Actualité

Rentrée: la rectrice de l'Académie de Grenoble "optimiste"... les syndicats sur le pied de guerre

Rentrée : la rec­trice de l’Académie de Grenoble « opti­miste »… les syn­di­cats sur le pied de guerre

Rentrée : la rec­trice de l’Académie de Grenoble « opti­miste »… les syn­di­cats sur le pied de guerre

FOCUS — Comme chaque année, les per­cep­tions de la ren­trée sco­laire par le rec­to­rat de Grenoble ou par les syn­di­cats sont bien dif­fé­rentes. Si la rec­trice Hélène Insel fait part de son opti­misme et met en avant « inclu­sion » et « éga­lité des chances », Sud et la CGT s’in­ter­rogent sur les pro­to­coles sani­taires et dénoncent une baisse des moyens dédiés à l’enseignement.

« Le mes­sage que je sou­haite por­ter auprès de l’en­semble de la com­mu­nauté édu­ca­tive c’est que nous pou­vons abor­der cette ren­trée des classes avec opti­misme ». C’est par ces mots que la rec­trice de l’Académie de Grenoble Hélène Insel ouvre sa pré­sen­ta­tion de la ren­trée 2021 – 2022. Non sans espé­rer, dans la fou­lée, « reve­nir a une séré­nité de l’ac­tion édu­ca­tive, à une école de la République éclai­rée, ambi­tieuse, accueillante pour cha­cun ».

La Covid-19 est pour­tant tou­jours pré­sente, avec un variant Delta qui semble rebattre les cartes. Mais la rec­trice affiche sa confiance, et met en avant l’ex­pé­rience acquise en plus d’un an face au virus. « Autant l’an­née der­nière nous devions nous adap­ter au fur et à mesure, autant là nous avons une vision glo­bale », explique-t-elle. Y‑compris sur les dif­fé­rents niveaux du pro­to­cole sani­taire, tous déjà expé­ri­men­tés par le passé.

Un ton bien dif­fé­rent entre la rec­trice… et les syndicats

La ren­trée s’ouvre ainsi sur le niveau 2 du pro­to­cole, avec res­pect des gestes bar­rières et aéra­tion des espaces, plus une stra­té­gie « tes­ter – aler­ter – pro­té­ger ». Avec un recours mas­sif aux tests et une école à dis­tance pour les élèves non-vac­ci­nés dans le cas d’un Covid posi­tif dans une classe. Une pro­cé­dure qui n’a rien de com­plexe, juge la rec­trice, au regard encore une fois de « l’ex­pé­rience acquise depuis ce début d’an­née ».

Quand Hélène Insel visitait l'école Les Frênes de Grenoble pour la rentrée de septembre 2020, aux côtés du maire de Grenoble Éric Piolle © Florent Mathieu - Place Gre'net

Quand Hélène Insel visi­tait l’é­cole Les Frênes de Grenoble pour la ren­trée de sep­tembre 2020, aux côtés du maire de Grenoble Éric Piolle © Florent Mathieu – Place Gre’net

Sans sur­prise, le ton est bien dif­fé­rent du côté des syn­di­cats. Pour Benjamin Moisset, de Sud Éducation 38, la mesure ne peut qu’en­traî­ner une sur­charge de tra­vail pour l’en­sei­gnant, et nuire à sa capa­cité d’or­ga­ni­sa­tion de ses cours, notam­ment pour les tra­vaux de groupe. De plus, juge le syn­di­ca­liste, sépa­rer les élèves vac­ci­nés et non-vac­ci­nés relève pure­ment et sim­ple­ment d’une « dis­cri­mi­na­tion », qu’il asso­cie au passe sanitaire.

La CGT Éduc’action n’est pas plus convain­cue. S’il ne reprend pas à son compte le terme de « dis­cri­mi­na­tion », le co-secré­taire de la sec­tion Isère Alex sena de Freitas anti­cipe lui aussi un dou­ble­ment de la charge de tra­vail des ensei­gnants. Rien de tel, juge Hélène Insel. Pour la rec­trice, des méthodes péda­go­giques, comme par exemple le prin­cipe de la classe inver­sée, peuvent per­mettre de limi­ter les consé­quences de la mesure sanitaire.

Des AESH plus nom­breux… mais tou­jours pas fonctionnaires

Hélène Insel a sur­tout, cela se sent, le sou­hait de par­ler d’autre chose que de la Covid. « On espère que l’é­cole va vivre cette année avec le virus sans qu’il n’ac­ca­pare tota­le­ment nos pen­sées », lance ainsi la rec­trice. Et de déployer les ambi­tions de l’État autour d’une école inclu­sive, « lieu d’ap­pren­tis­sage des fon­da­men­taux, qui prend en compte la diver­sité des excel­lences et pro­meut l’é­ga­lité des chances ».

Les rassemblements des AESH devant le rectorat de Grenoble sont fréquents depuis plusieurs années (ici en 2018) © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les ras­sem­ble­ments des AESH devant le rec­to­rat de Grenoble sont fré­quents depuis plu­sieurs années (ici en 2018) © Florent Mathieu – Place Gre’net

Inclusion des publics en situa­tion de han­di­cap, avec les pôles inclu­sifs d’ac­com­pa­gne­ment loca­li­sés (Pial), nou­veau mode de ges­tion et de coor­di­na­tion de l’ac­com­pa­gne­ment des élèves han­di­ca­pés… qui n’a pas été sans sus­ci­ter la colère des AESH. Des AESH, ajoute la rec­trice, dont le nombre a aug­menté de 150 % en quatre ans. Et qui dis­posent d’une nou­velle grille de rému­né­ra­tion natio­nale depuis le 1er sep­tembre 2021.

« On est loin du compte ! », juge pour­tant Alex sena de Freitas. « Ça reste des contrats pré­caires, qui concernent en majo­rité des femmes en temps par­tiel subi », pour­suit le syn­di­ca­liste CGT. Sa reven­di­ca­tion, por­tée par une inter­syn­di­cale ? La fonc­tion­na­ri­sa­tion du sta­tut des AESH. « Même la caté­go­rie C, qui est la plus basse dans la fonc­tion publique, leur est refu­sée ! », s’indigne-t-il.

Des dis­po­si­tifs pour les élèves en difficulté

L’inclusion concerne éga­le­ment les élèves en dif­fi­culté. Le Rectorat met ainsi en avant la poli­tique de dédou­ble­ment des classes dans les quar­tiers prio­ri­taires, qui concerne désor­mais les grandes sec­tions de mater­nelle en plus des classes de CP et de CE1. Et d’y ajou­ter l’é­cole obli­ga­toire dès 3 ans, adop­tée en 2019, qui concourt à faire de la mater­nelle « un sujet de tra­vail essen­tiel avec de nou­veaux outils ».

Aide aux devoirs au collège Jules-Vallès de Fontaine © Giovanna Crippa – Place Gre’net

Aide aux devoirs au col­lège Jules-Vallès de Fontaine © Giovanna Crippa – Place Gre’net

Le dis­po­si­tif « devoirs faits » pour les col­lé­giens est pour sa part main­tenu. Hélène Insel annonce enfin une nou­veauté, avec un dis­po­si­tif d’ac­com­pa­gne­ment simi­laire à l’in­ten­tion des lycéens « les plus fra­giles ». Celui-ci n’a pas tou­te­fois voca­tion à per­du­rer : sa mise en oeuvre sur 2021, comme les moyens qui lui sont alloués, sont « excep­tion­nels », insiste la rectrice.

Des annonces qui n’é­meuvent guère les syn­di­cats. Qui dénoncent avant tout une dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail des ensei­gnants, dont la Covid aurait cruel­le­ment démon­tré les consé­quences. « Ce que l’on réclame, c’est une aug­men­ta­tion des moyens, un plan d’ur­gence qui n’est abso­lu­ment pas mis en place au sein de l’Éducation natio­nale », conclut Benjamin Moisset. Des mou­ve­ments sociaux (natio­naux) sont d’ores et déjà ins­crits au calendrier.

DES CAPTEURS DE CO2… AU JUSTE PRIX ?

Quel coût pour l’ins­tal­la­tion de cap­teurs de CO2 dans les éta­blis­se­ments sco­laires. La Région Auvergne-Rhône-Alpes comme le Département de l’Isère ont annoncé mettre la main à la poche pour poser de tels dis­po­si­tifs. Du côté de la Ville de Grenoble, leur déploie­ment est éga­le­ment prévu. Mais l’ad­jointe aux Écoles Christine Garnier s’in­ter­ro­geait sur une éven­tuelle com­pen­sa­tion finan­cière de l’État.

De moins de 50 euros à 400 euros... Quel est le juste prix pour un capteur CO2 ? DR

De moins de 50 euros à 400 euros… Quel est le juste prix pour un cap­teur CO2 ? DR

Interrogée, Hélène Insel tique. Et décrit des dis­po­si­tifs qui relèvent de la com­pé­tence des col­lec­ti­vi­tés. Si des aides pour les petites com­munes peuvent s’en­vi­sa­ger du côté de la pré­fec­ture, la Ville de Grenoble n’au­rait donc pas voca­tion à y pré­tendre. En par­ti­cu­lier quand, affirme le rec­to­rat, les cap­teurs en ques­tion coû­te­raient « moins de 50 euros ». « Ce n’est pas un inves­tis­se­ment énorme », juge la rectrice.

Christine Garnier, pour sa part, tablait plu­tôt sur un coût… entre 200 et 400 euros (pose com­prise), à mul­ti­plier par mille pour équi­per conve­na­ble­ment les éta­blis­se­ments. En ligne, sur les sites de vente grand public, tous les modèles (du maté­riel tech­nique au simple gad­get) et tous les prix sont dis­po­nibles. Difficile dès lors de se faire une idée sur le juste prix d’un maté­riel qui, rap­pe­lons-le, ne rem­plit qu’une fonc­tion d’alerte.

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Grenoble, ville amie des aînés... ou fuie par les personnes âgées? Le débat s'invite au conseil municipal
Grenoble, ville amie des aînés… ou fuie par les per­sonnes âgées ? Le débat s’est invité au conseil municipal

FOCUS - La politique en direction des personnes âgées, ou des "aîné-es" selon la terminologie de la Ville, était au programme du conseil municipal de Lire plus

La prise de rendez-vous avec la police nationale en commissariat désormais possible via Internet en Isère
La prise de ren­dez-vous avec la police natio­nale en com­mis­sa­riat désor­mais pos­sible via Internet en Isère

FLASH INFO - Depuis le lundi 20 mai 2024, la prise de rendez-vous dans les commissariats de police nationale est possible via Internet pour l'ensemble Lire plus

Simone, une exposition itinérante dédiée à Simone Lagrange, à voir à la bibliothèque Mi-Plaine de Meylan
Simone, une expo­si­tion iti­né­rante dédiée à Simone Lagrange, à voir à la biblio­thèque Mi-Plaine de Meylan

ÉVÉNEMENT - La bibliothèque Simone-Lagrange/Mi-Plaine de Meylan accueille du mercredi 22 mai au samedi 29 juin 2024 la première étape de l'exposition itinérante Simone, organisée Lire plus

L'Alliance citoyenne se mobilise contre la panne prolongée d'un ascenseur "essentiel" à Grand-Place
L’Alliance citoyenne se mobi­lise contre la panne pro­lon­gée d’un ascen­seur « essen­tiel » à Grand’Place

FLASH INFO - Après une première action le samedi 4 mai 2024, les associations Alliance citoyenne de l'agglomération grenobloise, Grenoble Habitants et Handi-citoyens ont organisé Lire plus

Tribune libre : "De la “culture” du tag à la “souillure” partout dans Grenoble, jusqu’à la violence"
Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

TRIBUNE LIBRE - L'Union des habitants du centre-ville (UHCV) de Grenoble remet la question des tags sur le tapis en interpellant la Ville, tant sur Lire plus

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Flash Info

|

21/05

17h41

|

|

21/05

11h27

|

|

18/05

19h42

|

|

18/05

14h37

|

|

17/05

17h50

|

|

16/05

12h08

|

|

16/05

10h37

|

|

15/05

10h21

|

|

14/05

20h26

|

|

14/05

18h02

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF : Les incen­dies volon­taires sur l’agglomération grenobloise

Économie| Grenoble : un bâti­ment dédié à l’hé­ber­ge­ment des sans-domi­cile et à la lutte contre le non-recours

Société| Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

Agenda

Je partage !