dans les grandes écoles fait l'objet d'une attention particulière à Grenoble école de Lire plus

Trois personnalités se sont exprimées sur plusieurs questions relatives à l'égalité hommes-femmes, lors d'une conférence organisée à Alpexpo le 8 mars 2023. © Martin de Kerimel - Place Gre'net
Le monde du hockey gre­no­blois se penche sur les droits des femmes et les vio­lences sexistes dans le sport

EN BREF - Belle initiative du fonds de dotation des Brûleurs de Loups grenoblois. L'organisme a profité de la Journée internationale des droits des femmes, Lire plus

Parti de Bruxelles, le mouvement "Balance ton bar" a atteint Grenoble où un compte Instagram publie les témoignages anonymes de femmes victimes de violences sexuelles et sexistes dans des bars et discothèques de l'agglomération grenobloise. © Shutterstock
Violences sexuelles : ce que « Balance ton bar Grenoble » va chan­ger dans les cafés, clubs et discothèques

ENQUÊTE - Lancé à Bruxelles à la mi-octobre 2021, le mouvement "Balance ton bar" a vite essaimé dans toute la France, comme à Grenoble où Lire plus

Cindy Perrault, Eric Piolle, Mallaury Chatron et Suzie Brozda. © Laurent Genin
Sport fémi­nin à Grenoble : une semaine pour déve­lop­per la pra­tique et lever les freins

FOCUS - La Ville de Grenoble organise, du 8 au 15 septembre, la première semaine du sport féminin, en partenariat avec l’Office municipal des sports Lire plus

Eric Piolle, maire de Grenoble, Waleb Kismoune, vice-président du Football club Allobroges Asafia et Mohamed Djerbi, président de la Licra Grenoble Isère lors de la signature de la charte contre l'homophobie. © FC2A
Le Club de foot gre­no­blois, le FC2A s’en­gage contre l’ho­mo­pho­bie et pour l’é­ga­lité femmes-hommes

  FIL INFO - Le Football club Allobroges Asafia (FC2A), situé dans le quartier Alma-Très Cloîtres à Grenoble, vient d'adopter une charte contre l’homophobie et un Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !