One Voice demande à la ministre Barbara Pompili l’arrêt des abattages de loups

sep article



 

EN BREF – L’association de défense des animaux One Voice réclame à la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili l’arrêt des abattages de loups. Comme le rappelle l’association, ces animaux sont en effet des individus relevant d’une espèce protégée.

 

 

One Voice demande l'arrêt des abattages de loups

Considérés comme éra­di­qués en 1937, les loups sont reve­nus en France par les Alpes. DR

One Voice sort les crocs. L’association de défense des ani­maux a fait part de ses inquié­tudes à la ministre de la Transition éco­lo­gique Barbara Pompili au sujet des loups en France. Dans un cour­rier en date du 20 juillet qui lui a été adressé, One Voice lui demande « en urgence de bien vou­loir sus­pendre tout nou­vel abat­tage de loups ».

 

Cette demande s’appuie sur le der­nier bilan hiver­nal du réseau loup-lynx de l’Office fran­çais de la bio­di­ver­sité (OFB). « La crois­sance de la popu­la­tion des loups en France ralen­tit et leurs ter­ri­toires au niveau géo­gra­phique ne se sont pas éten­dus », s’inquiète l’association. Or encore soixante indi­vi­dus devraient être abat­tus d’ici fin 2020.

 

« One Voice s’insurge contre tout tir sur les loups qui, par leur seule pré­sence, magni­fient nos forêts mon­ta­gneuses », déclare l’association.

 

Considérant leur retour dans les Alpes comme « une béné­dic­tion pour l’équilibre natu­rel », One Voice réclame « qu’ils soient pro­té­gés à tout prix ». Elle rap­pelle par ailleurs que les quelque 530 spé­ci­mens de canis lupus en France sont « issus d’une espèce pro­té­gée » et que, par consé­quent, « ils devraient donc l’être ».

 

 

Des abattages injustifiés selon l’association

 

One Voice pointe du doigt « les déro­ga­tions minis­té­rielles et pré­fec­to­rales pour contre­ve­nir à ce sta­tut ». En effet, une cen­taine de loups ont été tués en 2019. Un nombre d’a­bat­tages qui avait dou­blé, suite à l’aug­men­ta­tion de leur popu­la­tion sur le ter­ri­toire. Ce afin de dimi­nuer les attaques sur les éle­vages

 

One Voice demande l'arrêt des abattages de loups. Deux louveteaux loups abattus à Chichilianne en septembre 2016. DR

Deux lou­ve­teaux loups abat­tus à Chichilianne en sep­tembre 2016. DR

L’association de défense du pas­to­ra­lisme avait en effet compté 5 000 bêtes tuées par des ani­maux sau­vages en 2018, soit 200 de plus que l’année pré­cé­dente. Mais pour One Voice, « rien ne prouve que l’a­moin­dris­se­ment de la crois­sance de leur popu­la­tion soit cor­rélé à une baisse des attaques sur les éle­vages ».

 

L’association a déjà porté l’affaire devant le Conseil d’État, sans obte­nir gain de cause. En février 2020, la der­nière pro­cé­dure de référé n’a pas abouti « au regard du faible nombre de déro­ga­tions alors accor­dées ». Mais, mi-juill­let, l’association comp­tait « déjà trente loups » abat­tus. « Aujourd’hui, la crois­sance de la popu­la­tion des loups ralen­tit, et pour­tant leur mas­sacre aug­mente… », alerte One Voice.

 

 

L’abattage des loups, un danger pour l’espèce à long terme

 

One Voice expose ce constat : « Si un pour­cen­tage est annoncé dès que la popu­la­tion s’ac­croît, le nombre de loups “à abattre” sera pro­por­tion­nel­le­ment plus impor­tant. Augmenter cette part revient à cher­cher à faire dimi­nuer la popu­la­tion lupine. », consi­dère l’association.

 

One Voice demande l'arrêt des abattages de loups

EN 2019, la popu­la­tion de loups en France était esti­mée à 530. DR

En mars 2017, les experts de l’Office natio­nal de la chasse et du Muséum natio­nal d’histoire natu­relle expli­quaient déjà que l’a­bat­tage des loups était un dan­ger pour l’espèce à long terme.

