Éric Piolle appelle une nouvelle fois à légaliser le cannabis pour lutter contre les trafics

sep article

Le maire de Grenoble tient décidément à faire entendre sa voix sur la question du cannabis. Tandis qu’un rapport parlementaire remis au président de la République suggère d’assouplir la répression de ses consommateurs pour mettre ses forces dans la lutte contre son trafic, Éric Piolle appelle de nouveau à la légalisation de la substance interdite.

 

 

« Sortez du vieux monde monsieur le président ! » C’est ainsi que le maire de Grenoble interpelle Emmanuel Macron, non sur la question des migrants mais cette fois, et de nouveau, sur la légalisation du cannabis. Au début du mois de janvier, Éric Piolle appelait déjà à « arrêter l’hypocrisie » et à prendre exemple sur la Californie, huitième État des États-Unis à mettre fin à la prohibition.

 

Un joint de résine de cannabis. DR

Un joint de résine de cannabis. DR

 

Là, c’est un rapport parlementaire remis au président de la République qui relance le débat. Ses auteurs préconisent d’adoucir la répression de la consommation de cannabis, en les sanctionnant d’une simple amende ou contravention comprise entre 150 et 200 euros. Objectif annoncé ? Concentrer l’effort des forces de l’ordre sur la lutte contre le trafic.

 

 

Des offres d’emplois de guetteur sur Snapchat

 

Or le maire de Grenoble n’est pas d’accord. Pour Éric Piolle, cité par l’AFP et différents médias, le rapport ne propose qu’une « demi-mesure » qui « ne cherche pas à lutter contre les trafics » mais uniquement à soulager le travail des policiers. Et pendant ce temps, ajoute-t-il, « à Grenoble, on trouve des offres d’emplois de guetteur passées sur Snapchat »…

 

 

La légalisation comme seule solution contre le trafic ? C’est en tout cas celle mise en avant par Éric Piolle, qui se défend de toute « banalisation » de la substance. « Nos tribunaux s’épuisent mais notre pays détient le record européen de consommation pour les moins de 16 ans… La banalisation est là ! », écrit-il sur les réseaux sociaux, plaidant pour un accompagnement de la jeunesse « plutôt que de la laisser aux mains des trafiquants ».

 

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1282 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. 1 @GAM: je vous prend une fois de plus en train de mentir sur ce forum. Vous êtes pitoyable.

    2 Moi, ce qui me fait rire, c’est d’apprendre qu’en Israël, 2 milliards de dollars de ganja ont été déjà produit, stocké et attendent d’être exporté (France Inter) et qu’en quelques semaines fin 2017 plus de 700 entreprises (start-up) ont été créées dans le but de produire, vendre et exporter du cannabis (Times of Israël)….Qui aura les licences pour produire et/ou pour vendre en France ?

    sep article
    • Nous mentons? Vous ne le démontrez pas.

      Franchement, les israéliens peuvent se la fumer leur ganja car le jour où c’est légalisé (ce que nous souhaitons, nous disons juste que les bonnes conditions pour le faire doivent être réunies), hors de question qu’il y ait d’autre production sur le marché que la française (substance contrôlée et inscrite comme narcotique aux UN, hors traités de livre échange).

      Il se trouve que nous avons parmi nos membres un ancien de UNODC (recherchez sur google UNOCD) qui en avant bossait pour un truc international situé à Lyon, qui connaît bien mieux que vous le problème.

      Nous mentons?
      Démontrez le, M. Petit.

      En attendant, nous on fait du peura
      https://groupedanalysemetropolitain.com/2018/01/23/con-construction-transition-legalisation-nous-le-faisons-le-peura/

      sep article
      • « la Californie n’a légalisé que pour une raison qui a été clairement exprimé: générer des recettes fiscales! » « Nous mentons? Vous ne le démontrez pas. »……je n’ai pas besoin de démontrer, vous vous en chargez vous-même: analyser la législation californienne de cette façon est un mensonge… de propagandiste. Ne me répondez plus, s’il vous plaît, car vous en mourrez d’envie puisque vous avez toujours le dernier mot. Brisons là!

        « 

        sep article
  2. D’ailleurs la Californie n’a légalisé que pour une raison qui a été clairement exprimé: générer des recettes fiscales!

    L’hypocrisie est plutôt du côté de . Piolle en la matière.

    sep article
  3. sep article