Grenoble : des gaz lacry­mo­gènes tirés près de l’é­cole Jules-Verne et du jar­din Hoche, des enfants incom­mo­dés, la police s’explique

Grenoble : des gaz lacry­mo­gènes tirés près de l’é­cole Jules-Verne et du jar­din Hoche, des enfants incom­mo­dés, la police s’explique

FOCUS - La police a tiré de nombreuses grenades lacrymogènes, jeudi 6 avril 2023, à Grenoble, pour disperser la manifestation sauvage ayant quitté le cortège officiel contre la réforme des retraites. Des gaz lacrymogènes qui, selon plusieurs témoignages, auraient atteint la cour de l'école Jules-Verne - durant l'accueil périscolaire - et le jardin Hoche. Si les animateurs ont pu rapidement mettre les élèves de l'école à l'abri, des enfants jouant dans le parc auraient en revanche souffert des gaz.

[Article publié initialement le 7 avril 2023 à 16 h 43 et mis à jour le 12 avril 2023 à 18 h 49 avec ajout réaction de la police] "Il y a eu beaucoup de peur et de pleurs chez les petits." Cette maman, qui se trouvait avec son fils dans le petit parc à jeux situé dans le jardin Hoche, est encore choquée par la scène vécue la veille. Jeudi 6 avril, peu après 16 h 30, le parc comme la cour de l'école maternelle Jules-Verne auraient en effet, d'après plusieurs témoignages concordants, été noyés sous les gaz lacrymogènes. Le résultat de grenades tirées par les policiers, rue Hoche, pour disperser la manifestation spontanée partie en marge du cortège officiel contre la réforme des retraites.

Grenoble : des gaz lacrymogènes près d'écoles et du jardin Hoche

Les gaz lacrymogènes ont atterri dans la cour de l'école Jules-Verne alors que des enfants jouaient dehors pendant le temps périscolaire. © Compte Twitter de Salima Djidel (capture d'écran)

"Les tirs de gaz lacrymogène par la police se sont faits rue Hoche, devant les grilles de l'école maternelle, à une heure ou les enfants prenaient leur goûter dans la cour", précise la mère de famille. Le temps de classe était fini, une partie des élèves étant alors en accueil périscolaire. Les jets de grenades "s'intensifiant", une manifestante, aux premières loges, indique avoir "couru vers le parvis de l'école" où elle a aperçu un petit groupe d'enfants.

"J'ai crié aux enfants de partir très vite, de s'éloigner de la grille et d'aller chercher les adultes. (...) Une vingtaine de grenades ont été lancées sur la chaussée à ce moment-là, certaines explosant ou roulant jusqu'au parvis de l'école."

"J'étais prise de panique et j'ai crié aux enfants de partir très vite, de s'éloigner de la grille et d'aller chercher les adultes", relate la jeune femme. "Ils sont partis en courant et, avec deux autres manifestants, nous avons hurlé à destination des adultes pour qu'ils rentrent les enfants à l'intérieur immédiatement."

Grenoble : des gaz lacrymogènes près d'écoles et du jardin Hoche

Les forces de l'ordre font régulièrement usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestations sauvages, comme le 16 mars, après le recours au 49.3. © Manuel Pavard - Place Gre'net

Dans la cohue et le brouillard des gaz lacrymogènes, la manifestante n'a pu voir la suite de la scène mais, selon elle, "une vingtaine de grenades ont été lancées sur la chaussée à ce moment-là, certaines explosant ou roulant jusqu'au parvis de l'école". Elle ne peut en revanche certifier s'il s'agissait de l'école Jules-Verne ou Marianne-Cohn, les deux établissements étant contigus.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 61 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

3 réflexions sur « Grenoble : des gaz lacry­mo­gènes tirés près de l’é­cole Jules-Verne et du jar­din Hoche, des enfants incom­mo­dés, la police s’explique »

  1. Toujours aussi pré­cis, ces tirs de « défense »

    sep article
  2. Bonjour,
    Pouvez vous évi­ter d’u­ti­li­ser le terme de mani­fes­ta­tion « sau­vage ? ». On n’est pas sur BFM…
    « Manifestation non-decla­rée » est plus appro­prié, bien que moi s roman­tique, ou inquié­tant, selon le point de vue que l’on adopte…
    Merci !

    sep article
    • Bonsoir,

      Pour répondre à votre mes­sage, on peut bien sûr uti­li­ser le terme « mani­fes­ta­tion spon­ta­née », qui s’est aussi répandu depuis quelques années mais l’ex­pres­sion « mani­fes­ta­tion sau­vage » est sou­vent uti­li­sée et même reven­di­quée dans les milieux mili­tants (notam­ment liber­taires, anti­ca­pi­ta­listes, anti­fas­cistes et auto­nomes). A la base, ça vient même de là, même si le terme a par­fois été détourné de sa voca­tion ini­tiale, dans cer­tains médias, pour le rendre un peu péjo­ra­tif (ce qu’il n’é­tait pas à la base). Vous pou­vez faire une recherche sur de nom­breux sites mili­tants et vous consta­te­rez que l’ex­pres­sion est assez régu­liè­re­ment employée, y com­pris aujourd’hui.

      Cordialement

      sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Réforme des retraites : entre 10 000 et 26 000 mani­fes­tants à Grenoble pour la onzième jour­née de mobilisation

REPORTAGE VIDÉO - Entre 10 000 et 26 000 personnes ont manifesté ce jeudi 6 avril 2023 à Grenoble, à l'occasion de la onzième journée Lire plus

Grenoble : un mil­lier de mani­fes­tants contre les vio­lences poli­cières et en sou­tien aux bles­sés de Sainte-Soline, deux per­sonnes interpellées

REPORTAGE - Plus d'un millier de personnes se sont rassemblées devant la préfecture de l'Isère, jeudi 30 mars 2023, pour dénoncer les violences policières, dans Lire plus

Réforme des retraites : mani­fes­ta­tion sau­vage avor­tée et quelques inci­dents dans la soi­rée à Grenoble

EN BREF - La dixième journée de mobilisation contre la réforme des retraites s'est achevée par quelques tensions, à Grenoble, lorsqu'une centaine de manifestants ont Lire plus

Réforme des retraites : mani­fes­ta­tion sau­vage, ten­sions et pou­belles incen­diées dans les rues de Grenoble

EN BREF - Près de 300 personnes sont parties en manifestation sauvage, jeudi 23 mars 2023 au soir, dans les rues de Grenoble, après la Lire plus

Réforme des retraites : 5 000 per­sonnes à la mani­fes­ta­tion aux flam­beaux, puis des heurts après le défilé officiel

EN BREF - Près de 5 000 personnes ont défilé dans le calme à Grenoble, mardi 21 mars 2023 au soir, lors de la manifestation Lire plus

Manifestation contre la loi travail El Khomri à Grenoble, 31 mars 2016. © Yuliya Ruzhechka - placegrenet.fr
Soirée du 31 mars : la résis­tance citoyenne dans la fumée des lacrymogènes

REPORTAGE PHOTO. La manifestation du 31 mars a sans aucun doute rassemblé le plus grand nombre de personnes depuis le début de la mobilisation citoyenne Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !