Éric Piolle écrit à Olivier Véran pour réclamer plus de dialogue et de transparence du gouvernement

Éric Piolle écrit à Olivier Véran pour réclamer plus de dialogue et de transparence du gouvernement

Éric Piolle écrit à Olivier Véran pour réclamer plus de dialogue et de transparence du gouvernement

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

EN BREF – Le maire de Grenoble adresse une lettre à Olivier Véran, ministre de la Santé, où il s’interroge sur la réelle volonté de dialogue du gouvernement vis-à-vis des collectivités. Et appelle l’État à davantage de transparence quant aux scénarios envisagés face à l’épidémie de Covid-19, notamment dans les secteurs les plus touchés.

 

 

« Un esprit taquin pour­rait faire valoir que de concer­ta­tion, il n’en est au fond pas vraiment
ques­tion, et que l’État cherche […] à don­ner à croire que les col­lec­ti­vi­tés sont dans un pre­mier temps écou­tées avant d’être, in fine, tenues pour res­pon­sable de la situa­tion sani­taire de leur ter­ri­toire ». Ainsi s’ex­prime le maire de Grenoble, dans un cour­rier en date du 6 octobre 2020, adressé au ministre de la Santé Olivier Véran.

 

Éric Piolle appelle l'État à la transparence. Éric Piolle (en fond) et Olivier Véran © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Piolle (en fond) et Olivier Véran © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Éric Piolle compte-t-il parmi ces « esprits taquins » ? L’édile s’in­ter­roge en tout cas sur les « points pro­blé­ma­tiques » fai­sant suite à son entre­vue avec le Premier ministre, le jeudi 1er octobre. Une ren­contre par visio­con­fé­rence entre Jean Castex et plu­sieurs maires de France pour anti­ci­per un pas­sage en alerte maxi­male et « tra­vailler de concert et en toute trans­pa­rence », pour reprendre les termes du maire de Grenoble.

 

 

Éric Piolle demande un temps plus long pour évaluer les mesures prises

 

Une plus grande transparence demandée par Eric Piolle à l'Etat. Eric Piolle lors de sa réélection par le conseil municipal de Grenoble © Corentin Bemol - Place Gre'net

Eric Piolle lors de sa réélec­tion par le conseil muni­ci­pal de Grenoble © Corentin Bemol – Place Gre’net

Reste qu’Éric Piolle exprime à pré­sent des doutes sur les inten­tions réelles du gou­ver­ne­ment. « Quelques minutes après votre inter­ven­tion, le Premier ministre a annoncé que si les mesures que nous pren­drions n’a­vaient pas les effets escomp­tés, l’État déci­de­rait de ce qu’il convient de faire », écrit-il à Olivier Véran. Soit sans prendre en compte le déca­lage natu­rel entre une stra­té­gie et ses effets sur l’épidémie ?

 

« Comment peut-on éva­luer des mesures ou des choix stra­té­giques dans un délai inadapté à la concré­ti­sa­tion de ces mesures ? », demande dès lors Éric Piolle. Qui plaide pour « un temps plus long accordé aux col­lec­ti­vi­tés pour éva­luer véri­ta­ble­ment l’im­pact des choix qu’elles pré­co­nisent à l’État et à vous-même ».

 

 

Un défaut de transparence

 

Autre point jugé pro­blé­ma­tique : un défaut de trans­pa­rence vis-à-vis des élus comme de la popu­la­tion. Le maire de Grenoble fus­tige ainsi « l’ab­sence de connais­sance […] des scé­na­rios que l’État éla­bore pour les semaines et mois qui viennent ». Et notam­ment sur les scé­na­rios de recon­fi­ne­ment par­tiel. En pre­nant pour exemple la mise en place de couvre-feus, de confi­ne­ments sur cer­tains ter­ri­toires ciblés, ou encore pour cer­taines caté­go­ries d’âge.

 

Éric Piolle appelle l'État au dialogue et à la transparence . Éric Piolle craint des semaines et des mois "d'une violence inouïe" © Florent Mathieu - Place Gre'net

Éric Piolle craint des semaines et des mois « d’une vio­lence inouïe » © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Ces scé­na­rios, nous devons les connaître, les citoyens et les citoyennes doivent les connaître », insiste Éric Piolle. Qui croit peu en un effet de panique, mais consi­dère au contraire qu’une telle connais­sance pour­rait « ras­su­rer » et « don­ner à l’en­semble de la popu­la­tion des prises de com­pré­hen­sion sur cette situa­tion ».

 

 

Des semaines et des mois « d’une violence inouïe »

 

Olivier Véran était député de l'Isère avant d'être nommé ministre de la Santé © Public Sénat

Olivier Véran était député de l’Isère avant d’être nommé ministre de la Santé © Public Sénat

Pas si ras­suré que cela, le maire de Grenoble pré­voit pour sa part des « semaines et mois qui viennent […] d’une vio­lence inouïe ». Le Covid ? Pas seule­ment. Éric Piolle craint sur­tout « l’é­pi­dé­mie de pau­vreté et de vio­lence, phy­siques et sociales qui s’an­nonce ». Et qui vien­drait s’a­jou­ter aux situa­tions de pré­ca­rité, de chô­mage, de vio­lences conju­gales ou de rup­tures de prises en charge déjà obser­vées à la suite du confinement.

 

« Une plus grande trans­pa­rence et une plus grande écoute ne peuvent nuire à la ges­tion de la pan­dé­mie, elles sont la réponse à ce bou­le­ver­se­ment total de nos socié­tés », consi­dère enfin le maire de Grenoble. Qui attend donc de l’État « davan­tage d’in­for­ma­tions », pour mieux « tra­vailler à amor­tir le choc et face à cette vague d’une autre nature qui arrive ».

 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

F. Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Une pétition en ligne s’oppose à la fermeture des blocs de l’hôpital Sud

  FLASH INFO - La CGT continue de se mobiliser craignant que la restructuration des différentes entités du CHU de Grenoble Alpes n'aboutisse, in fine, Lire plus

Quel avenir pour l’hôpital Sud à Echirolles ? Un comité de soutien sur les rails

  FLASH INFO - Les assurances du ministre de la Santé Olivier Véran quant au maintien de l'activité des blocs opératoires à l'hôpital Sud à Lire plus

Précarité étudiante : le maire de Grenoble Éric Piolle interpelle le gouvernement

  FOCUS - Face à la détresse des étudiants, le maire de Grenoble a décidé d'interpeller le gouvernement. Éric Piolle a envoyé un courrier, mardi Lire plus

Olivier Véran, ministre des solidarités, en visite à l’épicerie Episol bénéficiaire du plan France relance

  FOCUS – Le Ministre des solidarités et de la santé a visité, samedi 22 mai, l'épicerie Episol située dans le quartier Capuche à Grenoble. Lire plus

Flash Info

|

16/06

15h50

|

|

16/06

15h20

|

|

16/06

11h47

|

|

15/06

22h48

|

|

15/06

17h34

|

|

15/06

16h20

|

|

15/06

15h00

|

|

15/06

12h15

|

|

14/06

16h51

|

|

14/06

16h12

|

Les plus lus

Économie| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

A écouter| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin