Le Musée de Grenoble présente un parcours "en roue libre" au sein de sa collection d'art contemporain

Le Musée de Grenoble pré­sente un par­cours « en roue libre » au sein de sa col­lec­tion d’art contemporain

Le Musée de Grenoble pré­sente un par­cours « en roue libre » au sein de sa col­lec­tion d’art contemporain

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Le Musée de Grenoble pré­sente jus­qu’au 3 juillet 2022 sa nou­velle expo­si­tion tem­po­raire bap­ti­sée « En roue libre ». Un par­cours bordé de pièces de sa col­lec­tion d’art contem­po­rain, où se mélangent les formes, les esthé­tiques, les maté­riaux et les sen­si­bi­li­tés. Le tout autour de thèmes défi­nis par des inti­tu­lés réso­lu­ment ludiques. Ce qui n’empêche en rien d’a­bor­der cer­taines œuvres plus dif­fi­ciles d’ac­cès que d’autres.

Un article sur une expo­si­tion d’art contem­po­rain sans visuels d’œuvres expo­sées ? C’est, hélas, ce à quoi nous contraignent les règles édic­tées par l’ADAGP, orga­nisme qui veille aux droits d’au­teur des artistes. Celle-ci impose en effet, entre autres, une limite de défi­ni­tion des images de 400×400 pixels. Une res­tric­tion archaïque, à laquelle nous ne pou­vons tech­ni­que­ment nous plier, sauf à pro­po­ser des images d’une qua­lité très médiocre. Seul point posi­tif, peut-être : que cela incite d’au­tant plus les lec­teurs à visi­ter l’ex­po­si­tion du Musée de Grenoble.

Grand écart pour le Musée de Grenoble. Au mois de mars, son direc­teur pré­sen­tait un nou­veau venu : un tableau signé Reynaud Levieux et daté de 1670. Moins d’un mois plus tard, c’est à une expo­si­tion tem­po­raire dédiée à l’art contem­po­rain que les visi­teurs sont conviés jus­qu’au 3 juillet 2022. Mais il est vrai, comme le rap­pelle Guy Tosatto, que le Musée de Grenoble « est avant tout célèbre pour sa col­lec­tion d’art moderne et contem­po­rain ».

Guy Tosatto présente l'exposition En roue libre. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Guy Tosatto pré­sen­tant l’ex­po­si­tion En roue libre. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Le titre de l’ex­po­si­tion ? « En roue libre ». Une réfé­rence au détail de “pneu géant”, inti­tulé Grand Prix, de Peter Stämpfli, qui ouvre l’ex­po­si­tion. Mais aussi, sinon sur­tout, à la volonté de com­po­ser « un par­cours extrê­me­ment libre, en lais­sant libre cours à notre sub­jec­ti­vité, à notre spon­ta­néité. Et ima­gi­ner des asso­cia­tions entre des artistes et des œuvres qui n’ont par­fois pas grand chose à voir ensemble », explique Guy Tosatto.

« Partager le plai­sir avec le public »

Imaginée durant le pre­mier confi­ne­ment de mars 2020, En roue libre tra­hit-elle le besoin d’é­va­sion de celles et ceux qui ont tra­vaillé des­sus ? Une chose est cer­taine, Guy Tosatto et Sophie Bernard, conser­va­trice en chef en charge de l’art moderne et contem­po­rain, ont voulu « se faire plai­sir et par­ta­ger ce plai­sir avec le public ». Jusque dans les inti­tu­lés des salles de l’ex­po­si­tion, « ludiques, iro­niques, presque joyeux ».

Le Musée de Grenoble présente sa collection d'art contemporain. Sophie Bernard fait face à un "Concert" du sculpteur Anthony Caro. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Sophie Bernard fait face à un « Concert » du sculp­teur Anthony Caro. © Florent Mathieu – Place Gre’net

L’art contem­po­rain pour­tant peut s’a­vé­rer mor­dant, voire déran­geant. Une per­son­nage pendu au pla­fond sur­plombe les visi­teurs (Hanging Figure, Juan Muñoz), une femme se fait assaillir par de (très) jeunes hommes (Roberte et les col­lé­giens, Pierre Klossowski)… et les célèbres Gilbert & George se repré­sentent au pied d’un arbre, sur un vitrail en passe d’être noyé par une mare de sang dégou­li­nante (Blooded)…

Les formes et les maté­riaux eux-mêmes peuvent sur­prendre. Meubles incon­grus, puits ou gui­tares empi­lées… L’art contem­po­rain s’é­man­cipe des mou­ve­ments et des écoles et per­met aux artistes d’af­fir­mer leur indi­vi­dua­lité, rap­pelle Sophie Bernard. Rien d’é­ton­nant à ce qu’ils inves­tissent des champs nou­veaux, quitte à dérou­ter. Ou, pour reprendre la méta­phore, à lais­ser quelques visi­teurs sur le bord de la route. Mais la voi­ture-balai n’est jamais loin.

Un ren­voi vers la nature de ses propres perceptions

La pro­fu­sion et la variété des œuvres pro­po­sées per­met en effet tou­jours de se rac­cro­cher à quelque chose de nou­veau. Peut-être même à apprendre sur soi, ou la per­cep­tion que l’on se fait de sa réa­lité. À se deman­der, par exemple, pour­quoi ces éta­gères pen­chées sur les­quelles des bou­teilles défient la gra­vité1Three Shelves, Wine Bottles, Tony Cragg par­viennent à nous mettre mal à l’aise. Et plus encore quand cette sen­sa­tion n’est pas par­ta­gée de tous..

En roue libre bat aussi en brèche quelques cli­chés, sur un art contem­po­rain abs­cons, concep­tuel, voire vide de sens. De salles en salles, la beauté n’est jamais loin, et la sen­si­bi­lité des artistes se fait sen­tir sou­vent au-delà des formes. L’esthétique peut être impec­cable ou tour­men­tée, évo­ca­trice ou chi­rur­gi­cale, mais jamais absente même lorsque l’ar­tiste semble vou­loir s’en déga­ger. Ou le faire croire, l’es­pace d’un instant.

Un art contem­po­rain libre­ment interprétable ?

Cette liberté lais­sée aux spec­ta­teurs fait-elle écho à celles des créa­teurs qui, éman­ci­pée des mou­ve­ments ou des écoles, livre­raient des œuvres libre­ment inter­pré­tables ? Ou, plus exac­te­ment, faut-il encore dis­po­ser d’un bagage cultu­rel pour décryp­ter les artistes contem­po­rains ? Guy Tosatto n’est pas loin de le pen­ser : « Nous avons des formes qui sont des invi­ta­tions à la sub­jec­ti­vité, la pro­jec­tion per­son­nelle », explique-t-il.

Le Musée de Grenoble en roue libre dans sa collection d'art contemporain. Sophie Bernard et Guy Tosatto. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Sophie Bernard et Guy Tosatto. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Sophie Bernard, pour sa part, rap­pelle une phrase pro­non­cée par Duchamp : « le tableau est autant fait par le regar­deur que par l’ar­tiste ». Et convient, tout comme Guy Tosatto, que l’art contem­po­rain est moins “codé” que l’art clas­sique, fait d’al­lé­go­ries et de réfé­rences his­to­riques ou bibliques, qui néces­sitent sou­vent une mise en contexte pour être appréhendées.

Mais la conser­va­trice nuance ce pos­tu­lat. « Il y a une liberté du regar­deur et c’est une évi­dence. Malgré tout, l’art contem­po­rain est truffé de cita­tions et de réfé­rences, et je pense que ça reste quelque chose qui néces­site d’être rendu acces­sible. Il faut aussi que le regar­deur regarde bien ! », conclut-elle. Sans comp­ter que l’art contem­po­rain et ses réfé­rences, par défi­ni­tion, perdent de leur contem­po­ra­néité à mesure que passent les générations…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le Musée de Grenoble expose un tableau de Reynaud Levieux... “sauvé” des combles de la Pitié-Salpêtrière
Le Musée de Grenoble expose un tableau de Reynaud Levieux… “sauvé” des combles de la Pitié-Salpêtrière

FOCUS - Le Musée de Grenoble expose La Bénédiction de saint Jean-Baptiste par Zacharie, un tableau signé Reynaud Levieux et daté de 1670. La présentation Lire plus

Une "Folle nuit" en musique sous le signe de la nature au Musée de Grenoble samedi 5 février
Le Musée de Grenoble s’ap­prête à accueillir une « Folle nuit » en musique sous le signe de la nature

FOCUS - La Folle nuit, organisée par Musée en musique au Musée de Grenoble, est de retour samedi 5 février 2022 pour une huitième édition Lire plus

Pierre Bonnard, Trouville, la sortie du port, entre 1938 et 1945. Huile sur toile. Paris, Musée d’Orsay. Dépôt au Centre Pompidou - Musée national d’art moderne, Paris Photo © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / image RMN-GP
Pierre Bonnard, peintre de la lumière, au Musée de Grenoble jus­qu’à fin jan­vier 2022

FOCUS - Besoin de lumière en cette période hivernale ? L'exposition Bonnard, Les Couleurs de la lumière reste visible jusqu'au 30 janvier 2022 au Musée Lire plus

Morandi au Musée de Grenoble : une expo­si­tion excep­tion­nelle à plus d’un titre

  FOCUS — Elle était prévue pour le 16 décembre... mais son ouverture est reportée (au mieux) pour le mois de janvier, selon l'évolution de Lire plus

Danse, Yoga... Le Musée de Grenoble lance des "slow visites" un lundi par mois parmi ses collections
Danse, Yoga… Le Musée de Grenoble lance des « slow visites » un lundi par mois parmi ses collections

  FLASH INFO – "Prenez le temps de ralentir", lance le Musée de Grenoble. À compter du lundi 12 octobre et à raison d'un lundi Lire plus

Pablo Picasso « au cœur des ténèbres » de l’Occupation au Musée de Grenoble

  FOCUS - Pour la première fois, le Musée de Grenoble consacre une exposition intégralement dédiée à Pablo Picasso. Son sujet ? Les œuvres réalisées par Lire plus

Flash Info

|

08/08

19h10

|

|

08/08

12h16

|

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

|

04/08

17h00

|

|

04/08

12h07

|

Les plus lus

Environnement| Sécheresse : Éric Piolle pointe du doigt les « greens » de golf qui conti­nuent d’être arrosés

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin