COUV Des militants de lutte hébergement, de droit au logement, etc. organisaient un rassemblement devant la DDCS, jeudi 15 octobre 2020, pour dénoncer les difficultés liées à l'alimentation dans les centres d'hébergement d'urgence temporaire. © Séverine Cattiaux– Place Gre’net

“Pas diver­si­fiés“, “pas halal“… Des mili­tants réclament la fin des bar­quettes ali­men­taires pour les hébergés

“Pas diver­si­fiés“, “pas halal“… Des mili­tants réclament la fin des bar­quettes ali­men­taires pour les hébergés

REPORTAGE VIDÉO – Plusieurs asso­cia­tions de défense des migrants ou sans-abris essen­tiel­le­ment appro­vi­sion­nés en bar­quettes ali­men­taires demandent à l’État de leur ins­tal­ler des cui­sines. Ceci afin qu’ils puissent pré­pa­rer des repas à leur conve­nance. Les plats dis­tri­bués ne cor­res­pon­draient en effet pas à leurs habi­tudes ali­men­taires et ne seraient pas équi­li­brés. De quoi irri­ter for­te­ment la direc­tion dépar­te­men­tale de la cohé­sion sociale en charge des lieux d’accueil.

Des militants de lutte hébergement, de droit au logement, etc. organisaient un rassemblement devant la DDCS, jeudi 15 octobre 2020, pour dénoncer les difficultés liées à l'alimentation dans les centres d'hébergement d'urgence temporaire. © Séverine Cattiaux– Place Gre’net

Des mili­tants ont orga­nisé un ras­sem­ble­ment le 15 octobre 2020 pour se plaindre de la nour­ri­ture four­nie dans les centres d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence tem­po­raires. © Séverine Cattiaux– Place Gre’net

Les repas livrés dans des bar­quettes aux per­sonnes logées dans des centres d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence tem­po­raires ne sont pas à leur goût. Ce qui entraî­ne­rait indi­rec­te­ment des pro­blèmes de santé.

Voilà en tout cas ce qu’af­firment des mili­tants de plu­sieurs struc­tures de défense des migrants et sans-abris1Collectif lutte héber­ge­ment, asso­cia­tion Droit au loge­ment, RESF 38, Village 2 santé, la Fédération Isère de la Ligue des droits de l’Homme.

Une ving­taine de mili­tants se sont ainsi ras­sem­blés, sym­bo­li­que­ment pen­dant la semaine du goût, jeudi 15 octobre 2020, « pour rap­pe­ler que tout le monde devrait avoir le droit de man­ger selon ses goûts ».

Un ras­sem­ble­ment pour faire pression

C’est devant la direc­tion dépar­te­men­tale de la cohé­sion sociale (DDCS) rue Joseph-Chanrion à Grenoble qu’ils s’é­taient donné ren­dez-vous. La DDCS est en effet en charge de la ges­tion des centres d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence ouverts pen­dant la trêve hiver­nale, ainsi que de l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en ali­men­ta­tion des per­sonnes hébergées.

Hébergement : des militants réclament la fin des barquettes alimentaires © Séverine Cattiaux– Place Gre’net

Les mili­tants avaient apporté de quoi se res­tau­rer lors de leur ras­sem­ble­ment orga­nisé à la pause déjeu­ner. © Séverine Cattiaux– Place Gre’net

« On n’a abso­lu­ment rien à repro­cher au tra­vail que fait la Banque ali­men­taire de l’Isère qui pré­pare ces repas », prend soin de pré­ci­ser l’une des mili­tantes, tan­dis qu’elle vient d’af­fi­cher sur les grilles de la DDCS des pho­tos mon­trant des fri­gi­daires bon­dés de bar­quettes alimentaires.

Pourtant, d’a­près les mili­tants, le contenu de ces pré­pa­ra­tions ne convien­drait pas aux per­sonnes héber­gées, ce qui entraî­ne­rait des carences ali­men­taires. Selon leurs infor­ma­tions, des enfants auraient souf­fert « de sous-nutri­tion et de dia­bète ». Il y aurait éga­le­ment eu « des cas d’occlusion intes­ti­nale en rai­son de l’insuffisance de fibres ».

Viande non halal dans les bar­quettes, trop de pâtes, pas de fruits…

Pour l’oc­ca­sion, les mili­tants ont apporté une enceinte afin de faire entendre quelques témoi­gnages audio recueillis auprès de per­sonnes héber­gées. La plu­part se plaignent ainsi de ne pas pou­voir man­ger ce qu’ils vou­draient. Sont notam­ment poin­tés le manque de variété dans le contenu des bar­quettes, ainsi que l’ab­sence de légumes et de fruits frais.

Hébergement : des militants réclament la fin des barquettes alimentaires © Séverine Cattiaux– Place Gre’net

Militants par­ti­ci­pant au ras­sem­ble­ment devant la DDCS, 15 octobre 2020. © Séverine Cattiaux

Les pâtes seraient éga­le­ment trop sou­vent au menu, alors que cer­taines familles n’en mangent pas. Et la viande par­ti­rait à la pou­belle, beau­coup de per­sonnes mises à l’a­bri de confes­sion musul­mane ne man­geant que de la viande halal.

