Grenoble : hommage de 1500 personnes à Samuel Paty, décapité pour avoir montré des caricatures de Mahomet

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

REPORTAGE VIDÉO – Près de 1500 personnes se sont rassemblées place de Verdun à Grenoble, dimanche 18 octobre, pour rendre hommage à Samuel Paty, suite à l’appel de nombreuses organisations syndicales et associatives*. L’enseignant d’histoire-géographie exerçant dans les Yvelines a été décapité le 16 octobre 2020, après avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves.

 

 

Grenoble : hommage à Samuel Paty, l'enseignant décapité.Plusieurs pancartes défendant la liberté d'expression étaient présentes. © Tim Buisson – Place Gre’net

Pancartes défen­dant la liberté d’ex­pres­sion, ras­sem­ble­ment du 18 octobre 2020. © Tim Buisson – Place Gre’net

« J’en ai pleuré ! Je n’ai pas honte de le dire », lâche Damien, ensei­gnant-cher­cheur à l’Université Grenoble Alpes. Comme lui, plu­sieurs pro­fes­seurs font part de leur vive émo­tion après l’at­taque contre Samuel Paty. La tris­tesse est pal­pable, place de Verdun. Quelques pan­cartes émergent de la foule. « Touche pas à ma liberté d’ex­pres­sion », por­tée par un enfant. « Ne tuez pas nos pro­fes­seurs », par d’autres.

 

Et quelques pan­cartes « Je suis Samuel », en réfé­rence au slo­gan « Je suis Charlie » brandi en 2015 après les atten­tats contre la rédac­tion du jour­nal Charlie Hebdo qui avait publié des cari­ca­tures du pro­phète.

 

 

Une minute d’applaudissements pour Samuel Paty

 

Anne-Marie Guillaume, pro­fes­seur et adhé­rente du Snes-FSU, prend la parole après une minute d’ap­plau­dis­se­ments en hom­mage à Samuel Paty. Sa voix trem­blo­tante résonne dans le haut-par­leur. « Aujourd’hui, nous sommes tous réunis pour expri­mer notre condam­na­tion de cet acte ignoble, révol­tant et scan­da­leux », s’in­digne-t-elle, avant de lan­cer une minute de silence. « Que notre silence et les valeurs que nous par­ta­geons soient plus forts que les actes de bar­ba­rie », scande l’en­sei­gnante. Les têtes se figent. Les regards – seule par­tie du visage dévoi­lée – se baissent.

 

Reportage : Joël Kermabon

 

Assise sur le rebord de la fon­taine cen­trale, Stéphanie Pignon, ensei­gnante en mater­nelle à Rives-sur-Fure (Isère), par­tage cette émo­tion. « J’ai vingt-cinq ans de car­rière. J’ai été mal­me­née dix fois », raconte-t-elle.

 

Stéphanie Pignon, enseignante en maternelle à Rives-sur-Fur (Isère). © Tim Buisson – Place Gre’net

Stéphanie Pignon, ensei­gnante en mater­nelle à Rives-sur-Fure. © Tim Buisson – Place Gre’net

Des reproches liés au fait qu’elle soit une femme. D’autres sur l’en­sei­gne­ment de la pré­his­toire ou sur l’é­vo­ca­tion des chambres à gaz durant la Seconde Guerre mon­diale, lors­qu’elle dis­pen­sait des cours à des élève plus âgés. Cela allant jus­qu’aux menaces de morts. « On garde en nous. On laisse glis­ser parce qu’on y croit. Parce que la prio­rité c’est les enfants, pas nous et nos bobos au cœur », clame-t-elle avec convic­tion.

 

 

« Un avant et un après »

 

Invité de France Inter à la mi-jour­née, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation natio­nale, l’a dit : « Il y a un avant et un après. »  De même qu’il a réaf­firmé son sou­tien au monde ensei­gnant. Si le temps n’est pas à la polé­mique, Serge Paillard, ensei­gnant et secré­taire dépar­te­men­tal de la FSU Isère, se sou­vient tou­te­fois du hash­tag #pas­de­vagues lancé l’an der­nier pour dénon­cer la vio­lence dans cer­taines classes et le manque d’aide de la hié­rar­chie.

 

 

« Ce mou­ve­ment l’an der­nier sem­blait dire que tout n’est pas tou­jours si simple », sou­ligne-t-il. L’émotion le rat­trape rapi­de­ment. « Notre col­lègue est décédé parce qu’il fai­sait son métier. Parce qu’il vou­lait défendre les valeurs de la République. Ça lui a coûté la vie… », s’é­meut le pro­fes­seur.

 

Aboubakar Sow, président d'une association franco-tchadienne au micro de Place Gre'net © Simon Marseille – Place Gre’net

Aboubakar Sow, pré­sident d’une asso­cia­tion franco-tcha­dienne au micro de Place Gre’net. © Simon Marseille – Place Gre’net

« La France nous offre cet espace pour s’ex­pri­mer libre­ment, sou­ligne pour sa part Aboubakar Sow, d’o­ri­gine malienne. Cet espace-là, il ne faut pas qu’on l’é­touffe ». Et celui-ci d’in­sis­ter sur cette liberté fon­da­men­tale qu’il ne connais­sait pas dans son pays avant d’ar­ri­ver en France.

 

Assistant d’é­du­ca­tion et lui-même musul­man, il s’in­quiète que de tels actes soient com­mis sous un pré­texte reli­gieux. Et craint l’a­mal­game. « On ne m’a jamais ensei­gné que parce que X ou Y fait une cari­ca­ture d’un imam ou d’un pro­phète, il faut le tuer », tient-il à rap­pe­ler.

 

 

De nombreuses réactions politiques

 

Emilie Chalas, députée La République en Marche de l'Isère. © Tim Buisson – Place Gre’net

Émilie Chalas, dépu­tée La République en marche de l’Isère. © Tim Buisson – Place Gre’net

Plusieurs écharpes tri­co­lores se dis­tinguent dans la foule, tous bords confon­dus. Parmi les élus,  Yann Mongaburu, conseiller muni­ci­pal à Grenoble et ex-pré­sident du Syndicat mixte des mobi­li­tés de l’aire gre­no­bloise, le conseiller muni­ci­pal socia­liste Olivier Noblecourt, le séna­teur EELV Guillaume Gontard ou encore le député LREM Jean-Charles Colas-Roy.

 

Le chef de l’État ren­dra quant à lui un hom­mage natio­nal à Samuel Paty le mer­credi 21 octobre. « Ils ne pas­se­ront pas », a répété la dépu­tée Émilie Chalas, comme l’a fait Emmanuel Macron ven­dredi 16 octobre lors de son allo­cu­tion. Elle par­tage sa conster­na­tion, son effroi et sa colère. « Je suis outrée. Il faut dire non ! Il faut s’in­ves­tir au quo­ti­dien dans ces com­bats-là. Ce ne sont pas que des com­bats de la nation. C’est le com­bat de chaque citoyen ! », affirme-t-elle.

 

Grenoble : hommage à Samuel Paty, l'enseignant décapité. Éric Piolle s'exprime au micro de Place Gre'net lors du rassemblement en hommage à Samuel Paty, professeur assassiné le 16 octobre © Simon Marseille – Place Gre’net

Éric Piolle au micro de Place Gre’net lors du ras­sem­ble­ment en hom­mage à Samuel Paty, pro­fes­seur assas­siné le 16 octobre 2020. © Simon Marseille – Place Gre’net

Le maire de Grenoble, Éric Piolle, par­tage les mêmes émo­tions que la dépu­tée LREM, mais pas son diag­nos­tic. « Nous conti­nuons ce com­bat, qui est un com­bat pour l’hu­ma­nité. Il n’est pas pris en compte dans une école broyée par la logique néo­li­bé­rale », ana­lyse-t-il. « Le rap­port Odin sur les atteintes à la laï­cité date de 2004. En seize ans, pas grand-chose n’a été fait dans ce domaine », se désole le maire.

 

 

Un leitmotiv pour les professeurs : continuer d’enseigner

 

Sylvie Fougères, conseillère muni­ci­pale de la majo­rité à la Ville de Grenoble, porte quant à elle en ban­dou­lière une pan­carte avec un papier grif­fonné où est écrit « Arme d’ins­truc­tion mas­sive », pointé par un stylo. « Sidérée. Je crois que c’est le mot, glisse-t-elle, avec un sen­ti­ment de catas­trophe pour les valeurs de la République ».

 

Grenoble : hommage à Samuel Paty, l'enseignant décapité.Sylvie Fougères, enseignante et conseillère municpale à Grenoble porte lors de la manifestation en hommage à Samuel Paty. © Tim Buisson – Place Gre’net

Sylvie Fougères, ensei­gnante et conseillère muni­ci­pale à Grenoble, lors de la mani­fes­ta­tion en hom­mage à Samuel Paty. © Tim Buisson – Place Gre’net

Elle s’in­ter­roge. « Aujourd’hui, c’est le temps de l’in­di­gna­tion. Ensuite, il y aura le temps de la dis­cus­sion. Comment on pour­suit son métier d’en­sei­gnant en déve­lop­pant les capa­ci­tés de débat et d’es­prit cri­tique de ses élèves ? », ques­tionne la pro­fes­seure de sciences éco­no­miques et sociales.

 

Elle retrou­vera ses classes dans quinze jours, après les vacances. Et pré­voit déjà pour sa part un temps de réflexion pour répondre à leurs ques­tions et réac­tions.

 

À l’u­ni­ver­sité, les cours se pour­suivent cette semaine avant la pause péda­go­gique de la Toussaint. « Il ne faut pas céder à la pas­sion. Il ne faut pas céder à la haine », insiste Damien. L’enseignant de l’UGA se montre com­ba­tif. « On ne bais­sera pas les bras », assène-t-il.

 

Tim Buisson

 

 

* Snes-FSU, Sgen-CFDT, Unsa Éducation, Snalc, la Fédération des conseils de parents d’é­lèves des écoles publiques (FCPE), FIDL, le syn­di­cat lycéen, la Fédération des asso­cia­tions géné­rales étu­diantes (Fage), l’Union des étu­diants juifs de France (UEJF), la Ligue des droits de l’Homme,
avec le sou­tien de Charlie Hebdo et la par­ti­ci­pa­tion du Parti socia­liste Grenoble, du PCF Isère, de la Ligue de l’en­sei­gne­ment…

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
2277 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. sep article
  2. Quelqu’un a t’il vu une cri­tique d’Eric Piolle sur l’is­la­misme nommé comme tel quelque part ? Moi pas !

    Remarquez, il n’a­vait déjà pas dénoncé les opé­ra­tions bur­kini dans les pis­cines, actions sou­te­nues par Céline Deslattes aujourd’­hui élue à ses côtés 👎

    sep article
  3. J’y étais.
    J’en suis.
    Je suis ensei­gnant.
    Horrifié mais aussi en colère.
    En rage contre ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont laissé faire et/ou armé le bras de l’exé­cu­tant.
    Et par exemple contre nos élus muni­ci­paux à nous, maire en tête, qui se sont mon­trés d’une lâcheté incroyable lors des récentes manœuvres d’un col­lec­tif acti­viste radi­cal.
    L’eau tiède d’Eric Piolle m’in­sup­porte (« la logique néo-libé­rale » !!!!!) donc quand le témoi­gnage d’Aboubakar Sow, lui, est d’une émo­tion et d’une jus­tesse incroyables.
    Merci à lui.

    sep article
  4. Combien d’é­lus #gre­no­blois ont-il sur leurs pages face­book et twit­ter, posté une cari­ca­ture de char­lie hebdo de Mahomet en sou­tient au pro­fes­seur assas­siné Samuel Paty et en sou­tient au corps ensei­gnant et aux défen­seurs de la liberté d’ex­pres­sions??🤔 #samuel­paty #isla­mis­te­sas­sas­sins #eric­piolle #jesui­schar­lie #jesuis­mila #bata­clan

    sep article
  5. Donc d’a­près le maire à temps par­tiel de Grenoble, Samuel Paty a été vic­time de l” « école broyée par la logique néo­li­bé­rale ». Et moi qui croyais qu’il avait été vic­time de l’is­la­misme.
    https://www.lepoint.fr/societe/conflans-le-role-d-un-agitateur-radicalise-pointe-du-doigt-17 – 10-2020 – 2396831_23.php#
    Et de la lâcheté face à sa pro­pa­ga­tion.
    https://www.cnews.fr/france/2020 – 10-18/en­sei­gnant-deca­pite-la-mos­quee-de-pan­tin-admet-avoir-dif­fuse-la-video-du-pere-dune

    sep article