Trafic à Grenoble : le torchon brûle entre Piolle et Darmanin

Lutte contre le trafic de drogue à Grenoble : le torchon brûle entre Gérald Darmanin et Eric Piolle

Lutte contre le trafic de drogue à Grenoble : le torchon brûle entre Gérald Darmanin et Eric Piolle

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS – L’inimitié grandit chaque jour un peu plus entre le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin et Eric Piolle, maire EELV de Grenoble. Chacun tient en effet l’autre pour responsable de la montée de l’insécurité et du trafic de drogue, notamment à Mistral. La polémique a éclaté après l’opération de la police nationale dans ce quartier, faisant suite à la diffusion de vidéos sur les réseaux sociaux montrant des dealers armés sur un point de vente.

 

 

Il s’est dit « effaré » tant sur le fond que sur la méthode. C’est peu dire qu’Eric Piolle, inter­rogé ce ven­dredi 28 août sur BFM TV, a peu appré­cié le cour­rier du ministre de l’intérieur Gérald Darmanin. Le maire ne s’at­ten­dait en effet pas à décou­vrir sur les réseaux sociaux la mis­sive minis­té­rielle de deux pages à son attention.

 

 

Une réponse bien tar­dive, se plaint éga­le­ment le maire de Grenoble, à un cour­rier de sa part remon­tant à mars der­nier, juste avant le confi­ne­ment. Face à la mon­tée des ten­sions dans les quar­tiers, Eric Piolle avait alors cosi­gné avec les maires d’Échirolles et de Saint-Martin-d’Hères une lettre récla­mant des moyens sup­plé­men­taires afin que la police natio­nale puisse assu­rer la sécu­rité de leurs concitoyens.

 

 

Une police municipale « dans le haut du panier »

 

Dans son cour­rier, Gérald Darmanin sou­tient que la police natio­nale ne ménage pas ses efforts ni ses moyens pour s’at­ta­quer à la délin­quance et au tra­fic de stu­pé­fiants à Grenoble. Mais il fau­drait par contre que le maire de Grenoble mette du sien dans la « co-pro­duc­tion » de la sécu­rité dénonce le ministre. Lequel passe en revue cer­tains aspects de la police muni­ci­pale de Grenoble pro­blé­ma­tiques à ses yeux.

 

Trafic à Grenoble : le torchon brûle entre Piolle et Darmanin

Eric Piolle lors de sa réélec­tion. © Corentin Bemol – Place Gre’net

À com­men­cer par les effec­tifs. Cent poli­ciers muni­ci­paux, c’est peu com­paré à ceux de Nice, par exemple, tacle Gérard Darmanin. On dénombre en effet un agent pour 1580 habi­tants à Grenoble contre un pour 550 habi­tants à Nice.

 

Elle fait par­tie des polices les « plus impor­tantes de France », conteste le maire de Grenoble sur BFM. « Nous sommes dans le haut du panier » renchérit-il.

 

Du reste, cette com­pa­rai­son n’a aucun sens pour­fend, dans un com­mu­ni­qué, le groupe EELV Grenoble. « Les effec­tifs de la police muni­ci­pale [de Nice] sont une excep­tion et la consé­quence de la dérive sécu­ri­taire de la droite locale. »

 

 

Un armement adapté aux missions selon Éric Piolle

 

Autre grief, for­mulé par le ministre, les poli­ciers muni­ci­paux de Grenoble ne dis­posent pas d’armes à feu. Ils sont dotés de pis­to­lets à impul­sion élec­trique, rétorque le maire sur BFM. Soit un équi­pe­ment adapté et qui cor­res­pond à leurs mis­sions de sécu­rité de l’es­pace public, estime-t-il. Et de sou­li­gner, contrai­re­ment à ce qu’af­firme le ministre, que la police muni­ci­pale de Grenoble effec­tue bien des patrouilles la nuit jusqu’à 3 heure 30.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

L’armement de la police muni­ci­pale, un moyen de réduire le tra­fic à Grenoble ? (image d’illus­tra­tion) © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le maire omet tou­te­fois de pré­ci­ser que seules deux équipes sont opé­ra­tion­nelles la nuit et se can­tonnent au centre-ville.

 

Quid de la vidéo­sur­veillance éga­le­ment en jeu ? Le maire n’a jamais caché sa méfiance à l’égard du dis­po­si­tif. Il dément néan­moins les allé­ga­tions du ministre.

 

 

Trafic à Grenoble : la vidéosurveillance en question

 

La vidéo­sur­veillance est bien opé­ra­tion­nelle dans la capi­tale des Alpes et pré­sente dans les « endroits stra­té­giques » mar­tèle Eric Piolle. Peu avant son inter­ven­tion sur BFM, Maud Tavel, adjointe à la tran­quillité s’é­tait, elle aussi, mon­trée tout aussi catégorique.

 

Maud TAVEL

Maud Tavel  © Corentin Bemol – Place Gre’net

« On a conti­nué à entre­te­nir les camé­ras dans tous les lieux où elles fonc­tion­naient et à la déve­lop­per, là où on consi­dère qu’elle est impor­tante. À savoir dans les espaces clos, les trans­ports en com­muns et sur les axes de cir­cu­la­tions ».

 

Grenoble s’est tout de même pas­sée de l’aide finan­cière de la Région Aura pour l’installation de camé­ras, ne manque pas de sou­li­gner Les Républicains de l’Isère.

