La Métropole de Grenoble n’écarte pas la possibilité d’activer son droit de préemption sur la clinique mutualiste

sep article



FLASH INFO - La Métropole de Grenoble va-t-elle venir entra­ver le pro­ces­sus de ces­sion de la cli­nique mutua­liste à Doctegestio ? Le groupe, choisi par le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion du groupe mutua­liste hos­pi­ta­lier de Grenoble (GHM) pour reprendre les parts cédées par son action­naire majo­ri­taire Adrea, est en (très bonne ) posi­tion pour mettre la main sur la Mut”.

 

Mais tout le monde à Grenoble ne l’en­tend pas de cette oreille. Et notam­ment Christophe Ferrari, le pré­sident de la Métro. « Ce can­di­dat n’ap­porte en effet pas les garan­ties atten­dues par le ter­ri­toire », sou­li­gnait-il dans un com­mu­ni­qué quelques heures après l’an­nonce. « J’aurai l’oc­ca­sion d’é­chan­ger avec ses sala­riés et usa­gers dans les pro­chains jours pour conti­nuer à défendre une offre de soins non seule­ment de qua­lité mais aussi et sur­tout acces­sible à toutes et à tous ».

 

Si le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’Union mutua­liste pour la ges­tion du groupe hos­pi­ta­lier mutua­liste (UMG-GHM) a fait son choix, qui devrait se tra­duire par une ces­sion effec­tive des parts à la fin de l’an­née, les dis­cus­sions conti­nuent d’al­ler bon train en cou­lisses.

 

Car la Métro n’a jamais caché vou­loir acti­ver son droit de pré­emp­tion si le repre­neur ne lui conve­nait pas. Des murs que Doctegestio a « acquis » en met­tant sur la table 47 mil­lions d’eu­ros.

 

En effet, la Métropole de Grenoble peut acti­ver son droit de pré­emp­tion sur les 49 com­munes de son ter­ri­toire. « Il lui per­met d’acquérir en prio­rité un bien immo­bi­lier (mai­sons indi­vi­duelles, ter­rains, immeubles en copro­priété ou appar­te­ments) mis en vente par une per­sonne pri­vée ou morale. L’objectif étant de lui per­mettre d’a­mé­na­ger son ter­ri­toire en fonc­tion de ses objec­tifs et confor­mé­ment à l’in­té­rêt géné­ral ».

 

Une hypo­thèse qui n’est pas écar­tée même si l’heure est (encore) à la mobi­li­sa­tion aux côtés notam­ment du col­lec­tif d’u­sa­gers et de citoyens. « Seule l’en­trée en négo­cia­tion exclu­sive est actée à ce jour et non la ces­sion, sou­ligne-t-on au cabi­net de Christophe Ferrari. La ques­tion d’un éven­tuelle pré­emp­tion ne se pose donc pas de manière immé­diate ».

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2608 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.