Au Local inaugure sa nouvelle boutique écoresponsable et solidaire à Malherbe

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FOCUS – Le groupement d’achat Au Local inaugure son nouvel espace ces 8 et 9 octobre au 14 avenue Malherbe, à Grenoble. L’occasion pour les cofondatrices Ingrid et Adeline de faire connaître leur projet écoresponsable et solidaire, qui mobilise à la fois les producteurs locaux et les consommateurs grenoblois.

 

 

L'inauguration de Au Local commence ce jeudi 8 octobre © Simon Marseille - Place Gre'net

Inauguration d’Au Local le jeudi 8 octobre 2020. © Simon Marseille – Place Gre’net

Dégustations, ani­ma­tions, visites et échanges avec les cofon­da­trices : l’inauguration d’Au Local se déroule ces 8 et 9 octobre dans le quar­tier Malherbe de Grenoble, avec neuf mois de retard pour rai­son sani­taire. Ingrid et Adeline, à l’initiative du pro­jet, font « décou­vrir au plus grand nombre le fonc­tion­ne­ment de grou­pe­ment d’achat et de pro­duits ali­men­taires, soli­daire entre les consom­ma­teurs et les pro­duc­teurs locaux. »

 

Au Local compte déjà plus de mille ins­crits et sept cents per­sonnes ayant déjà passé com­mande, ce qui implique une orga­ni­sa­tion rigou­reuse. Quatre sala­riés tra­vaillent dans le local, com­posé de deux pièces. L’une, poly­va­lente, sert à la fois de maga­sin, de salle de réunion et de lieu de remise des paniers. L’arrière-boutique, quant à elle, est dédiée à l’organisation et au sto­ckage des com­mandes. Pour se faire, les cagettes et la chambre froide « servent à conser­ver les viandes, pro­duits lai­tiers, mais aussi les fruits et légumes fra­giles », explique Ingrid.

 

 

Proximité et accessibilité

 

Chaque semaine, les consom­ma­teurs reçoivent une liste de pro­duits dis­po­nibles parmi les fruits, légumes et pois­sons de plus de trente pro­duc­teurs situés dans un rayon de 100 kilo­mètres. « Les consom­ma­teurs passent leurs com­mandes du ven­dredi matin au lundi soir », explique Adeline. Le jeudi, deux tour­nées sont orga­ni­sées dans le Nord-Isère et le Grésivaudan pour récu­pé­rer les com­mandes auprès des pro­duc­teurs. Puis, « le ven­dredi matin, on pré­pare les com­mandes pour que les consom­ma­teurs puissent les récu­pé­rer entre 16 heures et 19 heures au local de Malherbe ou bien au Café le Barathym à la Villeneuve », pour­suit-elle.

 

Ingrid, co-fondatrice de Au Local présente la nouvelle boutique © Simon Marseille - Place Gre'net

Ingrid, cofon­da­trice de Au Local pré­sente la nou­velle bou­tique © Simon Marseille – Place Gre’net

Pour les consom­ma­teurs qui ne peuvent pas se rendre à l’un des deux espaces des­ti­nés à la récu­pé­ra­tion des com­mandes, Au Local a orga­nisé un sys­tème de livrai­son à domi­cile avec la coopé­ra­tive de cour­siers à vélo Sicklo.

 

Seule condi­tion ? Réunir au moins trois voi­sins de son quar­tier en un point de livrai­son com­mun.

 

Par-delà l’aspect bou­tique qui s’en­gage à vendre les pro­duits à un prix « juste et acces­sible » , le grou­pe­ment d’achat entend por­ter un pro­jet social. « Nous sommes très appré­ciés par les gens du quar­tier et en par­ti­cu­lier des mamans, se réjouit Ingrid. Elles appré­cient les acti­vi­tés que l’on pro­pose aux enfants. » Ateliers cui­sines, jar­di­nage, décou­verte d’aromates, visites des fermes ou ren­contre avec les pro­duc­teurs… Autant d’activités et d’enseignements orga­ni­sés par le grou­pe­ment per­met­tant de tis­ser des liens de proxi­mité.

 

 

Le confinement a joué un rôle d’accélérateur

 

Les com­mandes à domi­cile ont explosé pen­dant le confi­ne­ment du prin­temps der­nier, confie Adeline : « On a été contraintes de limi­ter le nombre de com­mandes à vélo au seuil de soixante livrai­sons car le tra­vail de véri­fi­ca­tion deve­nait insou­te­nable. » Ingrid se sou­vient quant à elle des dif­fi­cul­tés liées au sto­ckage des ali­ments durant cette période.

 

Ingrid et Adeline, co-fondatrices de Au Local © Simon Marseille - Place Gre'net

Ingrid et Adeline, cofon­da­trices de Au Local. © Simon Marseille – Place Gre’net

« Alors que le volume de com­mandes explo­sait, chaque semaine nous devions ache­ter un nou­veau frigo pour sto­cker les com­mandes sup­plé­men­taires », se sou­vient-elle.

 

Quelques mois plus tard, la direc­trice de l’association La Clé des Champs (qui sou­tient finan­ciè­re­ment le pro­jet) en voit clai­re­ment les béné­fices.

 

« Grâce à la mul­ti­pli­ca­tion du nombre de com­mandes pen­dant la crise sani­taire, elles ont pu obte­nir plus rapi­de­ment le sta­tut de Société ano­nyme coopé­ra­tive d’intérêt col­lec­tif, note-t-elle. Or, c’est ce chan­ge­ment de sta­tut juri­dique qui leur a per­mis d’être plus libres dans la ges­tion de leurs dépenses et d’enfin acqué­rir leur chambre froide ! »

 

Quelques produits de Au Local © Simon Marseille - Place Gre'net

Quelques pro­duits de Au Local © Simon Marseille – Place Gre’net

 

 

Après le coup de pouce offert par le confi­ne­ment, les sala­riés, pro­duc­teurs et sym­pa­thi­sants du grou­pe­ment d’a­chat espèrent que ces deux jour­nées d’inauguration par­ti­ci­pe­ront à mieux les faire connaître auprès des Grenoblois.

 

Simon Marseille

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
1473 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.