Michael Allegre écrivain et SDF

Michaël Allegre, “l’or­phe­lin mar­seillais” SDF vend son livre auto­bio­gra­phique dans les rues de Grenoble

Michaël Allegre, “l’or­phe­lin mar­seillais” SDF vend son livre auto­bio­gra­phique dans les rues de Grenoble

FOCUS – Père absent bai­gnant dans le monde cri­mi­nel, pen­sion­nat, dif­fi­cul­tés sco­laires, incar­cé­ra­tion… Michaël Allegre a beau­coup de choses à racon­ter. Originaire de Marseille, ce qua­dra­gé­naire vaga­bonde sur les routes de France depuis ses 18 ans, sans domi­cile fixe. Il y a un an, il a publié son his­toire en auto-édi­tion. Un livre qu’il vend actuel­le­ment dans les rues de Grenoble. Rencontre.

Michaël Allegre, SDF, a écrit et publié l'année dernière son premier livre autobiographique

Michaël Allegre, SDF, a écrit et publié en 2019 son pre­mier livre auto­bio­gra­phique. © Corentin Bemol – Place Gre’net

Non loin de la place Victor-Hugo, un homme inter­pelle les pas­sants. Michaël Allegre, 47 ans est arrivé à Grenoble fin juillet.

SDF, il vend dans la rue le livre qu’il a écrit et auto-édité en 2019 : L’Orphelin mar­seillais. Une auto­bio­gra­phie qui retrace son par­cours depuis l’en­fance jusqu’à ses galères en tant que SDF.

Originaire de Marseille, il sillonne la France depuis ses 18 ans pour s’en sor­tir. Après être passé par Paris, Nantes, Cherbourg et Lyon, il a décidé de reve­nir à Grenoble pour recom­men­cer à zéro.

« La pri­son a déve­loppé mon goût pour l’écriture »

Le livre s’ouvre sur la ren­contre entre son père et sa mère. Le ton est donné. « Je n’ai jamais connu mon père mais j’avais envie de racon­ter cette ren­contre, même s’il y a un peu de fan­tasme et que ce n’est pas exac­te­ment la vérité », recon­naît-il.

Michaël Allegre reste optimiste pour l'avenir

Michaël Allegre reste opti­miste pour l’a­ve­nir. © Corentin Bemol – Place Gre’net

Son père, Henri Allegre, était proxé­nète. Une figure connue du milieu des “voyous” à Marseille dans les années 70. « Je l’ai ren­con­tré pour la pre­mière fois lorsque j’avais 30 ans. Il venait de sor­tir de pri­son », raconte Michaël.

De la pri­son, Michaël en a fait, lui aussi. Pour escro­que­rie, au début des années 90. Il n’avait alors que 18 ans. « J’ai eu une période carte bleue », confesse-t-il.

C’est à ce moment-là que son goût pour l’écriture s’est déve­loppé. « J’aimais beau­coup les rédac­tions lorsque j’étais au pen­sion­nat mais, en pri­son, j’étais un peu l’écrivain [public] car je rédi­geais les lettres d’autres déte­nus. » Après cette déten­tion, il a par­couru les routes de France, enchaîné les petits bou­lots, puis s’est retrouvé à la rue.

Écrire pour faire connaître son histoire

Couverture du livre de Michaël Allegre L'orphelin Marseillais

Couverture du livre de Michaël Allegre L’orphelin mar­seillais © Lulu

Michaël l’affirme : « Je suis un écri­vain dans l’âme. » Mais com­ment lui est venue cette idée de racon­ter son his­toire et de la publier ? « J’ai eu un déclic par rap­port à ma fille, qui est aujourd’hui la seule famille qu’il me reste avec ma petite-fille. Je me suis demandé ce que je pour­rais leur lais­ser comme héri­tage et ça m’a motivé à écrire mon his­toire. »

C’est alors qu’il ren­contre une femme orga­ni­sant des ate­liers d’écriture en pri­son et qui l’en­cou­rage à cou­cher son his­toire sur le papier. De 2013 à 2018, il écrit donc cette auto­bio­gra­phie, puis la sou­met à l’auto-éditeur Lulu, qui la publie et la dis­tri­bue début 2019. 

Mais à cette même époque, Michaël perd son loge­ment pro­vi­soire à Cherbourg et se retrouve sans res­sources. « À ce moment-là, tout ce que je vou­lais, c’était ren­trer à Marseille, voir ma fille avec mon livre en poche. Je vou­lais qu’elle soit fière de moi », explique-t-il.

Commencent alors pour lui de longues et éprou­vantes semaines de vente dans la Cité pho­céenne. « Je pas­sais plu­sieurs jours sans dor­mir car, quand on dort sur un banc à Marseille, on est sûr de se réveiller sans sa sacoche le len­de­main », raconte-t-il avec le sou­rire. En un an, Michaël a ainsi vendu plus de 400 exem­plaires de son livre, aux­quels s’a­joute une qua­ran­taine de vente sur le web.

Le Marseillais grenoblois

Après un pas­sage par Lyon, Michaël s’est retrouvé début juillet à Grenoble. « Ça s’est fait sur un coup de tête. Je gar­dais de très bons sou­ve­nirs de Grenoble où je suis passé une fois il y a plus de vingt ans. C’est une ville qui m’a porté chance et où j’ai été très bien accueilli. Même si les SDF, comme par­tout, sont plu­tôt mal vus ». Le Marseillais vit des ventes de son livre. Depuis qu’il est ici, il a vendu une bonne tren­taine de livres dans la rue. Il par­tage sur sa chaîne YouTube ses pen­sées quo­ti­diennes et remer­cie chaque jour les per­sonnes qui ont acheté son autobiographie.

Pour la suite, Michael se montre très opti­miste sur sa situa­tion. « J’ai un petit stu­dio où je vis pour l’instant grâce à la vente des livres et j’ai monté une asso­cia­tion pour per­mettre à des SDF de sor­tir de la rue en écri­vant des livres. » Michael parle de ses pro­jets avec des étoiles dans les yeux. Il assume dans ce livre qui il est et espère qu’à terme son livre lui per­met­tra de se sta­bi­li­ser et de sor­tir de sa condi­tion pré­caire, « si pos­sible à Grenoble ». Son pro­chain livre devrait bien­tôt sor­tir : Le Guerrier de la rue.

Corentin Bemol

CBem

Auteur

Tags : | |

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Nouvel accident mortel entre cycliste et automobiliste à Grenoble dans la nuit du lundi 22 au mardi 23 août
Un jeune homme de 18 ans blessé à la jambe par arme à feu près d’un arrêt de tram­way à Fontaine

FLASH INFO - Un jeune homme a été pris pour cible dans la soirée du 3 février 2023, près d'un arrêt de tramway à Fontaine. Lire plus

L'entrée principale de Sciences PO Grenoble bloquée par des étudiants pour dénoncer le projet de réforme des retraites. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réforme des retraites : qua­trième jour de blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat étu­diant de droite Uni réagit

EN BREF - Depuis le mardi 31 janvier 2023, des étudiants de Sciences Po Grenoble appuyés par plusieurs syndicats bloquent l'entrée de leur établissement pour Lire plus

Quelles réalités derrière la tentative de squat avortée à Grenoble dimanche 22 août?
Grenoble : une jeune femme griè­ve­ment bles­sée de 19 coups de cou­teau, son com­pa­gnon mis en exa­men et écroué

EN BREF - Une jeune femme de 22 ans a été découverte gravement blessée après avoir reçu 19 coups de couteau, mercredi 1er février 2023, Lire plus

Bilan de la concer­ta­tion volon­taire ZFE : des habi­tants sou­vent mal infor­més, scep­tiques et peu convaincus

FOCUS - À cinq mois de la mise en place, le 1er juillet 2023, de la Zone à faibles émissions (ZFE) pour les voitures de Lire plus

Incendie d'Échirolles: après l'accueil au gymnase La Butte, les résidents évacués sont relogés à l'auberge de jeunesse
Incendie à Échirolles : après l’ac­cueil en gym­nase, les rési­dents éva­cués sont relo­gés à l’au­berge de jeunesse

FLASH INFO - Quelles suites de l'incendie à Échirolles, survenu dans un parking souterrain  jeudi 2 février 2023? Le sinistre a entraîné l'évacuation de plus Lire plus

Important incendie dans un parking souterrain à Échirolles jeudi 2 février, avec 150 résidents évacués
Important incen­die dans un par­king sou­ter­rain à Échirolles, avec 150 rési­dents évacués

FOCUS - Un important incendie s'est déclaré à Échirolles au matin du jeudi 2 février, dans un parking souterrain en-dessous d'un restaurant Quick et d'une Lire plus

Flash Info

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Agenda

Je partage !