Rossignol supprime 31 postes en Isère pour s’adapter à l’évolution du marché du ski

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FIL INFO – Rossignol annonce la suppression de 92 postes en France dont 31 en Isère. Le groupe français, qui possède les marques Rossignol et Dynastar, dit vouloir répondre à l’évolution du marché du ski.

 

 

L'un des ateliers de Rossignol, au coeur du siège de la marque

L’un des ate­liers de Rossignol, au coeur du siège de la marque © Laure Gicquel

Rossignol a annoncé ce 21 sep­tembre redi­men­sion­ner et réor­ga­ni­ser son acti­vité ski. Quatre-vingt douze emplois vont ainsi être sup­pri­més en 2021 en France. Dont 61 dans l’u­sine de fabri­ca­tion de skis de Sallanches en Haute-Savoie, 24 au siège basé à Saint-Jean-de-Moirans et 7 à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs où se situe sa pla­te­forme logis­tique*.

 

Dans le même temps, cette restruc­tu­ra­tion se tra­duira par la créa­tion de 15 emplois dans le sec­teur des ser­vices. Précisément Neuf postes à Sallanches, 5 à Saint-Jean-de-Moirans et un à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs.

 

« Ce pro­jet répond à une évo­lu­tion pro­fonde du mar­ché du ski », sou­ligne la direc­tion du groupe dans un com­mu­ni­qué. « Les équi­pe­men­tiers font face à une baisse signi­fi­ca­tive des volumes d’année en année, en rai­son du déve­lop­pe­ment crois­sant de la loca­tion au détri­ment de la vente, cou­plé à une plus grande irré­gu­la­rité des taux d’enneigement en sta­tion. »

 

« La baisse d’activité liée à la crise sani­taire mon­diale ampli­fie ce phé­no­mène struc­tu­rel de baisse de mar­ché et conduit à un repli des volumes d’environ – 25 % en 2020, avec beau­coup d’incertitudes sur le bon dérou­le­ment de la pro­chaine sai­son d’hiver. »

 

 

La production de ski de masse regroupée en Espagne

 

La restruc­tu­ra­tion, qui va conduire à regrou­per la pro­duc­tion mas­sive de skis en Espagne, en conser­vant à Sallanches la confec­tion des skis junior, se tra­duira éga­le­ment par des réduc­tions des dépenses et frais fixes. Un moindre mal consi­dère le groupe, alors que les ventes ont  dimi­nué de plus de 20 % en 2020.

 

Bruno Cercley - directeur du groupe Rossignol © Emmanuel Foudrot/ADE

Bruno Cercley – direc­teur du groupe Rossignol © Emmanuel Foudrot/ADE

 

« Si la plu­part [des fabri­cants, ndlr] ont choisi de pro­duire ces équi­pe­ments dans des pays à plus bas coûts pour res­ter com­pé­ti­tifs, le groupe Rossignol a fait le choix de conti­nuer à inves­tir dans ses usines en France et dans l’Ouest de l’Europe (Espagne, Italie) pour faire pro­gres­ser de façon conti­nue la com­pé­ti­ti­vité de ses pro­duc­tions », tient à rap­pe­ler la direc­tion.

 

Le groupe, qui pos­sède les marques de skis Rossignol et Dynastar, a déve­loppé ces der­nières années des acti­vi­tés de tex­tile, de VTT et de ser­vices pour les sta­tions de ski comme le bali­sage des pistes. En août der­nier, il s’est séparé sur le cré­neau du trail des marques Raidlight et Vertical. Marques qu’il avait rache­tées en 2016 à Benoît Laval. Et à qui il vient de les revendre.

 

Patricia Cerinsek

 

 

* Sur les 1310 que compte aujourd’hui le groupe.

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
1128 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.