Le Collectif Île Verte de Grenoble (de nouveau) inquiet après un dépôt de permis de construire

sep article



 

FLASH INFO — Après avoir soulevé la colère des habitants du quartier Île Verte en 2018, le projet de construction au croisement de la rue Lachmann et du quai Jongkind à Grenoble pointe de nouveau le bout de son nez.

 

Un com­mu­ni­qué signé du Collectif Île verte, et relayé sur les réseaux sociaux par l’u­nion de quar­tier du même nom, indique qu’une nou­velle demande de per­mis de construire a été dépo­sée le 18 juin 2020. Sa fiche tech­nique ? Sept loge­ments, quatre ou cinq étages, le tout pour une hau­teur pré­vue de 16,7 mètres et une sur­face de plan­cher de 620 m2.

 

Croisement de la rue Lachmann et du quai Jongkind © Florent Mathieu - Place Gre'net

Croisement de la rue Lachmann et du quai Jongkind © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Avec ces quelques élé­ments à notre dis­po­si­tion, nous pou­vons sup­po­ser que la construc­tion ne peut s’im­plan­ter sur le ter­rain sans por­ter une ombre qui occul­tera le soleil dont se nour­rit le jar­din res­tant et dont jouissent encore les habi­tants de l’im­meuble exis­tant, détruire la quasi tota­lité des arbres de la par­celle, et rompre l’a­li­gne­ment en retrait de la rue de l’i­lot », s’a­larme le Collectif.

 

Le Collectif craint l'abattage du chêne de la rue © Collectif Île Verte

Le Collectif craint l’a­bat­tage du chêne de la rue © Collectif Île Verte

Une crainte en par­ti­cu­lier ? L’abattage d’un chêne qui ne demande qu’à vieillir. Le col­lec­tif appelle ainsi, dans une pre­mier temps, à la mobi­li­sa­tion « pour que ce chêne pédon­culé devienne un futur arbre remar­quable… dans 300 ans ! ».

 

De quoi séduire Gilles Namur, aujourd’­hui adjoint de Grenoble en charge de la Nature en ville… et ancien pré­sident de l’Union de quar­tier Île Verte ? 

 

En 2018, une réunion publique entre les por­teurs du pro­jet immo­bi­lier et les rive­rains avaient donné lieu à une séance pour le moins hou­leuse, entre mépris affi­ché de l’ar­chi­tecte et hos­ti­lité de la salle. Cinq mois plus tard, une péti­tion contre l’o­pé­ra­tion était dépo­sée en mai­rie de Grenoble, forte de plus de 800 signa­tures.

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
4816 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Étrange. Un incen­die volon­taire de plu­sieurs voi­tures s’est pro­duit exac­te­ment au niveau de cette inter­sec­tion la nuit du lundi 21 sep­tembre. Au vu de l’é­tat de la végé­ta­tion, sans l’in­ter­ven­tion rapide des pom­piers, et sans les pluies qui étaient tom­bées la veille, celui ci aurait pu se pro­pa­ger sur le chêne et même sur l’im­meuble visibles sur les pho­tos de l’ar­ticle. Étant tout à fait conscient de la pro­li­fé­ra­tion des vio­lences gra­tuites à la fois maté­rielles et sur les per­sonnes dans tous les quar­tiers de Grenoble ces der­nières années, et en par­ti­cu­lier ces der­niers mois, je n’ar­rive pas à m’empêcher d’être sur­pris de la loca­li­sa­tion du sinistre, au vu du timing de la dif­fu­sion du com­mu­ni­qué du col­lec­tif. Après, les coïn­ci­dences font par­tie de ce monde.
    (Un résident « bobo » du quar­tier qui n’a pas vrai­ment l’im­pres­sion de ne rien ris­quer…)

    sep article
  2. Rassurez vous, les bobos de l’île verte ne risquent rien. Avec mes­sieurs Comparat et Namur, ils sont en liai­son directe et même osmo­tique avec le maire.
    http://uqiv.free.fr/membresCA.html
    On ne pré­sente plus M. Comparat, qui dépose recours après recours contre ses anciens amis (y com­pris éco­los) parce que Piolle-Mongaburu ont échoué à la métro.
    M. Namur est le nou­vel élu à la fraî­cheur en ville, ce qui semble consis­ter à pas­ser son temps payé par le contri­buable à faire des tweets sur tout et n’im­porte quoi. Y com­pris contre la 5G, alors qu’il touche aussi un bon salaire d’une grande entre­prise ultra impli­quée dans la 5G.

    sep article