Dernier appel pour le Monde d’après du collectif Métro et d’Alternatiba Grenoble avant le second tour

sep article

Notre indépendance c

 

FIL INFO – Le collectif Métro et Alternatiba Grenoble ont mené, ce lundi 22 juin, une dernière action avant le second tour des élections municipales. Réunis à la Bastille, leurs membres ont allumé des fumigènes pour interpeller les citoyens sur l’engagement écologique des différentes listes avant le passage aux urnes, le 28 juin 2020.

 

 

Le Collectif "Métro", soutenu par Alternatiba Grenoble, a mené un dernière action ce lundi 22 juin au sommet de la Bastille. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net

Le col­lec­tif Métro, sou­tenu par Alternatiba Grenoble, a mené un der­nière action ce lundi 22 juin 2020 au som­met de la Bastille. © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

 

Dernier tour de piste pour le col­lec­tif Métro avant le scru­tin de dimanche. Accompagné de membres d’Alternatiba Grenoble, celui-ci a réa­lisé une action à la Bastille, ce lundi 22 juin à 18 heures : les mili­tants ont affiché le slo­gan “Notre ave­nir part en fumée, construi­sons le monde d’après ! » Puis pris une photo avec des fumi­gènes « afin d’in­ter­pel­ler les can­di­dats et les citoyens sur l’im­por­tance de ce futur man­dat muni­ci­pal et sur [leur] démarche autour du Pacte pour la Transition ».

 

« 50 à 70 % des mesures pour l’atténuation et l’a­dap­ta­tion au chan­ge­ment cli­ma­tique ont voca­tion à être mises en œuvre à l’échelle ter­ri­to­riale, d’après le Giec [groupe d’ex­perts inter­gou­ver­ne­men­tal sur l’é­vo­lu­tion du cli­mat, ndlr], rap­pellent en effet les mili­tants de la cause éco­lo­gique. « Avec le Pacte pour la Transition, nous pou­vons, avec [ces mesures], décider de cet Après, plus juste et prio­ri­sant les besoins des popu­la­tions et en défendant les grands équilibres écologiques », expliquent-ils.

 

 

« Éviter le greenwashing »

 

Après six mois de « lob­bying citoyen », une tren­taine de listes de l’agglomération gre­no­bloise ont signé son Pacte pour la tran­si­tion éco­lo­gique. Soutenu par Alternatiba Grenoble, il a notam­ment attri­bué des notes aux dif­fé­rentes listes du ter­ri­toire. « Nous vou­lions évi­ter le green­wa­shing. Nous avons donc aussi mis en place un indice de confiance qui n’engage que nous. Il est basé sur nos échanges avec les listes et le tra­vail qu’elles ont fourni », a expli­qué Laurène Migeat.

 

 

 

Malgré une dyna­mique frei­née par l’épidémie de coro­na­vi­rus, le col­lec­tif a pour­suivi sa consul­ta­tion. Notamment après les fusions de l’entre deux tours. Comme à Fontaine, où la liste signa­taire de Sophie Romera a fusionné avec celle, non signa­taire, du maire sor­tant Jean-Paul Trovero. « Nous sommes donc reve­nus vers cette liste uni­fiée et elle a rejoint notre Pacte », s’est féli­ci­tée la porte-parole.

 

 

« Effet post-confinement »

 

« D’autres listes sont éga­le­ment reve­nues vers nous d’elles-mêmes pour s’engager plus for­te­ment, peut-être dans un effet post-confi­ne­ment. » Prochaine étape pour le col­lec­tif Métro : s’assurer que les listes signa­taires élues mènent à bien les actions aux­quelles elles se sont enga­gées. « Nous vou­lons aussi inter­pel­ler le conseil métro­po­li­tain, afin de tra­vailler main dans la main et de faire émer­ger un consen­sus qui dépasse les appar­te­nances poli­tiques », a affirmé Laurène Migeat.

 

Anissa Duport-Levanti

 

commentez lire les commentaires
2184 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Éviter le green­wa­shing ? Ah oui ? C’est pour­tant sys­té­ma­tique depuis 2014 de la part de la muni­ci­pa­lité et ses com­plices poli­tique de la Métropole qui font n’im­porte quoi avec CVCM et Chronovelo impo­sés sans étude d’im­pact et qui ont fait pas­ser Grenoble de la 10ème en 2016 à la 4ème ville la plus embou­teillée de France aujourd’­hui ; et qui s’e­nor­gueillaient de l’i­nep­tie éco­lo­gique qu’est la cen­trale BIOMAX qu’ils ont inau­gu­rée avec Nicolas Hulot ?

    sep article
  2. D’abord, ne plus abattre les 185 000 tonnes d’arbres qui cap­taient du CO2 mais sont par­tis en fumée pour le chauf­fage urbain « vert » (noir en fait) de Piolle, et qui met­tront au moins 20 ans à cap­ter effi­ca­ce­ment à nou­veau.
    https://www.20minutes.fr/planete/816468 – 20111102-green­peace-affirme-bio­masse-fores­tiere-pol­lue-plus-char­bon
    Ensuite, ces­ser de consa­crer un argent fou à pro­duire des embou­teillages pol­luants, l’u­ti­li­ser à l’i­so­la­tion des bâti­ments pour réduire leur consom­ma­tion d’éner­gie.
    Enfin, déve­lop­per l’é­du­ca­tion scien­ti­fique pour que les jeunes com­prennent qu’ils ne sau­ve­ront pas la pla­nète en étant mani­pu­lés par des poli­ti­cards « verts » dévo­rés d’am­bi­tion, mais en étu­diant la ques­tion éner­gé­tique et en déve­lop­pant de vraies solu­tions.

    sep article