Noema, le radiotéléscope surpuissant du plateau de Bure © Wikimedia Commons

Le sur­puis­sant radio­té­les­cope Noema géré par l’Iram de Grenoble vient d’être inau­guré dans les Hautes Alpes

Le sur­puis­sant radio­té­les­cope Noema géré par l’Iram de Grenoble vient d’être inau­guré dans les Hautes Alpes

EN BREF – Le très puis­sant radio­té­les­cope Noema, ins­tallé sur le pla­teau de Bure dans le Dévoluy (05), a été inau­guré le 30 sep­tembre 2022. Cette nou­velle grande infra­struc­ture euro­péenne pour l’as­tro­no­mie vient d’at­teindre ses pleines capa­ci­tés avec la mise en ser­vice de sa der­nière antenne. Fruit de plus de qua­rante ans de coopé­ra­tion scien­ti­fique entre la France, l’Allemagne et l’Espagne, elle per­met­tra des obser­va­tions sans précédent.

Tournant désor­mais à plein régime, le radio­té­les­cope Noema (NOrthern Extended Millimeter Array) vient d’être inau­guré fin sep­tembre dans les Hautes-Alpes. C’est « le plus puis­sant radio­té­les­cope mil­li­mé­trique dans l’hémisphère Nord ». Huit ans après l’i­nau­gu­ra­tion de sa pre­mière antenne en 2014, il pos­sède désor­mais « douze antennes de 15 mètres » qui se déplacent « sur des voies allant jusqu’à 1,7 kilo­mètre ».

Cet obser­va­toire, qui était à l’o­ri­gine l’in­ter­fé­ro­mètre1Instrument per­met­tant de for­mer et d’é­tu­dier des franges d’in­ter­fé­rence du pla­teau de Bure, a été construit en 1979 et est géré par l’Institut de radio­as­tro­no­mie mil­li­mé­trique (Iram), lea­der mon­dial dans le domaine dont le siège est à Grenoble.

Observatoire Noema sur le plateau de Bure. © Iram

Observatoire Noema sur le pla­teau de Bure. © Iram

Ce nou­vel outil de recherche en astro­no­mie pos­sède un pou­voir de réso­lu­tion impres­sion­nant, qui per­met aux scien­ti­fiques « de col­lec­ter de la lumière qui a voyagé jus­qu’à 13 mil­liards d’an­nées pour atteindre la Terre ». Selon le CNRS, « il serait capable de dis­tin­guer un télé­phone por­table à une dis­tance de plus de 500 kilo­mètres ». En effet, les douze antennes de Noema pos­sèdent des récep­teurs de très haute sen­si­bi­lité, « proche des limites quan­tiques ».

La tech­nique d’in­ter­fé­ro­mé­trie consiste à poin­ter toutes les antennes vers une même région de l’espace. Les cher­cheurs com­binent ensuite les signaux à l’aide d’un super­cal­cu­la­teur. Leur pou­voir de réso­lu­tion final est équi­valent à celui d’un gigan­tesque télescope.

Des résul­tats déjà exceptionnels

De plus, en modi­fiant la confi­gu­ra­tion des antennes, il est pos­sible de « zoo­mer » sur un objet céleste pour en obser­ver les détails. Les confi­gu­ra­tions modu­laires per­mettent en outre au réseau d’an­tennes de fonc­tion­ner comme « une caméra à objec­tif variable ».

Il est par ailleurs l’un des rares obser­va­toires radio au monde à pou­voir réa­li­ser des « obser­va­tions multi-raies », c’est-à-dire à « mesu­rer simul­ta­né­ment un grand nombre de signa­tures de molé­cules et d’a­tomes ». Au total, ce sont plus de 5 000 cher­cheurs et cher­cheuses venant du monde entier qui mènent leurs recherches avec Noema.

Antenne radiotélescopique de l'Iram sur le site de Bure. © http://dromescape.blogspot.fr

Antenne radio­té­les­co­pique de l’Iram sur le site de Bure. © http://​dro​mes​cape​.blog​spot​.fr

Ce téles­cope excep­tion­nel leur per­met ainsi d’é­tu­dier la matière froide du cos­mos, à quelques degrés seule­ment au-des­sus du zéro absolu. Mais éga­le­ment la for­ma­tion, la com­po­si­tion et la dyna­mique de galaxies entières, d’é­toiles en for­ma­tion et en fin de vie, de comètes…

Noema est d’ailleurs actif dans la col­la­bo­ra­tion inter­na­tio­nale EHT, qui est à l’origine des pre­mières images de trous noirs. Parmi les mul­tiples décou­vertes per­mises par Noema, figure éga­le­ment l’ob­ser­va­tion la galaxie la plus loin­taine connue à ce jour. Celle-ci est très ancienne : elle est appa­rue peu de temps après le Big Bang !

Laure Gicquel

Auteur

1 commentaire sur « Le sur­puis­sant radio­té­les­cope Noema géré par l’Iram de Grenoble vient d’être inau­guré dans les Hautes Alpes »

  1. C’est une grande joie de pou­voir côtoyer cette mer­veille scientifique..Félicitations â tous pour la concep­tion et la ges­tion de cette réa­li­sa­tion unique. Un vieux pro­vin­cial qui a la chance de voir le pic de Bure en face de son appartement

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Des astro­nomes gre­no­blois ont contri­bué à révé­ler la pre­mière image du trou noir au cœur de notre galaxie

FOCUS - Dans le cadre de la collaboration scientifique internationale Event Horizon Telescope (EHT), l’Institut de radioastronomie millimétrique (Iram) de Grenoble a participé à la Lire plus

Première image de l’ombre d’un trou noir : le trou noir supermassif du centre de la galaxie M87, observé par le réseau EHT. © Collaboration EHT
Première image d’un trou noir : l’institut gre­no­blois de radio­as­tro­no­mie a joué un rôle déterminant

FOCUS – L'Institut grenoblois de radioastronomie millimétrique a joué un rôle essentiel pour obtenir la première image d'un trou noir. Un réseau de huit radiotélescopes Lire plus

Les antennes radiotélescopiques de l'Iram sur le site de Bure. © http://dromescape.blogspot.fr
Noema : l’an­tenne qui fait vibrer Grenoble

FOCUS - L’Institut de radio-astronomie millimétrique (Iram) basé sur le campus de Saint-Martin-d’Hères, était en pleine effervescence ce lundi 22 septembre. La raison ? L'inauguration Lire plus

Guilhem Martin, enseignant-chercheur UGA à SIMAP (CNRS/UGA), présente les recherches sur la fabrication additive conduites avec Constellium C-TEC dans le cadre du laboratoire commun 3ALP. (c) CNRS
Le CNRS, l’UGA et Constellium lancent 3Alp, un labo­ra­toire com­mun sur l’a­lu­mi­nium de demain

FOCUS - Le groupe Constellium, l'un des leaders mondiaux de la production d'aluminium, le CNRS et l’Université Grenoble Alpes ont lancé, le vendredi 6 mai Lire plus

Yassine Lakhnech, président de l’Université Grenoble Alpes et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS lors de la signature de convention, le 24 juin 2022 © Thierry Morturier/UGA
CNRS – Université Grenoble Alpes : une nou­velle conven­tion pour ren­for­cer leur coopé­ra­tion scientifique

FLASH INFO - Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et l’Université Grenoble Alpes (UGA) ont signé une nouvelle convention partenariale, le vendredi 24 Lire plus

Semi-conduc­teurs : le CNRS, l’UGA et l’Université de Tsukuba par­te­naires pour créer J‑Fast, un nou­veau labo­ra­toire franco-japonais

FLASH INFO - Le CNRS, l'Université Grenoble Alpes et l'université de Tsukuba (Japon) ont signé, le 24 juin 2022, un partenariat pour la création d'un Lire plus

Flash Info

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

|

22/11

10h23

|

|

21/11

11h31

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Société| Grenoble : un homme de 68 ans tué par balles devant un bar, en pleine rue

Agenda

Je partage !