Pour contour­ner les bar­quettes, des familles cher­che­raient à cui­si­ner, par exemple dans le centre d’hé­ber­ge­ment de Voreppe, qui dis­pose d’une petite cui­sine avec quatre plaques. Mais comme les familles sont très nom­breuses – 140 per­sonnes au total –, elles n’y ont accès qu’une heure par semaine.

« Il faut leur per­mettre de cui­si­ner les pro­duits à leur manière »

« Il faut livrer des colis ali­men­taires et per­mettre aux per­sonnes de cui­si­ner les pro­duits à leur manière », mar­tèlent les mili­tants. Qui exhortent la DDCS à tenir compte des doléances des per­sonnes héber­gées, d’ici le début de la trêve hiver­nale du 1er novembre. Une date qui marque l’ou­ver­ture des struc­tures de mise à l’a­bri sus­cep­tibles d’ac­cueillir les sans domi­cile fixe, les débou­tés du droit d’a­sile et les migrants.

La livrai­son de colis ali­men­taires et l’é­qui­pe­ment de cui­sines ne coû­te­rait d’ailleurs pas plus cher à l’État, estime Baptiste, membre du col­lec­tif lutte hébergement.

Barquettes ali­men­taires : la direc­trice de la DDCS veut « réta­blir la vérité »

Interrogée, la direc­trice de DDCS, Corinne Gautherin, se montre très aga­cée par les récri­mi­na­tions des asso­cia­tions. « Je veux réta­blir la vérité, déclare-t-elle. On est vigi­lants sur cette ques­tion de l’a­li­men­taire. On ne cherche pas à avoir des dif­fi­cul­tés. On tient à ce que les gens soient cor­rec­te­ment nourris. »

Trois étoiles solidaires © Banque alimentaire de l'Isère

Trois étoiles soli­daires © Banque ali­men­taire de l’Isère

S’agissant des carences ali­men­taires, elle ne voit pas com­ment cela pour­rait arri­ver toutes les per­sonnes étant sui­vies et connues. Sachant qu’en cas de régime ali­men­taire spé­ci­fique, la direc­tion en est informée.

Le contenu des bar­quettes est en outre, d’après elle, très cor­rect. « Je m’ins­cris en faux sur le fait que des per­sonnes meurent de faim !, s’in­surge-t-elle. On leur donne suf­fi­sam­ment de nour­ri­ture dif­fé­rente pour que ça cor­res­ponde aux besoins d’enfants, de femmes et d’hommes qui doivent man­ger équilibré. »

« On n’est pas là pour faire des ate­liers cuisine »

La direc­trice assure par ailleurs que des pro­duits frais, tels que des lai­tages et des fruits, sont bien dis­tri­bués, ainsi que des petits déjeu­ners et du lait pour les bébés. Quant à l’installation de cui­sine, il ne fau­drait pas trop y comp­ter selon elle.

Hébergement : des militants réclament la fin des barquettes alimentaires Banque alimentaire © Ludovic Chastaing - placegrenet.fr

Yaourts de la Banque ali­men­taire. © Ludovic Chastaing – pla​ce​gre​net​.fr

« On est dans la mise à l’a­bri tem­po­raire, rap­pelle-t-elle. On apporte à man­ger à ces per­sonnes. On n’est pas là pour faire des ate­liers cui­sines. De plus, les condi­tions sani­taires sont très com­pli­quées avec le Covid. »

En revanche, elle tient tout de même à dis­si­per tout mal­en­tendu : dans le parc d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence dit pérenne, comp­tant 1580 places, les per­sonnes dis­posent bien de cuisines.

Pas sûr que cette fin de non-rece­voir décou­rage les mili­tants asso­cia­tifs, qui estiment que le droit à l’alimentation relève des droits de l’Homme. Et ces der­niers d’af­fir­mer que, selon l’Organisation des nations unies, toute per­sonne a le droit « d’avoir un accès régu­lier, per­ma­nent et libre, soit direc­te­ment, soit au moyen d’achats moné­taires, à une nour­ri­ture quan­ti­ta­ti­ve­ment et qua­li­ta­ti­ve­ment adé­quate et suf­fi­sante », et selon ses « tra­di­tions cultu­relles ».

Séverine Cattiaux

1 Collectif lutte héber­ge­ment, asso­cia­tion Droit au loge­ment, RESF 38, Village 2 santé, la Fédération Isère de la Ligue des droits de l’Homme

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Grenoble et son CCAS affectent un bâtiment à l'hébergement des sans-domicile et à la lutte contre le non-recours
Grenoble : un bâti­ment dédié à l’hé­ber­ge­ment des sans-domi­cile et à la lutte contre le non-recours

FLASH INFO - Lors du conseil municipal du lundi 13 mai, la Ville de Grenoble a validé une convention entre elle et son CCAS pour Lire plus

La piétonnisation du centre-ville historique de Grenoble (re)fait débat au conseil municipal
La pié­ton­ni­sa­tion du centre-ville his­to­rique de Grenoble (re)fait débat au conseil municipal

FOCUS - La piétonnisation des places et rues du centre-ville historique de Grenoble a fait l'objet de débats au sein du conseil municipal de Grenoble Lire plus

Les représentants de la Métro, de Solident et de la Ville de La Tronche posent devant la plaque inaugurale du centre dentaire. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : le nou­veau centre de santé den­taire Solident vic­time de son suc­cès auprès des plus précaires

FOCUS - Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble, a visité, mardi 14 mai 2024, les locaux flambant neufs du centre dentaire de l'association Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !