Transports publics dans l’agglomération grenobloise : la difficile équation entre contraintes économiques et mobilité des soignants

sep article

 

FOCUS – La décision de réduire un peu plus l’offre de transports publics dans l’agglomération grenobloise pour cause de crise sanitaire et financière fait bondir les écologistes. De son côté, comme au printemps, le syndicat des mobilités qui organise les déplacements dans la cuvette tâtonne toujours. Et cherche une solution pour les soignants, laissés pour l’heure au bord de la route en soirée.

 

 

courbes. Mais les travaux, prévus en 2018, ont été reportés à 2019. A minima. Le président du SMTC invoque la volonté de concentrer sur une seule période les suspensions de service. Fausse excuse ? La question de végétaliser deux secteurs semble avoir entravé le calendrier. Et pourrait bien reporter les travaux plus loin encore

La réduc­tion des trans­ports publics vise à s’a­dap­ter à la crise sani­taire et au couvre-feu mais aussi aux dif­fi­cul­tés finan­cières de la Semitag © Patricia Cerinsek

À Grenoble, l’offre de trans­ports publics s’a­dapte à la crise sani­taire et au couvre-feu, mais aussi à la situa­tion finan­cière de la Sémitag, société qui exploite le réseau dans l’ag­glo­mé­ra­tion, désor­mais dans le rouge foncé.

 

Déjà réduite à 90 %, la cir­cu­la­tion des bus et tram dans la cuvette a, depuis ce 8 février, encore un peu plus reculé pour être rame­née à 82 %.

 

Une offre réduite mais qui reste supé­rieure à la fré­quen­ta­tion, argue Sylvain Laval, pré­sident du Smmag, l’au­to­rité orga­ni­sa­trice des mobi­li­tés sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. En 2020, la fré­quen­ta­tion des trans­ports en com­mun tour­nait autour de 56 %, com­paré à 2019. Aujourd’hui, elle est en effet tom­bée à 45 %.

 

Une offre adap­tée à la demande, au contexte sani­taire et finan­cier ? Un coup de rabot de trop pour les élus éco­lo­gistes et affi­liés qui dénoncent, eux, une poli­tique d’aus­té­rité sous pré­texte de la Covid.

 

 

Une réduction de l’offre de transports publics pérenne ou provisoire ?

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
1805 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Le plan de la muni­ci­pa­lité #Grenobloise (avec l’ap­pui du SMTC de Yan Mongaburu) de non cir­cu­la­tion #CVCM cou­plé à #Chronovélo au centre ville d’Avril 2017, impo­sés aux #Grenoblois sans études d’im­pact, devait faire s’é­va­po­rer 20000 véhi­cules grâce aux cyclistes qui roulent h24 tous temps 365j/365, et aux trans­ports en com­mun qui non seule­ment n’ont pro­posé aucune offres sup­plé­men­taires mais qui régressent !

    Résultat, Grenoble est pas­sée depuis Avtil 2017 de la 10ème à la 4ème place des villes les plus embou­teillées de France à fin 2019 ! 👏👏👏

    sep article