Jusqu’à cent loups pourront être abattus : la France passe du simple au double malgré les mises en garde

sep article



EN BREF – Le nombre de loups pouvant être abattus passe du simple au double. Le relèvement des plafonds va permettre d’éliminer jusqu’à cent loups sur le territoire français en 2019. Une mesure que contestent les associations de défense de l’animal qui ont saisi le Conseil d’État. Depuis le début de l’année, quatre loups ont, d’après l’association Ferus, déjà été abattus en Isère.

 

 

Loup. DR

Loup. DR

Jusqu’à 19 % * des loups pré­sents en France pour­ront être abat­tus en 2019. Soit près de deux fois plus qu’en 2018 où le « taux de pré­lè­ve­ment » (sic) avait été fixé à 10 %.

 

Un arrêté publié le 26 juillet, « por­tant expé­ri­men­ta­tion de diverses dis­po­si­tions en matière de déro­ga­tions aux inter­dic­tions de des­truc­tion pou­vant être accor­dées par les pré­fets concer­nant le loup » a offi­ciel­le­ment rehaussé les pla­fonds. Sa publi­ca­tion n’est pas une sur­prise. La mesure avait été annon­cée en mai der­nier sur la base d’un comp­tage offi­ciel de l’Office natio­nal de la chasse et de la faune sau­vage (ONCFS) qui avait dénom­bré 530 loups sur le ter­ri­toire métro­po­li­tain. Un chiffre qui dépas­sait le cap des 500 indi­vi­dus consi­déré par les pou­voirs publics comme le seuil de via­bi­lité de l’es­pèce, et ce mal­gré les pré­co­ni­sa­tions d’ex­perts de… l’ONCFS.

 

Une décision malgré de multiples mises en garde d’experts

 

En mars 2017, un rap­port met­tait en garde les pou­voirs publics. Pour les experts de l’Office natio­nal de la chasse et du Muséum natio­nal d’histoire natu­relle, le pré­lè­ve­ment, alors d’une qua­ran­taine de loups par an, met­tait en dan­ger l’espèce à long terme.

 

Consulté pour avis sur le pro­jet d’ar­rêté, le conseil natio­nal de pro­tec­tion de la nature (CNPN) avait le 25 avril der­nier éga­le­ment rendu un avis défa­vo­rable, sou­li­gnant le « carac­tère inadé­quat de la réponse appor­tée par les minis­tères (du Développement durable et de l’Agriculture, ndlr) ». Pour le CNPN, « 13% repré­sente la marge de manœuvre maxi­male pour rééva­luer le nombre de pré­lè­ve­ments sans com­pro­mettre la via­bi­lité démo­gra­phique ».

 

 

Les patou, meilleurs moyens pour protéger les troupeaux des loups. Mais… Photo J-L Borelli - Ferus

Les patou, meilleurs moyens pour pro­té­ger les trou­peaux des loups. Mais… © J‑L Borelli – Ferus

 

« Oubliant toutes les incer­ti­tudes qui pèsent sur les modèles, l’ad­mi­nis­tra­tion ne semble plus avoir aucun objec­tif en termes de déve­lop­pe­ment et de conser­va­tion de l’es­pèce sur notre ter­ri­toire, la seule stra­té­gie appa­rente étant de ralen­tir la crois­sance de la popu­la­tion », assène son pré­sident Serge Muller.

 

L’arrêté a éga­le­ment fait l’ob­jet d’une consul­ta­tion publique natio­nale close le 19 juin. Où il s’a­vère que 81 % des contri­bu­teurs se sont pro­non­cés contre le pro­jet d’ar­rêté. **

 

 

Un recours déposé devant le Conseil d’État

 

Après avoir porté plainte auprès de la Commission euro­péenne en 2018, l’as­so­cia­tion Ferus a aux côtés de l’as­so­cia­tion pour la pro­tec­tion des ani­maux sau­vages (Aspas) déposé une requête devant le Conseil d’État d’a­près le jour­nal Le Monde .

 

Au 29 juillet, 51 loups ont selon Ferus été abat­tus en France dont quatre dans le dépar­te­ment de l’Isère, trois dans l’Oisans et un dans le Vercors. Le nombre de pré­da­tions comp­ta­bi­lisé par l’ONCFS était de 12 500 en 2018, contre 9.700 en 2017.

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

* 17 % avec une majo­ra­tion de 2 % si le quota est atteint avant la fin de l’an­née.

 

**Article mis à jour le 1er août avec la mise en ligne de la syn­thèse de la consul­ta­tion publique.

 

 

 

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4881 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. « « taux de pré­lè­ve­ment » (sic) »

    C’est l’ex­pres­sion en vigueur, qui dit bien de quoi il est ques­tion.

    sep article
  2. C’est tout ce qu’ils savent faire. En éco­no­mie – c’est les taxes, en terme de déve­lop­pe­ment durable – c’est tuer les loups.

    sep article