Appel Forêt -

Réactions scandalisées de la classe politique après les actes de vandalisme qui ont frappé la commune de Roybon

Réactions scandalisées de la classe politique après les actes de vandalisme qui ont frappé la commune de Roybon

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS – Les dégradations commises à Roybon par un groupe d’individus dans la nuit du 3 au 4 décembre 2020 ont sidéré les habitants de cette petite ville de l’Isère. Pour l’heure, aucune revendication ne permet de savoir qui sont les auteurs et pourquoi ils ont commis de telles exactions. Une enquête a été confiée à la brigade de recherche de la gendarmerie de Saint-Marcellin. Quant aux politiques, certains ont vivement réagi.

 

 

Dégradations à Roybon : habitants et politques scandalisés.La vitrine de l'espace d'exposition René Vinay constellée d'impacts de coups de masse. DR

La vitrine de l’es­pace d’ex­po­si­tion René Vinay constel­lée d’im­pacts de coups de masse. DR

Entre 2 et 3 heures du matin dans la nuit du mer­credi au jeudi 3 décembre, un groupe d’in­di­vi­dus a com­mis des actes de van­da­lisme sur plu­sieurs com­merces de la com­mune de Roybon, en Isère. Les van­dales ont éga­le­ment frappé à coups de masse l’of­fice de tou­risme et la mai­rie, et tenté d’in­cen­dier un bar-res­tau­rant et trois véhicules.

 

Au total, la bri­gade de recherche de Saint-Marcellin, sai­sie des faits, a ainsi dénom­bré pas moins de dix dégra­da­tions de divers bâti­ments. En l’oc­cur­rence, un vrai sac­cage com­mis, selon des témoins, « sans pré­ci­pi­ta­tion » par « plu­sieurs indi­vi­dus vêtus de noir », a indi­qué Éric Vaillant, pro­cu­reur de la République de Grenoble. Qui pré­cise que pour l’heure, le mobile de ces dégra­da­tions volon­taires reste inconnu, « aucune reven­di­ca­tion ne lui étant par­ve­nue ».

 

 

« On avait déjà bien donné mais ça continue ! »

 

À leur réveil, c’est un spec­tacle bien déso­lant qui s’of­frait aux yeux éba­his des Roybonnais, en état de sidé­ra­tion face à de telles exac­tions. Déjà, une rumeur cir­cule dans cette com­mune bien connue pour sa Zad qui a lutté durant six ans contre l’im­plan­ta­tion d’un Center Parcs. Beaucoup de regards accu­sa­teurs se tournent vers les zadistes éva­cués le 13 octobre der­nier par les auto­ri­tés, après l’a­ban­don du pro­jet porté par Pierre et Vacances.

 

Roybon : les zadistes appellent à la mobilisation dimanche 30 novembre contre le Center Parcs des Chambarans. DR

Affiche d’ap­pel à la mobi­li­sa­tion des zadistes ins­tal­lés dans les Chambarans. DR

 

Action revan­charde des oppo­sants, six ans jour pour jour après l’ins­tal­la­tion de la zone à défendre ? En tout cas, rien ne per­met de l’af­fir­mer, en l’é­tat des inves­ti­ga­tions confiées à la bri­gade de gen­dar­me­rie de Saint-Marcellin. En effet, aucun constat pro­bant ne per­met pour l’ins­tant d’é­ta­blir un quel­conque lien sus­cep­tible de vali­der cette hypo­thèse. « Toutes les pistes sont ouvertes », a déclaré à la presse un gradé de la gen­dar­me­rie de Saint-Marcellin.

 

« À l’heure où je vous parle, il est impos­sible de dire qui a fait cela », com­men­tait, quant à lui, Serge Perraud, le maire de la com­mune, le jeudi 3 décembre au matin. « On avait déjà bien donné, mais ça conti­nue ! », a‑t-il ainsi confié, acca­blé, au Dauphiné libéré

 

 

Roybon : « une commune qui a déjà beaucoup souffert », selon Jean-Pierre Barbier

 

Les réac­tions scan­da­li­sées de cer­tains poli­tiques n’ont pas non plus tardé. Ainsi, Jean-Pierre Barbier, le pré­sident du Département, a été l’un des pre­miers à réagir pour condam­ner des « actes inad­mis­sibles […] visant une com­mune qui a déjà beau­coup souf­fert ». Notamment, « après avoir vu se fer­mer la porte du pro­jet de Center Parcs qu’elle espé­rait et atten­dait pour redy­na­mi­ser son ter­ri­toire ». Ces dégra­da­tions, ajoute le pré­sident, « consti­tuent non seule­ment une atteinte maté­rielle mais aussi une atteinte à toutes les Roybonnaises et tous les Roybonnais. C’est tout Roybon qui est agressé et visé par de tels actes. »

 

Frédérique Puissat, sénatrice (LR) de l'Isère. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Frédérique Puissat, séna­trice (LR) de l’Isère. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Frédérique Puissat, séna­trice de l’Isère, assure, elle aussi, « son total sou­tien aux habi­tants de Roybon ». Pour cette der­nière, les actes com­mis sont d’au­tant plus cho­quants que la com­mune « vient de subir une pres­sion inad­mis­sible et dis­pro­por­tion­née ». En l’oc­cur­rence, celle exer­cée par les zadistes qui ont « occupé depuis 2014 de façon illi­cite une zone à défendre ».

 

Aussi, pour­suit Frédérique Puissat, « les dégra­da­tions com­mises […] doivent don­ner lieu à une enquête et à des sanc­tions. Nous fai­sons, dans ce cadre, confiance aux forces de l’ordre », pré­cise-t-elle.

 

 

« Les Roybonnais ont le droit de retrouver une vie sereine et tranquille »

 

Monique Limon, dépu­tée de l’Isère, consi­dère elle aussi que la popu­la­tion et les élus de Roybon ont déjà suf­fi­sam­ment souf­fert « de la pré­sence d’une zone de non-droit dans les Chambarans ». Les Roybonnais, estime-t-elle, « ont natu­rel­le­ment le droit de retrou­ver une vie sereine et tran­quille après les troubles pas­sés dont ils ont été les pre­mières vic­times ». L’élue s’en remet éga­le­ment à l’en­quête de la bri­gade de recherches de la gendarmerie .

 

Monique Limon, Élodie Jacquier-Laforge et Cendra Motin, rencontre avec les syndicats agricoles, 4 août 2017 © FDSEA

Monique Limon, Élodie Jacquier-Laforge et Cendra Motin, lors d’une ren­contre avec les syn­di­cats agri­coles, 4 août 2017. © FDSEA

Ses conclu­sions « devront per­mettre de cer­ner les moti­va­tions réelles qui ont conduit à ce sac­cage ordonné de la ville par une poi­gnée de van­dales », espère-t-elle.

 

Déclarant par­ta­ger l’é­mo­tion sus­ci­tée par les dégra­da­tions, la dépu­tée s’in­surge. « Aucun motif ne sau­rait jus­ti­fier de tels faits », déclare-t-elle. Avant de les « condam­ner fer­me­ment et sou­hai­ter que leurs auteurs soient rapi­de­ment iden­ti­fiés et jugés ».

 

Enfin, Laurent Wauquiez, le pré­sident de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, n’a pas com­menté à chaud les évé­ne­ments de la nuit. Il a pré­féré, pour sa part, se rendre sur place ce ven­dredi 4 décembre « pour ren­con­trer les com­mer­çants vic­times des dégra­da­tions ».

 

Joël Kermabon

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Opposants au Center parcs devant la cour administrative d'appel de Lyon mardi 30 avril © Patricia Cerinsek
Pierre & Vacances jette l’éponge et abandonne son projet de Center parcs en Isère

  EN BREF - Après dix ans de procédures judiciaires et six ans d'occupation du site par les zadistes, Pierre & Vacances annonce renoncer à Lire plus

Manifestation contre la construction du Center Parcs de Roybon dans la forêt de Chambaran avec les zadistes le dimanche 30 novembre 2014
Tribune : soutien aux perquisitionnés du 26 novembre en Isère, « face au climat de peur »

  TRIBUNE LIBRE - Plusieurs associations, collectifs et organisations syndicales locales de l'Isère ont rédigé un texte collectif pour soutenir six lieux perquisitionnés le 26 Lire plus

Alors que les recours en justice continuent de tomber sur le projet de Center parcs en Isère, les zones humides sont sous pression.
Center parcs de Roybon : les zones humides, enjeu des nouveaux recours

  DÉCRYPTAGE - Les recours en justice continuent de pleuvoir sur le Center parcs de Roybon, en Isère. Au cœur du dossier : les zones Lire plus

Annulé en 2016, remis sur les rails à l'automne dernier, le Center parcs de Roybon (Isère) revient devant la cour administrative d'appel de Lyon le 30 avril
Center parcs de Roybon : retour devant la cour administrative d’appel de Lyon et… à la case départ ?

EN BREF - Le projet de Center parcs de Roybon en Isère revient ce mardi 30 avril devant la cour administrative d'appel de Lyon. Remis Lire plus

Dans la forêt des Chambarans occupée par les zadistes, le défrichement des 90 hectares du projet de Center parcs n'est pas terminé © Center parcs en faillite financière.
Center parcs de Roybon : des échanges compromettants entre Pierre & Vacances et le ministre de l’Agriculture

DÉCRYPTAGE - Grâce à un décret sorti trois jours avant que n'expire l'autorisation de défrichement préalable aux travaux du Center parcs de Roybon, Pierre & Lire plus

Le commissaire enquêteur chargé de la conduite de l'enquête publique du Center parcs comme de la zone industrialo-portuaire en nord Isère a été radié © montage Patricia Cerinsek
Center parcs, Portes du Vercors, Inspira… La drôle de radiation de Gabriel Ullmann, commissaire enquêteur trop zélé

ENQUÊTE - Il a conduit les enquêtes publiques du Center parcs de Roybon, de la zone d'aménagement Portes du Vercors et, plus récemment, d'Inspira, zone Lire plus

Flash Info

|

27/07

20h21

|

|

27/07

12h00

|

|

27/07

10h43

|

|

26/07

10h46

|

|

25/07

12h06

|

|

22/07

19h24

|

|

16/07

23h31

|

|

16/07

20h42

|

|

16/07

11h33

|

|

15/07

15h50

|

Les plus lus

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin