Rasemblement dans la cour du lycée Champollion. © Champo en lutte

Grenoble : des élèves de Champollion et d’autres lycées s’insurgent contre des mesures sanitaires « intenables »

Grenoble : des élèves de Champollion et d’autres lycées s’insurgent contre des mesures sanitaires « intenables »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS – Ce mardi 3 novembre 2020, le collectif Champo en lutte et l’Union nationale lycéenne organisaient un rassemblement dans la cour du lycée Champollion, à Grenoble. En cause ? Les mesures sanitaires en vigueur dans les lycées depuis le confinement, jugées « intenables ». Craignant le sacrifice de la santé des élèves et de leurs proches, les organisations les invitaient ainsi à « se révolter » pour réclamer une meilleure application des mesures sanitaires.

 

 

Distribution de tracts dénonçant les mesures sanitaires dans les lycées devant le lycée Champolion. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Distribution de tracts devant le lycée Champollion dénon­çant les mesures sani­taires. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Luttons contre le sacri­fice de notre santé et celle de nos proches ! », invi­tait le tract dis­tri­bué ce mardi 3 novembre 2020 devant le lycée Champollion, juste avant les cours. Ce juste avant que ne se déroule un ras­sem­ble­ment à l’i­ni­tia­tive du col­lec­tif Champo en lutte et de l’Union natio­nale lycéenne de l’Isère (UNL). Ces deux orga­ni­sa­tions tenaient ainsi à dénon­cer des mesures sani­taires jugées « inte­nables » dans les lycées et récla­maient qu’elles soient mieux appli­quées et sur­tout améliorées.

 

« Se retrou­ver à 400 à faire la queue pour la can­tine alors que le reste de la France est confiné, c’est un comble ! », pro­teste Victor Stevenin, élève de pre­mière dans l’é­ta­blis­se­ment gre­no­blois. Élu du conseil des délé­gués pour la vie lycéenne (CVL) qui a approuvé le ras­sem­ble­ment, ce der­nier ne manque pas de relayer le ras-le-bol des lycéens. « Dans le contexte de la réforme du Bac et des atten­tats, les lycéens ne peuvent plus tenir », alerte-t-il.

 

 

Aucune possibilité de maintenir la distanciation physique dans les salles de classe

 

Parmi les causes aug­men­tant le malaise des élèves, figure la trop grande pro­mis­cuité dans les salles de cours, selon les deux orga­ni­sa­tions. « Nous sommes entre trente et qua­rante dans cer­taines classes, s’in­surge le lycéen. C’est scan­da­leux car nous n’a­vons aucune pos­si­bi­lité de main­te­nir la dis­tan­cia­tion phy­sique, sinon lors de cours option­nels où nous sommes moins nom­breux. »

 

Quant à l’une des recom­man­da­tions gou­ver­ne­men­tales consis­tant à limi­ter le bras­sage des élèves en attri­buant une salle à chaque classe, elle s’a­vère « tota­le­ment inap­pli­cable », tranche Victor Stevenin.

 

© Champo en lutte

© Champo en lutte

En tout état de cause, « le pro­blème ne vient pas des lycéens. On ne peut pas reje­ter la faute sur eux car ils res­pectent tous le port du masque », sou­ligne notre inter­lo­cu­teur. Avant de ren­ché­rir, affir­mant que les lycéens « sont matures sur ce point et même plus res­pec­tueux que cer­tains pro­fes­seurs, qui enlèvent leur masque outra­geu­se­ment », témoigne-t-il.

 

Au final, autant de mesures qua­li­fiées « d’in­cer­taines » voire de « dan­ge­reuses pour la santé des élèves et des pro­fes­seurs ». Le tout dans un contexte où les orga­ni­sa­tions lycéennes pointent « le manque de moyens déblo­qués par l’État pour les ser­vices essen­tiels ».

 

Syndicalisme oblige, la poli­tique n’est pas bien loin. Aussi les orga­ni­sa­teurs se sai­sissent-ils de l’oc­ca­sion pour repro­cher au gou­ver­ne­ment  son « manque d’aide aux petites struc­tures […] au pro­fit de grandes entre­prises qui, elles, en sortent enri­chies ».

 

 

Des mesures sanitaires « incertaines » voire dangereuses

 

Les objec­tifs de ce ras­sem­ble­ment ? En pre­mier lieu, éta­blir un dia­logue construc­tif avec l’ad­mi­nis­tra­tion du lycée, les pro­fes­seurs et les élèves, qu’ils soient élus ou non du CVL. « À Champollion, comme dans les autres lycées gre­no­blois, ça ne peut pas conti­nuer comme ça », affirme Victor Stevenin. Qui nour­rit l’es­poir que leurs reven­di­ca­tions puissent remon­ter au rec­to­rat et aux ins­tances décisionnaires.

 

Un rassemblement pour dénoncer les mesures sanitaires s'est déroulé au lycée Champolion ce mardi 3 novembre 2020. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Un ras­sem­ble­ment pour dénon­cer les mesures sani­taires s’est déroulé au lycée Champollion ce mardi 3 novembre 2020. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Outre l’a­mé­lio­ra­tion des mesures sani­taires en vigueur, les orga­ni­sa­tions lycéennes réclament un self-ser­vice « com­plè­te­ment adapté à la crise sani­taire ». Mais aussi la pos­si­bi­lité de pas­ser en dis­tan­ciel pour les élèves des classes pré­pa­ra­toires ou bien d’ins­tau­rer un rou­le­ment des élèves par demi-classes.

 

Par ailleurs les pro­tes­ta­taires sou­haitent « le déblo­cage de fonds pour les milieux en dif­fi­culté », avec notam­ment « la gra­tuité des masques pour les élèves les plus dému­nis ».

 

Des élèves d’autres lycées du bassin grenoblois se mobilisent

 

« Nous le savons, le but de l’ad­mi­nis­tra­tion lycéenne n’est pas de tra­vailler contre nous. Nous avons beau­coup de chances que nos reven­di­ca­tions abou­tissent », recon­naît volon­tiers Victor Stevenin. Par contre, regrette-t-il, « nous n’ob­tien­drons sûre­ment pas satis­fac­tion pour que des mesures s’ap­pliquent au niveau natio­nal. Nous ne fai­sons pas le poids ! »

 

© Champo en lutte

© Champo en lutte

 

Dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, des élèves d’autres lycées s’im­pliquent dans la mobi­li­sa­tion et expriment un mal-être qui va en aug­men­tant. C’est notam­ment le cas des lycées Argouges et Stendhal, où la lutte pour de meilleures condi­tions est éga­le­ment en cours. « Nous ne sommes pas seuls  », appuie, confiant, l’élu du CVL. Pour autant, « ce ne sont pas des mou­ve­ments d’am­pleur ou des rap­ports de force. Nous vou­lons juste être enten­dus », pré­cise Victor Stevenin.

 

Joël Kermabon

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Personnels de l’Éducation nationale, du supérieur, lycéens et étudiants manifesteront à Grenoble mardi 26 janvier

  FOCUS — Nouveau mouvement de grève et de manifestation des personnels de l'Éducation nationale, mardi 26 janvier à Grenoble comme partout en France. Un Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Manifestations à Grenoble, Voiron, Bourgoin-Jallieu et Roussillon à l’occasion du 1er mai 2021

  FLASH INFO — Comme chaque année, la Fête du Travail du 1er mai 2021 sera marquée par les revendications du monde du travail. L'intersyndicale Lire plus

Manifestation contre la loi Sécurité globale et les « lois liberticides » samedi 16 janvier à Grenoble

  FIL INFO — Nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale à Grenoble, samedi 16 janvier. Un mouvement lancé à l'appel de nombreux collectifs, associations Lire plus

© Paul Turenne - Place Gre'net
Le report de la réforme des retraites favorablement accueilli par les syndicats

  EN BREF — L'annonce du report de la réforme des retraites par Emmanuel Macron au cours de son allocution du 16 mars est saluée Lire plus

Flash Info

|

24/06

17h15

|

|

24/06

10h09

|

|

23/06

11h06

|

|

23/06

7h33

|

|

22/06

22h54

|

|

22/06

21h39

|

|

22/06

14h36

|

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin