Chloé LE BRET

Grenoble : Chloé Le Bret, conseillère muni­ci­pale à l’é­ga­lité des droits, démis­sionne suite à « une rup­ture de confiance »

Grenoble : Chloé Le Bret, conseillère muni­ci­pale à l’é­ga­lité des droits, démis­sionne suite à « une rup­ture de confiance »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – Friction au sein de la majo­rité d’Éric Piolle, maire EELV de Grenoble : Chloé Le Bret, conseillère muni­ci­pale à l’é­ga­lité des droits, claque la porte. Elle a annoncé sa démis­sion, ce jeudi 20 jan­vier 2022, au len­de­main de la fin de la média­tion avec les péti­tion­naires de l’Alliance citoyenne pro-burqini.

La conseillère muni­ci­pale à l’é­ga­lité des droits Chloé Le Bret a démis­sionné du conseil muni­ci­pal, ce jeudi 20 jan­vier 2022. En cause ? La façon dont s’est dérou­lée la deuxième et der­nière réunion de média­tion, qui s’est tenue la veille, avec les péti­tion­naires de l’Alliance citoyenne pro-bur­qini. « J’ai eu l’impression d’avoir été mépri­sée par le maire », a ainsi confié le jour même l’é­lue au Dauphiné libéré.

Une membre du cabi­net d’Éric Piolle s’est invi­tée à la table de la médiation

Chloé Le Bret et Céline Mennetier, adjointe aux sports, mènent en effet, depuis octobre 2021, une média­tion avec les péti­tion­naires de l’Alliance citoyenne pro-bur­qini, dans le cadre du nou­veau dis­po­si­tif d’in­ter­pel­la­tion lan­cée en juin 2021. Les mili­tants réclament l’é­vo­lu­tion du règle­ment des pis­cines en faveur du maillot de bain couvrant.

Inauguration de l'exposition "Les inégalité, ça n'est pas notre genre" à Grenoble, le mardi 22 juin 2021, avec Petite Poissone, street-artiste, Thierry Vignon directeur de l'IMT Grenoble et Chloé Le Bret, conseillère déléguée à l’Egalité des droits et à l’Etat civil © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Inauguration de l’ex­po­si­tion « Les inéga­li­tés, ça n’est pas notre genre » à Grenoble, le mardi 22 juin 2021, avec Petite Poissone, street-artiste, Thierry Vignon, direc­teur de l’IMT Grenoble, et Chloé Le Bret, conseillère délé­guée à l’Egalité des droits et à l’Etat civil. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Ce mer­credi 19 jan­vier, la média­tion arri­vant à son terme, les deux élues ont pré­senté aux péti­tion­naires la déci­sion de la majo­rité de ne pas chan­ger le règle­ment, dans l’im­mé­diat, et de se don­ner le temps de réflé­chir. Regrettant, pour sa part, cette « non-déci­sion » de la majo­rité, Chloé Le Bret n’a pas caché, devant les mili­tants, son désac­cord avec la Ville.

Ce n’est cepen­dant pas cette diver­gence de points de vue avec sa majo­rité qui a déclen­ché sa déci­sion de quit­ter le conseil muni­ci­pal, mais l’ar­ri­vée inopi­née, en début de réunion, d’une « membre du cabi­net du maire [venue] assis­ter aux dis­cus­sions avec l’Alliance citoyenne », s’in­digne Chloé Le Bret dans les colonnes du quo­ti­dien régio­nal. « J’ai vu cette irrup­tion comme un signe de défiance. Impression qu’on venait nous sur­veiller, nous les élues. Pour moi, cela est allé trop loin. Il y a eu rup­ture de confiance », consi­dère l’ex-conseillère muni­ci­pale, pro­fon­dé­ment déçue.

La majo­rité « n’a pas de ligne poli­tique claire » selon Chloé Le Bret

Cette pré­sence incon­grue d’un membre du cabi­net lors de la média­tion a en réa­lité tout l’air d’a­voir été la goutte d’eau qui a fait débor­der le vase. Après un an et dix mois de man­dat, Chloé Le Bret ne veut visi­ble­ment plus s’ac­com­mo­der des faux-fuyants de la majo­rité d’Éric Piolle, de son « habi­tude de refu­ser les sujets com­pli­qués. Ou alors [de recher­cher] un consen­sus mou ». Le juge­ment de la jeune femme est sans appel : « Cela montre la fai­blesse de la matu­rité poli­tique de cette équipe, qui pré­fère être dans la seule ges­tion plu­tôt que d’avoir une ligne poli­tique claire… C’est comme si on avait oublié le pro­gramme sur lequel on a été élus.»

DEUX OPPOSANTS RÉAGISSENT À LA DÉMISSION DE CHLOÉ LE BRET

En début de soi­rée, suite à la démis­sion de Chloé Le Bret et à la média­tion sur le bur­qini, le groupe d’opposition Société civile, divers droite et du centre (OSCDC) s’est fendu d’un com­mu­ni­qué. Pour Alain Carignon, son lea­der, farouche oppo­sant au bur­qini, la « des­crip­tion [du] fonc­tion­ne­ment [de la majo­rité] par l’élue démis­sion­naire » démontre le « mépris d’Éric Piolle pour ses élus qui semble aussi déve­loppé qu’à l’égard des Grenoblois ».

Autre réac­tion : celle d’Émilie Chalas. La démis­sion de Chloé Le Bret rem­plit de joie la conseillère muni­ci­pale du groupe d’op­po­si­tion Nouveau Regard. « Une démis­sion salu­taire pour les femmes gre­no­bloises » lance ainsi la dépu­tée LREM. Chloé Le Bret « prô­nait une cari­ca­ture du fémi­nisme contem­po­rain, tout y pas­sait : l’intersectionnalité, l’écriture non gen­rée, le wokisme, et donc le bur­kini…», bro­carde Émilie Chalas.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

10 commentaires sur « Grenoble : Chloé Le Bret, conseillère muni­ci­pale à l’é­ga­lité des droits, démis­sionne suite à « une rup­ture de confiance » »

  1. La démis­sion de Mme Le Bret met en lumière le fonc­tion­ne­ment du cabi­net du maire.….au ser­vice du pro­jet poli­tique per­son­nel de M Piolle. Il serait temps que les autres élu.e.s réveillent aussi !

    sep article
  2. Paul vous vou­lez la ven­géance aux femmes Musalmanes ou vous defen­dez la liberté de son choix ?
    J’ai vu la liberté en Angleterre et aux pis­cines de Stockholm. C’est nous les fran­cais qui font le pro­pa­gande de « liberté » sans don­ner le droit d’etre libre.
    Nous vivons dans une socièté super­fi­cille sans avoir le res­pect de nos coci­toyen et cocitoyennes.

    sep article
  3. Je crois que l’a­ve­nir appar­tient à la femme cou­ra­geuse et vision­naire et douée d’in­tel­li­gence, investi d’une mis­sion spi­ri­tuelle mon­diale et humaniste.
    Personne ne pourra chan­ger, l’é­tat des choses.

    sep article
  4. 1) Il faut tou­jours des idiots utiles pour faire pas­ser de la pro­pa­gande isla­miste sans se rendre compte qu’elle en est.
    2) L’hygiène, on en parle à un moment ou non ?
    3) Si des femmes musul­manes veulent nager habillées dans des pis­cines en France, je réclame que des Françaises non musul­manes puissent se pro­me­ner tête nue dans des pays musul­mans qui imposent un voile
    4) « Extrême droite » évi­dem­ment.… Bon petit sol­dat, va ! Tu as bien appris ta leçon

    sep article
  5. Piolle élu avec très peu de bul­le­tins se prends pour le mes­sie. La ville est pour­rie par sa ges­tion d’in­ca­pable qu’il est. Les rues sont sales, les murs pleins de tag, la drogue. Les coups de cou­teau tout les jours et toutes les nuits, les dégra­da­tions.….. Et main­te­nant [modéré : pro­pos dis­cri­mi­na­toires] pas ques­tion d’al­ler nager dans ces conditions.

    sep article
  6. Les ater­moie­ments de la Mairie sur le port de maillots régle­men­taires pour les hommes comme pour les femmes ainsi que sur les rumeurs sur la dis­pa­ri­tion des pis­cines muni­ci­pales sont consternants.

    Apprendre à nager est un droit de chaque citoyen+ne aussi impor­tant que croire en des textes anciens et de vou­loir en appli­quer les dis­cri­mi­na­tions contre l’hy­giène publique.

    sep article
  7. La néces­sité de l’hy­giène de la pis­cine inter­dit les shorts … et les vête­ments cou­vrants dont le burkini.

