Crise sanitaire : Stéphane Gemmani invite à s’interroger sur « le jour d’après » via un groupe de réflexion

sep article

Aides aux entreprises bis - La Metro -05/2020

 

EN BREF – Le conseiller régional Stéphane Gemmani invite à réfléchir sur la période qui va suivre la crise sanitaire engendrée par le virus Covid-19. À l’initiative d’un groupe de réflexion intitulé “Grenoble : le jour d’après”, l’élu souhaite « renverser la table » pour imaginer un autre modèle de société. Notamment en tirant les leçons des « faiblesses et insuffisances » de nos institutions.

 

 

Grenoble désertée, comment sera "le jour d'après" ? © Joël Kermabon - Place Gre'net

Grenoble désertée, comment sera « le jour d’après » ? © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Continuer à faire comme d’habitude ou bien utiliser cette crise sanitaire et les enseignements des précédentes pour réformer enfin nos rapports et nos fonctionnements ? » Telle est la question que pose sur son blog le conseiller régional Stéphane Gemmani, également neuvième sur la liste d’Olivier Noblecourt pour les élections municipales.

 

Comme beaucoup, l’élu s’interroge sur « le jour d’après » la crise sanitaire. Et espère qu’après cet épisode inédit de notre histoire, rien ne sera la seule « suite logique de ce que nous avons laissé avant ».

 

Vœu pieu, utopie, promesses en l’air ? Toujours est-il que Stéphane Gemmani propose d’y réfléchir. Comment ? À travers un nouveau groupe de réflexion intitulé Grenoble : le jour d’après, dont la première vidéoconférence d’organisation a eu lieu le 16 avril dernier. La prochaine réunion, programmée pour ce jeudi 23 avril, va s’attacher, quant à elle, à présenter les différents groupes de travail autant qu’à hiérarchiser les thématiques.

 

 

Pour le jour d’après, « allons-nous continuer à faire comme d’habitude ? »

 

« La crise du Covid-19 n’a rien à voir avec les nombreux événements évitables ou non, que nous avons vécus ces dernières années », expose Stéphane Gemmani. « Comme après chaque événement dramatique, poursuit-il, une remise en cause profonde de nos fondamentaux sociaux, de nos échelles de valeurs et de notre mode de production se pose ». Aussi, questionne-t-il : « Allons-nous continuer à faire comme d’habitude ? »

 

Stéphane Gemmani

© Laure Gicquel – Place Gre’net

Auquel cas, « nous sortirons de cette crise encore plus dévastés et brisés. Socialement, humainement et économiquement, faute d’introspections et d’outils pour relancer notre modèle de société », augure Stéphane Gemmani.

 

Sans pour autant aller jusqu’à l’expiation, lui et son groupe de réflexion veulent ouvrir une nouvelle voie. Celle de la reconnaissance « des faiblesses de nos gouvernances, des insuffisances de nos institutions ».

 

« Si nous avons le courage de les corriger en responsabilité, nous sortirons plus forts et plus déterminés que jamais », exhorte le conseiller régional.

 

 

« Il est temps de renverser la table et de retrouver le sens de l’intérêt général »

 

Quoi qu’il en soit, « la vie démocratique et son expression doivent rester notre meilleur atout », enchaîne Stéphane Gemmani. Et ce, « même si le climat actuel nous confirme qu’une vision à long terme est difficile », insiste-t-il. Dans son viseur ? Une gouvernance « aux résultats de sondages, aux baromètres d’opinion et aux mouvement créés sur les réseaux sociaux ».

 

Stéphane Gemmani n’en reste pas là. Et fustige des décideurs « aveuglés par une surestime d’eux-mêmes ». « Au local comme au national, [ils] sont incapables d’expertiser la chute d’un monde et de changer leurs prismes, afin de rassembler le plus grand nombre, au-delà des appartenances pour mieux agir », critique-t-il.

 

Une banderole fixée sur un balcon durant "le grand confinement". DR

Une banderole fixée sur un balcon durant « le grand confinement ». DR

 

L’initiateur du groupe de réflexion monte le ton d’un cran. « Il est temps de renverser la table, de retrouver le sens de l’intérêt général en cessant ces conflits d’intérêts et ces copinages », lance-t-il. Pour Stéphane Gemmani, c’est l’essence même de la parole publique qu’il faut réformer et réinventer. « Les gouvernances de demain ne doivent plus confondre communication et information. Parce que la confiance ne se décrète pas, elle se mérite ! », appuie-t-il

 

« C’est donc par ces initiatives locales, loin des grands sermons et des longues théories, que nous commencerons modestement à imaginer ce que nous voulons aujourd’hui pour demain », conclut Stéphane Gemmani.

 

Joël Kermabon

 

Campagne réouverture des musées du Département
commentez lire les commentaires
4427 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Il a l’air gentil le papa Noël sur la photo.

    sep article