 

One Voice note éga­le­ment que les « dégâts » rap­por­tés par les agri­cul­teurs aug­mentent, « non­obs­tant l’aug­men­ta­tion du nombre de tirs sur les loups ». Pour elle, les loups sont ainsi « sou­vent les boucs émis­saires » de dégâts cau­sés par des chiens « dont les attaques ne per­mettent pas de tou­cher de dédom­ma­ge­ment ». « Les loups sont des ani­maux sociaux, intel­li­gents et qui ont besoin, comme tout un cha­cun, de se nour­rir pour vivre », rap­pelle enfin l’association.

 

Thomas Imbert

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
8760 visites | 14 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 14
  1. sep article
  2. Oui, et en plus, les éle­veurs me font bien mar­rer quand ils disent tuer les loups pour pro­té­ger leurs mou­tons et bre­bis, car ils leurs réservent une mort encore plus féroce dans les abat­toirs, et qui leur rap­portent du fric (alors que les loups…). Et pour faire plus de béné­fices, cer­tains n’hé­sitent pas à les revendre et à les expor­ter dans les pays du Maghreb ou d’Extrême-Orient, là où les ani­maux sont le plus mal­trai­tés durant le trans­port, et avant et durant l’a­bat­tage. Alors, qu’on ne me parle pas de l’empathie des éle­veurs envers leurs ani­maux !

    sep article
  3. Totalement contre, le loup était là avant nous et cest l’hu­main qui gri­gnote son ter­ri­toire il ne faut pas accep­ter le lobby des chas­seurs et agri­cul­teurs

    sep article
  4. Stop au mas­sacres il y en a plus que marre

    sep article
  5. Les éle­veurs touchent dés dédom­ma­ge­ments impor­tants donc déclaré que ce sont les loups qui ont tué alors que la plu­part du temps il d’agit de chien errants le loup tué pour se nour­rir ne laisse pas la proie sur place mais la dévore en com­men­çant par les entrailles
    De plus les éle­veurs peuvent se pro­té­ger avec plu­sieurs patous mais là il fau­drait leur ache­ter les chiens et la nour­ri­ture des chiens et adieu les indem­ni­tés
    Je suis en colère après eux et pour cela je n’ach Plus de mou­ton ni d’agneau Français

    sep article
  6. Arrêtez avec votre pro­pa­gande ! Les loups sont une cala­mité pour l’é­le­vage et le pas­to­ra­lisme ! Avez- vous des actions des grands groupes US qui veulent nous vendre de la viande de syn­thèse ? Vendus au capi­ta­lisme !

    sep article
  7. Stop ! Il faut arrê­ter ce mas­sacre… trop d’animaux sur cette pla­nète payent la soif de tuer de cer­tains etres soit disant humain !

    sep article
  8. Le pas­to­ra­lisme et le loup se sont tou­jours oppo­sés.
    Mais avec des luttes à armes égales.
    Je com­prends la tris­tesse des éle­veurs, mais, il faut savoir aussi que ce pro­blème est minté en épingle par les chas­seurs et les poli­tiques !
    Je suis contre l’abattage de tout ani­mal et je pense que ce sont les éle­veurs qui ont la solu­tion en main

    sep article
  9. Les loups, les ours. On les réin­tégre puis on fait des car­tons. Ils arrivent en France avec une cible sur le dos. INADMISSIBLE !!!!

    sep article
  10. Tous les ani­maux ont le droit de vivre.

    sep article
  11. Je ne tolère plus la méchan­ceté envers les ani­maux sur­tout qu’on les relâche pour les faire se repeu­pler puis ya des [modéré : pro­pos inju­rieux] chas­seurs qui viennent faire un car­ton des­sus déjà qu’ils ne sont pas trop aimés ceux-là alors ça fait que empi­rer les choses

    sep article
  12. Je m oppose à ce mas­sacre . Je ne suis pas d accord

    sep article
  13. lais­ser les loups tran­quille

    sep article
  14. Stop aux masacres !! Defense des loups et autres espèces !!

    sep article