Agents de Grenoble en procès : Force ouvrière dénonce une maltraitance, la Ville juge l’accusation politique

sep article



 

DÉCRYPTAGE – Le syndicat Force ouvrière accuse la Ville de Grenoble de faire preuve de « violence administrative et d’acharnement contre certains de ses agents ». Faute de dialogue suffisant, selon FO, des agents s’estimant « maltraités » se pourvoient ainsi au tribunal. Ce qui coûterait cher à la Ville et in fine aux contribuables. Des affirmations que conteste point par point Pierre Mériaux, nouvel adjoint en charge du personnel. Pour qui le secrétaire général de FO mélange ses casquettes de syndicaliste et de conseiller municipal d’opposition…

 

 

Des représentants du syndicat FO, une parent d'élève de l'école Sidi Brahim, (au centre) et trois agents en procès contre la Ville de Grenoble août 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Des repré­sen­tants du syn­di­cat FO, une parent d’é­lève de l’é­cole Sidi Brahim, (au centre) et trois agents en pro­cès contre la Ville de Grenoble en août 2020. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

À en croire le syn­di­cat Force ouvrière, le mana­ge­ment de la Ville de Grenoble n’est pas loin de fri­ser la mal­trai­tance psy­cho­lo­gique à cer­tains égards.

 

Plusieurs agents muni­ci­paux se retrouvent ainsi contraints d’engager des actions en jus­tice contre la Ville, parce qu’ils n’ont pas pu plai­der leur cause autre­ment, fus­tige le syn­di­cat.

 

 

Bras de fer judiciaires avec la Ville

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
11433 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Franchement, de la part de l’élu dire cela :  » concerne 20 agents en recours ce n’est pas grave », c’est vrai­ment ne pas com­prendre l’état de souf­france dans lequel sont ces agents ?
    Et dire que les avo­cats pari­siens sont meilleurs, c’est sympa pour les avo­cats gre­no­blois ? FO ne lâchera rien !

    sep article
  2. sep article