    Il n’y a rien de com­pli­qué à appli­quer, et il n’y a pas besoin de polémiquer.

    sep article
    • Nour, la liberté ce n’est pas céder aux moindres volon­tés égoïstes d’une poi­gnée d’individus.
      J’ai envie de me bai­gner nu dans une pis­cine muni­ci­pale ou avec une com­bi­nai­son de ski lavée et sor­tie de mon sac : c’est ma liberté, pour­quoi m’empêcher de le faire ?
      La liberté, c’est aussi de ne pas avoir à sup­por­ter une énième démons­tra­tion d’un signe d’ap­par­te­nance reli­gieuse dans l’es­pace public qui met les gens à dis­tance. Pour une « liberté » accor­dée à une per­sonne, com­bien de dégâts sur le collectif ?
      L’Angleterre et la Suède ne sont pas la France : je res­pecte leur modèle de société, res­pec­tons le notre et ces­sons de faire sem­bler de croire que c’est anodin.

      sep article
  8. Pas sûr Madame que les Grenoblois (moins nom­breux en voix qu’en 2014) aient choisi cette majo­rité pour auto­ri­ser le bur­kini dans les pis­cines municipales.
    Faire des média­tions avec des acti­vistes pro machin, c’est bien. À quand vous inté­res­se­rez vous à ce qu’en pense la majo­rité des Grenoblois ?

    sep article
    • Ce que veux le gre­no­blois c’est des pis­cines propres et en bon état (merci d’ailleurs d’a­voir rénové la pis­cine Bulle d’O, elle est très bien). Que sa voi­sine de ligne soit en tutu ou en maillot de bain à pois ça n’a pas beau­coup d’im­por­tance. La pis­cine est un sport abor­dable qui doit res­ter ouvert à tous.

      Dommage que ces idées vides d’ex­trême droite conti­nuent à créer une mau­vaise ambiance dans ce pays.

      sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Action de désobéissance civile de femmes en burkini à la piscine des Dauphine de Grenoble, vendredi 17 mai DR
Pétition pro-bur­qini : la majo­rité d’Eric Piolle refuse de s’en­ga­ger… après un pro­ces­sus de médiation

FOCUS - Déception et incompréhension pour les pétitionnaires de l'Alliance citoyenne pro-burqini, ce mercredi 19 janvier 2022. La majorité du maire de Grenoble ne veut Lire plus

Pétition pro-bur­qini dans les pis­cines : l’Alliance citoyenne espère « une déci­sion posi­tive » des élus de Grenoble

FLASH INFO - Ce mercredi 19 janvier 2022, les pétitionnaires de l'Alliance citoyenne devraient savoir si la Ville de Grenoble accepte ou pas de changer Lire plus

L'observatoire isérois de la parité entre les femmes et les hommes se déclare "contre le burkini dans les piscines"
Pétition pro-bur­qini dans les pis­cines de Grenoble : l’Alliance citoyenne joue la carte de la démo­cra­tie participative

REPORTAGE – Après leurs actions chocs pro-burqini dans les piscines municipales de Grenoble, les militants de l'Alliance citoyenne  jouent, cette fois, la carte de la Lire plus

Opérations burkini: la Ville de Grenoble dénonce des "provocations déplorable"... et l'Alliance citoyenne la "répression policière"
Opérations bur­qini : la Ville de Grenoble dénonce des « pro­vo­ca­tions déplo­rables »… et l’Alliance citoyenne la « répres­sion policière »

EN BREF - La question du burqini portée par l'Alliance citoyenne de l'agglomération grenobloise continue d'agiter les bassins grenoblois. Alors que la Ville de Grenoble Lire plus

Couv Emilie Chalas, députée LREM, lors de la première journée nationale de la police nationale le 09 juillet 2021 (c) Ilan Khalifa--Delclos | Place Gre'net
Nouvelle action « pro-bur­qini » à Grenoble : Émilie Chalas condamne des « reven­di­ca­tions dangereuses »

FIL INFO - La députée de l'Isère LREM Émilie Chalas s'insurge contre la dernière «opération burqini à Grenoble» qui s'est déroulée ce mercredi 21 juillet Lire plus

Burqini dans les pis­cines : « une affaire de règle­ment inté­rieur, pas d’o­pi­nion » selon Eric Piolle 

EN BREF - La polémique autour du burqini à Grenoble dans les piscines n'a que trop duré, tempête Anne Roche, conseillère municipale d'opposition sans étiquette, Lire plus

Flash Info

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin