Partenariat Vinci – Région Auvergne Rhône-Alpes : les autoroutes de la discorde

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FOCUS – Le partenariat passé entre la Région Auvergne Rhône-Alpes et Vinci autour des autoroutes bas carbone fait s’étrangler les groupes d’opposition de gauche. Entre greenwashing et nouvelles facilités octroyées au privé, les élus fustigent une contrepartie qui est loin d’être gratuite. Sur fond d’élections régionales.

 

 

Polémique autour des autoroutes bas carbone de Vinci

Depuis 2019, Vinci tra­vaille, en par­te­na­riat avec la Région Paca puis désor­mais le Région Auvergne Rhône-Alpes à la mise en place d’au­to­routes bas car­bone. © Vinci

En Auvergne Rhône-Alpes, Vinci a l’am­bi­tion de déve­lop­per des auto­routes bas car­bone. Mais le par­te­na­riat signé en com­mis­sion per­ma­nente le 17 sep­tembre avec la Région passe mal. Notamment auprès des groupes d’op­po­si­tion de gauche qui, à l’u­na­ni­mité, dénoncent une opé­ra­tion de green­wa­shing.

 

« Tout le monde fait des grandes décla­ra­tions sur le cli­mat, Laurent Wauquiez éga­le­ment. Mais il y a les paroles et les actes. Ce par­te­na­riat avec Vinci est une inep­tie », tance Fabienne Grebert, pré­si­dente du groupe RCES (ras­sem­ble­ment citoyens, éco­lo­gistes, soli­daires) et membre de la com­mis­sion envi­ron­ne­ment.

 

« La France doit atteindre l’objectif de 75 % de réduc­tion de ses émis­sions d’ici 2050 par rap­port au niveau de 1990, rap­pelle-t-elle. En Auvergne Rhône-Alpes, le compte n’y est pas. La Région doit inves­tir mas­si­ve­ment sur le rail et le flu­vial pour pro­po­ser un ser­vice de mobi­lité décar­bo­née. Une auto­route bas car­bone, cela n’existe pas. »

 

 

« Ce partenariat, c’est de la communication », dénonce le groupe Socialiste et démocrate

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
1795 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. « La Région doit inves­tir mas­si­ve­ment sur le rail et le flu­vial pour pro­po­ser un ser­vice de mobi­lité décar­bo­née. Une auto­route bas car­bone, cela n’existe pas. » For God’s sake, qu’ils se taisent. Ces Messieurs Dames ne s’ar­rê­te­ront pas tant qu’il n’au­ront pas tué notre éco­no­mie. Si c’est vrai­ment néces­saire de dimi­nuer la cir­cu­la­tion, il faut aug­men­ter les tarifs d’au­to­route. Ca sera une sorte de la selec­tion sociale, où les moins aisés seront pré­fé­ren­tiel­le­ment punis par les gau­chistes pseudo écolo. Ils l’ont bien mérité en votant pour les pas­tèques.

    sep article
  2. L’électricité décar­bo­née de Fessenheim aurait pu être réal­louée à la pro­duc­tion d’hy­dro­gène pour les véhi­cules 100% propres (le seul rejet est de l’eau). Zéro gaz à effet de serre, zéro pol­lu­tion atmo­sphé­rique. Il n’y a que les imbé­ciles qui ne changent pas d’a­vis.
    https://www.cnews.fr/monde/2020 – 06-26/la-porte-parole-dex­tinc­tion-rebel­lion-devient-lob­byiste-pour-lener­gie-nucleaire
    Le réchauf­fe­ment cli­ma­tique est un pro­blème qui néces­site des solu­tions qui marchent, pas des incan­ta­tions.

    sep article