Actualité

Crédit : © Alain Fischer - Ville de Grenoble

Violences sexuelles et sexistes dans le sport : for­ma­tion des clubs, pré­ven­tion… La Ville de Grenoble expose son plan

Violences sexuelles et sexistes dans le sport : for­ma­tion des clubs, pré­ven­tion… La Ville de Grenoble expose son plan

FOCUS - La Ville de Grenoble a détaillé, mardi 30 janvier 2024, sa politique de prévention et de lutte contre les violences sexuelles et sexistes (VSS) dans le sport, qui sera déclinée dans trois délibérations présentées au conseil municipal du lundi 5 février. Un plan doté d'un budget de 30 000 euros est mis en œuvre, les critères des subventions aux clubs étant, eux, révisés. Pour en bénéficier, toute association sportive devra désormais avoir suivi une formation sur les VSS.

Selon une étude publiée en 2019 par le ministère des Sports, "12 % des personnes interrogées (en majorité des femmes) déclaraient avoir été victimes de violences sexuelles dans le cadre de leur pratique sportive", souligne Laura Pfister, adjointe à l'égalité des droits à la Ville de Grenoble. Pourtant, depuis le cas de la patineuse "Sarah Abitbol, première à témoigner" en 2020, la lutte contre les VSS dans le sport "avance très lentement", constate l'élue. Quid alors de Grenoble ?

Grenoble : un plan contre les violences sexuelles dans le sport

Céline Mennetrier et Laura Pfister, respectivement adjointes aux sports et à l'égalité des droits, ont présenté le 30 janvier 2024, au centre sportif Chorier Berriat, le plan de prévention et de lutte contre les VSS dans le sport de la Ville de Grenoble. © Manuel Pavard - Place Gre'net

Laura Pfister et l'adjointe aux sports Céline Mennetrier ne connaissent "pas d'exemples précis dans les clubs grenoblois". Mais "les VSS se retrouvent dans tous les pans de la société et le sport n'est pas étanche", reconnaissent les deux élues municipales, qui ont détaillé, mardi 30 janvier 2024, au centre sportif Chorier Berriat, la politique de la Ville de Grenoble en matière de prévention et de lutte contre les violences sexuelles et sexistes dans le sport.

Un budget de 30 000 euros et "pas un one shot"

Le sujet faisait déjà partie des priorités fixées par la majorité, dans sa délibération mettant en œuvre la politique sportive municipale pour la période 2023-2028, adoptée en mars 2023. Lundi 5 février 2024, trois nouvelles délibérations - constituant la suite logique de la précédente - seront présentées au prochain conseil municipal.

Grenoble : un plan contre les violences sexuelles dans le sport

La Ville entend sensibiliser le grand public (notamment les jeunes licenciés et leurs parents) comme les encadrants et dirigeants de clubs à la question des VSS dans le sport. © Thierry Chenu - Ville de Grenoble

Celles-ci concerneront respectivement la révision des modalités de subvention, l’évolution de la composition du comité d’avis des subventions et un plan de prévention de lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans le sport. Un "plan ambitieux" doté d'un "budget de 30 000 euros, pour 2024 et pour les années à venir", indique Céline Mennetrier, ajoutant que celui-ci est amené à "se développer au fil des ans". "Ce n'est pas un one shot", abonde Laura Pfister.

Sensibilisation, aide et évaluation

Cette dernière insiste en outre sur le montant alloué, "qu'on n'avait pas encore vu dans d'autres villes, à part Lyon". Le plan, destiné au sport amateur, se décline en trois axes. Tout d'abord, la sensibilisation aux VSS, à destination du grand public mais également des clubs, aussi bien pour les dirigeants et entraîneurs que pour les jeunes licenciés - victimes potentielles - et leurs parents.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 59 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Une réflexion sur « Violences sexuelles et sexistes dans le sport : for­ma­tion des clubs, pré­ven­tion… La Ville de Grenoble expose son plan »

  1. Céline Mennetrier est l’ad­jointe potiche d’Eric Piolle qui a signé l’au­to­ri­sa­tion du bur­qini dans les pis­cines gre­no­bloises, que le Conseil d’Etat a ensuite annulée.
    Alors sa pos­ture pour la défense des femmes, c’est hon­teu­se­ment déplacé et pathétique.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Jeune qui jouent au basket sur un city stade, Caserne de Bonne.
Politique spor­tive : la Ville de Grenoble dévoile ses actions en faveur d’un « sport popu­laire, fémi­niste et écologique »

FOCUS - La Ville de Grenoble a présenté, lundi 20 mars 2023, les grands axes de sa politique sportive pour la période 2023-2028, adoptée en Lire plus

Violences sexuelles et sexistes : cas signa­lés et suivi psy à Grenoble école de mana­ge­ment, pré­cur­seur dans ce domaine

DÉCRYPTAGE - Longtemps tabou, le sujet des violences sexuelles et sexistes (VSS) dans les grandes écoles fait l'objet d'une attention particulière à Grenoble école de Lire plus

Trois personnalités se sont exprimées sur plusieurs questions relatives à l'égalité hommes-femmes, lors d'une conférence organisée à Alpexpo le 8 mars 2023. © Martin de Kerimel - Place Gre'net
Le monde du hockey gre­no­blois se penche sur les droits des femmes et les vio­lences sexistes dans le sport

EN BREF - Belle initiative du fonds de dotation des Brûleurs de Loups grenoblois. L'organisme a profité de la Journée internationale des droits des femmes, Lire plus

Parti de Bruxelles, le mouvement "Balance ton bar" a atteint Grenoble où un compte Instagram publie les témoignages anonymes de femmes victimes de violences sexuelles et sexistes dans des bars et discothèques de l'agglomération grenobloise. © Shutterstock
Violences sexuelles : ce que « Balance ton bar Grenoble » va chan­ger dans les cafés, clubs et discothèques

ENQUÊTE - Lancé à Bruxelles à la mi-octobre 2021, le mouvement "Balance ton bar" a vite essaimé dans toute la France, comme à Grenoble où Lire plus

Cindy Perrault, Eric Piolle, Mallaury Chatron et Suzie Brozda. © Laurent Genin
Sport fémi­nin à Grenoble : une semaine pour déve­lop­per la pra­tique et lever les freins

FOCUS - La Ville de Grenoble organise, du 8 au 15 septembre, la première semaine du sport féminin, en partenariat avec l’Office municipal des sports Lire plus

Eric Piolle, maire de Grenoble, Waleb Kismoune, vice-président du Football club Allobroges Asafia et Mohamed Djerbi, président de la Licra Grenoble Isère lors de la signature de la charte contre l'homophobie. © FC2A
Le Club de foot gre­no­blois, le FC2A s’en­gage contre l’ho­mo­pho­bie et pour l’é­ga­lité femmes-hommes

  FIL INFO - Le Football club Allobroges Asafia (FC2A), situé dans le quartier Alma-Très Cloîtres à Grenoble, vient d'adopter une charte contre l’homophobie et un Lire plus

Flash Info

|

12/04

14h06

|

|

12/04

13h33

|

|

11/04

12h01

|

|

10/04

19h58

|

|

10/04

16h43

|

|

09/04

16h21

|

|

09/04

15h20

|

|

09/04

10h46

|

|

08/04

22h04

|

|

08/04

11h54

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF : Les stages en immer­sion d’Éric Piolle

Société| « Violeur à la trot­ti­nette » à Grenoble : le sus­pect mis en exa­men et placé en déten­tion provisoire

Culture| Plus de 120 œuvres de Joan Miró à décou­vrir au Musée de Grenoble du 20 avril au 21 juillet 2024

Agenda

Je partage !