 

Une aide qui serait « consé­quente », pré­cise Nathalie Béranger, conseillère régio­nale au sein de la majo­rité de Laurent Wauquiez. Laquelle par­tage glo­ba­le­ment l’analyse du ministre LREM s’a­gis­sant des griefs à l’en­contre de la ges­tion de la sécu­rité par Eric Piolle. La secré­taire du groupe isé­rois et conseillère muni­ci­pale d’op­po­si­tion du groupe diri­gée par Alain Carignon ajoute que le « manque de vigi­lance dans l’attribution des loge­ments sociaux » par­ti­cipe à accen­tuer les dif­fi­cul­tés dans les quartiers.

 

 

« Stratégie de communication digne de l’extrême-droite »

 

« Cette mise en cause de notre police muni­ci­pale est irri­tante, déclare mécon­tente Maud Tavel, On n’a pas besoin de ça. Ce qu’il faut, plu­tôt, c’est une coor­di­na­tion avec l’État », affirme l’ad­jointe. Reste que ces récents échanges hou­leux par réseaux sociaux et médias inter­po­sés risquent fort de retar­der les prises de déci­sion contre le tra­fic de stu­pé­fiants à Grenoble.

 

D’autant qu’EELV Grenoble n’y va pas non plus avec le dos de la cuillère. Le groupe poli­tique qua­li­fie ainsi la réponse du ministre de « trum­prienne », d’« indé­cente » et de « stra­té­gie de com­mu­ni­ca­tion digne de l’ex­trême-droite ».

 

Trafic à Grenoble : le torchon brûle entre Piolle et Darmanin

Éric Piolle en dis­cus­sion avec un res­pon­sable de la police muni­ci­pale de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce qui n’empêche pas Eric Piolle de pro­po­ser au ministre de venir à Grenoble sur BFM TV afin de « débattre de la coopé­ra­tion » entre la police muni­ci­pale et L’État, ainsi que « des stra­té­gies pos­sibles de lutte contre les tra­fics, contre toutes les vio­lences, dont celles faites aux femmes » ajoute-t-il. Une allu­sion grin­çante à l’accusation de viol visant le ministre de l’intérieur.

 

Et si besoin était d’en rajou­ter, le groupe EELV enfonce encore le clou à ce sujet. « Darmanin n’au­rait jamais dû deve­nir ministre de l’in­té­rieur, étant l’ob­jet d’une enquête suite à des accu­sa­tions d’a­voir obtenu des faveurs sexuelles en échange de pro­messes de loge­ments sociaux ». L’intéressé appréciera.

 

 

Légalisation du cannabis et revenu universel contre le trafic à Grenoble

 

Enfin, le déman­tè­le­ment du tra­fic de stu­pé­fiants à Grenoble réclame la mise en place de « solu­tions struc­tu­relles », rap­pelle le groupe local EELV. Ce qui passe, selon les Verts, par la léga­li­sa­tion du can­na­bis et la régle­men­ta­tion de sa vente, assor­ties d’une poli­tique de réduc­tion des inéga­li­tés, avec l’ins­tau­ra­tion d’un revenu uni­ver­sel. Des pro­po­si­tions pour sûr très éloi­gnées du logi­ciel du gou­ver­ne­ment LREM…

 

Séverine Cattiaux

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Deux mises en examen après une agression entre membres de la communauté afghane à Échirolles et Seyssins
Grenoble : 4 ans, 2 ans et 8 mois de prison pour trois trafiquants de stupéfiants du quartier de l’Alma

FLASH INFO - Le tribunal correctionnel de Grenoble a jugé, ce 7 septembre 2021, trois trafiquants de stupéfiants du quartier de l'Alma à Grenoble. Et Lire plus

Contrôle de police quartier de l'Alma à Grenoble © Patricia Cerinsek
À Grenoble, sur fond de trafic de drogue, la spirale des violences urbaines essaime dans toute la ville

ENQUÊTE 1|3 - À Grenoble, le trafic de drogue n'est plus l'apanage des quartiers sensibles. Il a aujourd'hui essaimé dans tous les recoins de la Lire plus

Trafic de stupéfiants DR
Un point de deal très fréquenté démantelé à Échirolles, sept suspects mis en examen dont trois écroués

FLASH INFO - Après six mois d'enquête, la police anti-stupéfiants a démantelé un important point de deal ce 5 juillet 2021 à Échirolles. Sept personnes Lire plus

Nouveau coup dur pour le trafic de stupéfiants à Grenoble Extérieur du palais de justice de Grenoble. ©Manon Heckmann - Placegrenet.fr
Démantèlement d’un important réseau de trafic de stupéfiants qui rayonnait depuis la place Charles Dullin à Grenoble

FLASH INFO – La Sûreté départementale de l'Isère a démantelé un important réseau de trafic de stupéfiants opérant autour de la place Charles Dullin à Lire plus

Vue d'une partie du quartier de l'Alma à Grenoble. DR
Grenoble : un homme de 38 ans mis en examen dans le dossier du trafic de stupéfiants du quartier de l’Alma

  FLASH INFO - Les policiers de la brigade des stupéfiants de Grenoble ont interpellé un homme de 38 ans, ce 28 avril 2021, dans le Lire plus

Trois nouvelles personnes ont été interpellées dans le cadre de l'enquête visant les trafiquants de stupéfiants quartier de l'Alma à Grenoble
Gros coup de filet de la brigade des stupéfiants dans le quartier de l’Alma à Grenoble

  EN BREF – Le lundi 25 janvier 2021, la brigade des stupéfiants a interpellé onze personnes suspectées d'opérer un  important trafic à partir du Lire plus

Flash Info

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

|

30/11

19h38

|

|

30/11

17h09

|

|

30/11

12h42

|

|

30/11

12h10

|

|

30/11

11h46

|

|

30/11

11h01

|

|

30/11

10h04

|

|

29/11

18h12

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin