Grenoble mobilisée contre la presse attaquée

sep article



REPORTAGE VIDÉO – Ce mercredi 7 décembre, les Grenoblois se sont rendus en masse place Félix Poulat pour dire haut et fort “Nous sommes tous Charlie”. L’occasion aussi de rendre un émouvant hommage aux victimes de l’attentat qui a très durement touché le journal satirique Charlie Hebdo.

 

 

 

Près de 7 000 Grenoblois ont répondu hier soir à l’ap­pel au ras­sem­ble­ment, posté vers 15 heures par le Club de la Presse de l’Isère sur les prin­ci­paux réseaux sociaux. Objectif : expri­mer leur sou­tien au jour­nal Charlie Hebdo et leur atta­che­ment à la liberté d’ex­pres­sion.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Tous étaient là : des jour­na­listes, des intel­lec­tuels, des étu­diants, des gens de toutes condi­tions, jeunes ou plus âgés, unis dans une même indi­gna­tion. Pas de colère, sinon ren­trée, pas de slo­gans, mais des conver­sa­tions à voix basse de per­sonnes fai­sant part de leur désar­roi, de leur sidé­ra­tion devant l’i­gno­mi­nie du mas­sacre.

 

Certains confessent avoir pleuré. Beaucoup se disent “sous le choc”. Le besoin de se retrou­ver ensemble est pal­pable, pour se récon­for­ter, se mobi­li­ser, mon­trer qu’ils sont tous unis et n’ont pas peur.

 

 

 

Quelques tensions dans la foule

 

 

La CGT, “hor­ri­fiée par l’attentat meur­trier”, avait de son côté appelé à un ras­sem­ble­ment à 17 heures place Grenette, avant de rejoindre celui orga­nisé par le Club de la presse. La pré­sence de ces repré­sen­tants syn­di­caux, dra­peaux à la main, a pro­vo­qué quelques réac­tions dans la foule. Un peu plus tard, alors que des mani­fes­tants se met­taient à enton­ner la Marseillaise, le chant a été inter­rompu par des per­sonnes scan­dant ”Charlie ! Charlie !” face à cette démons­tra­tion patrio­tique.

 

 

Réalisation JK Production

 

 

Au milieu de la foule, les poli­tiques. Les éti­quettes avaient dis­paru et c’est d’une voix com­mune qu’ils se sont expri­més avec émo­tion sur le ter­rible évé­ne­ment.

 

 

Réalisation JK Production

 

 

Joël Kermabon

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2938 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. Mobilisation digne, spon­ta­née, tous âges confon­dus. Mobilisation de masse, une émo­tion brute, irré­flé­chie, paci­fique. Le temps de l’analyse arrive.
    « Nous sommes tous Charlie » Même si le tous est un peu uto­pique, voire naïf, le slo­gan phare de l’é­vè­ne­ment posi­tionne l’en­jeu sur les terres de l’être et non pas de l’a­voir ».
    « Douze morts, soixante-six mil­lions de bles­sés » Incroyable. La répu­blique réunie dans la dignité et dans l’u­na­ni­mité quasi géné­rale. Les poli­tiques en avaient rêvé, deux voyous l’ont fait.
    « Retour de balles tra­giques à Paris- 12 morts » Un slo­gan plus fin que les moins de 50 ans ne peuvent pas com­prendre. Mais qui ouvre la porte à la réflexion sur la res­pon­sa­bi­lité du jour­na­lisme entre le droit à la pro­vo­ca­tion et le droit au res­pect.

    sep article