Les Amis du musée de la Résistance éditent un ouvrage collectif dédié à son histoire… et son avenir

sep article



 

EN BREF — L’Association des amis du musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère édite un ouvrage collectif pour retracer l’histoire et évoquer le futur du musée. Celui-ci est en effet appelé à déménager au sein de l’ancien palais de justice de Grenoble, place Saint-André, après avoir occupé pendant plus de 25 ans la rue Hébert.

 

 

Une publi­ca­tion comme « pre­mière pierre » du futur musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère ? C’est ce qu’é­crit Pascal Estadès, pré­sident de l’Association des amis du musée, dans sa pré­face à un ouvrage col­lec­tif dédié à ce lieu de mémoire. Son titre ? « Un musée pour les Isérois.es du 21e siècle ». Car la mémoire n’ex­clut pas le mou­ve­ment, et le musée se des­tine à emmé­na­ger au sein de l’an­cien palais de jus­tice de Grenoble.

 

Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, rue Hébert à Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, rue Hébert à Grenoble. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Ce ne serait pas le pre­mier démé­na­ge­ment pour le musée. Créé en 1966, il a ainsi passé près de trente ans dans un espace exigu de la rue Jean-Jacques-Rousseau, avant de prendre ses aises rue Hébert en 1994. Un lieu où il est de nou­veau à l’é­troit, notam­ment pour ses expo­si­tions tem­po­raires de plus en plus auda­cieuses et ambi­tieuses. Son démé­na­ge­ment place Saint-André est d’ailleurs déjà évo­qué depuis deux ans par le Département de l’Isère.

 

 

Un ouvrage historique, actuel… et vigilant

 

C’est pour mieux accom­pa­gner ce chan­ge­ment d’en­ver­gure que l’Association des amis du musée a réuni des artistes, des ensei­gnants, des jour­na­listes ou encore des asso­cia­tions pour par­ti­ci­per à la réa­li­sa­tion d’un ouvrage col­lec­tif. Qui retrace son his­toire, son rôle et sa dimen­sion actuels, mais évoque aussi ses mis­sions de demain. Et affirme, comme l’in­dique l’un de ses cha­pitres, que « l’i­déal de la Résistance » demeure « un héri­tage vivant ».

 

Jean-Pierre Barbier (président du Département), Pascal Escatès (Association des amis du Musée) et Martine Kohly (vice-présidente du Département) présentent l'ouvrage collectif © Amis du MRDI

Jean-Pierre Barbier (pré­sident du Département), Pascal Escatès (Association des amis du Musée) et Martine Kohly (vice-pré­si­dente du Département) pré­sentent l’ou­vrage col­lec­tif. © Amis du MRDI

Le recueil de textes, d’illus­tra­tions et de pho­to­gra­phies se veut aussi vigi­lant. Un nou­veau musée, mais « pas à tout prix », estime ainsi Pascal Estadès.

 

Le pré­sident ne sou­haite notam­ment pas voir le nou­vel espace empié­ter sur les par­ties clas­sées du palais de jus­tice. Et demande du temps pour « l’élaboration du sens, du dis­cours que pro­po­sera le futur musée ». « Un calen­drier trop contraint ris­que­rait de nuire à cette éla­bo­ra­tion », pré­vient-il.

 

Richement docu­menté et illus­tré, Un musée pour les Isérois.es du 21e siècle (102 pages) est en vente au prix de 15 euros. Les per­sonnes inté­res­sées peuvent adres­ser un cour­riel à l’Association des amis du Musée, afin de rece­voir un bon d’a­chat.

 

Florent Mathieu

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
1458 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « Un musée pour les Isérois.es du 21e siècle ».
    Sans moi ! L’écriture dite « inclu­sive », il m’é­ton­ne­rait fort que les Résistantes et les Résistants se soient bat­tus (ce n’est pas le « mas­cu­lin » qui l’emporte ici, c’est la forme « non mar­quée », la forme éco­no­mique, la plus simple, la plus courte en lettres !) pour cela.

    sep article