Confinement, soli­da­rité et mar­chés… Nouveau point d’é­tape du maire de Grenoble Éric Piolle

Confinement, soli­da­rité et mar­chés… Nouveau point d’é­tape du maire de Grenoble Éric Piolle

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Le maire de Grenoble Éric Piolle s’est adressé à ses admi­nis­trés via Facebook lundi 30 mars pour dres­ser un nou­veau point d’é­tape face aux mesures de confi­ne­ment et à la crise du coro­na­vi­rus. L’occasion pour l’élu de reve­nir sur le res­pect des règles, la ques­tion des soli­da­ri­tés ou encore celle des mar­chés alimentaires.

Nouveau point d’é­tape du maire de Grenoble Éric Piolle face au confi­ne­ment et à la crise du coro­na­vi­rus. Lundi 30 mars, c’est depuis la page Facebook de la Ville de Grenoble que l’élu s’est adressé aux Grenoblois pour faire le point sur les actions menées par la muni­ci­pa­lité et « saluer » à de nom­breuses reprises toutes les per­sonnes mobi­li­sées. Tout en appe­lant au strict res­pect des règles édic­tées par le gouvernement.

Éric Piolle lors de son point d'étape du lundi 30 mars en direct sur Facebook © Ville de Grenoble

Éric Piolle lors de son point d’é­tape du lundi 30 mars en direct sur Facebook. © Ville de Grenoble

« Dans l’im­mense majo­rité d’entre vous, vous jouez le jeu du confi­ne­ment. Nous pou­vons être fiers de cette mobi­li­sa­tion géné­rale : même s’il est trop tôt pour le dire, je suis convaincu qu’elle por­tera ses fruits. Nous sau­vons déjà des vies en res­tant confi­nés », a rap­pelé le maire de Grenoble. Ce, a‑t-il pré­cisé, en limi­tant la pro­pa­ga­tion du virus et en évi­tant la satu­ra­tion des équi­pe­ments et des lits de réani­ma­tion du CHU Grenoble-Alpes.

Des ver­ba­li­sa­tions de la police municipale

Cependant, les réfrac­taires ou les récal­ci­trants au confi­ne­ment existent bel et bien, à Grenoble comme ailleurs. Et depuis le lundi 23 mars, la police muni­ci­pale est elle aussi habi­li­tée à les ver­ba­li­ser, au même titre que les poli­ciers natio­naux ou les gen­darmes. Bilan ? « Il y a eu lors de ces sept der­niers jours 1 119 contrôles effec­tués et 85 per­sonnes ne res­pec­tant pas ces règles ont été ver­ba­li­sées », annonce Éric Piolle.

La police municipale peut désormais verbaliser pour non-respect des règles de confinement © Florent Mathieu - Place Gre'net

La police muni­ci­pale peut désor­mais ver­ba­li­ser pour non-res­pect des règles de confi­ne­ment. © Florent Mathieu – Place Gre’net

L’occasion pour le maire de Grenoble de rap­pe­ler sa demande pour plus de poli­ciers natio­naux sur le ter­ri­toire. Une demande adres­sée au ministre de l’Intérieur, conjoin­te­ment avec le maire de Saint-Martin-d’Hères David Queiros et le maire d’Échirolles Renzo Sulli. Réponse ? Toujours aucune. Quand bien même, consi­dère Éric Piolle, « la pré­sence humaine est la clé pour garan­tir le res­pect des règles col­lec­tives ».

On l’aura com­pris : pas ques­tion pour l’élu de remettre en cause les direc­tives et les choix gou­ver­ne­men­taux. Ce qui ne l’empêche pas d’a­dres­ser quelques piques à l’État. En rap­pe­lant par exemple « la pénu­rie de masques, l’ab­sence de tests et le faible nombre de lits ». Ou en se van­tant d’a­voir mis sur pied une cel­lule de crise, « quelques semaines avant que le pré­sident n’an­nonce les mesures de confi­ne­ment ».

Création d’une « cel­lule anticipation »

Pour le moment, sou­ligne l’élu, « le ter­ri­toire gre­no­blois semble moins tou­ché que d’autres grandes villes ou régions de France ». Les chiffres sont néan­moins à prendre avec des pin­cettes, faute de tests sys­té­ma­tiques. Au soir du 30 mars, l’Agence régio­nale de santé (ARS) dénom­brait 172 hos­pi­ta­li­sa­tions en Isère, contre 996 dans le Rhône ou 392 dans la Loire. L’Isère compte, à ce jour, 11 décès recon­nus du coro­na­vi­rus, tan­dis que 69 per­sonnes ont pu retrou­ver leur domi­cile après guérison.

Le CHU de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le CHU de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Si le maire compte sur la cel­lule de crise pour main­te­nir cette “avance”, elle s’ac­com­pagne désor­mais d’une « cel­lule anti­ci­pa­tion », afin de « pré­voir l’a­près ». « La cel­lule anti­ci­pa­tion tra­vaillera à orga­ni­ser au mieux [la] reprise, en étroite coor­di­na­tion avec les par­te­naires de la Ville : la Métropole, le Syndicat des mobi­li­tés, le Département, la Région, les acteurs éco­no­miques et asso­cia­tifs… », explique Éric Piolle.

Le tout avec la volonté, insiste-t-il, de « tirer les ensei­gne­ments de la crise et d’é­tu­dier les fai­blesses et les forces de l’organisation locale face à de tels évé­ne­ments ». Ceci pour mieux « anti­ci­per et poser les bases d’un ter­ri­toire encore plus soli­daire, plus rési­lient, plus robuste, capable de mieux encais­ser de nou­veaux chocs comme celui que nous sommes en train de vivre ».

Des actions de solidarité

Une « rési­lience » qui passe aussi par les soli­da­ri­tés ? Dans son point d’é­tape, le maire de Grenoble n’a pas man­qué de saluer la bonne santé de la pla­te­forme Voisins Voisines ini­tiée par la Ville. Alors que le site enre­gis­trait déjà plus de 1 000 volon­taires après sept jours d’ex­ploi­ta­tion, ce sont désor­mais plus de 1 900 per­sonnes qui se sont ins­crites pour pro­po­ser divers ser­vices d’en­traide, vis-à-vis notam­ment des per­sonnes fra­giles ou isolées.

La Ville tâche de lutter contre l'isolement des personnes en Ehpad alors que les visites des proches sont interdites © Ville de Grenoble

La Ville tâche de lut­ter contre l’i­so­le­ment des per­sonnes en Ehpad alors que les visites des proches sont inter­dites. © Ville de Grenoble

Des per­sonnes fra­giles qui sont éga­le­ment, natu­rel­le­ment, sur­veillées par les agents de la Ville qui les appellent régu­liè­re­ment. Avec une mobi­li­sa­tion toute par­ti­cu­lière dans les Ehpad, où les visites des proches sont désor­mais inter­dites. Des ren­forts y per­mettent une pré­sence plus longue des per­son­nels auprès des rési­dents qui sont par ailleurs régu­liè­re­ment contac­tés par téléphone.

Pour le reste ? Le « fes­ti­val » Fête comme chez vous, soit une série de pro­grammes pro­po­sée par la Ville sur sa page Facebook, ren­contre elle aussi le suc­cès, selon Éric Piolle. « En à peine dix jours d’exis­tence, l’au­dience frôle la barre des 700 000 per­sonnes atteintes », se réjouit-il. Et de l’af­fir­mer : « Ça nous pousse à être encore plus exi­geants sur la forme et sur le fond de ces pro­gram­ma­tions ».

Des règles strictes pour les mar­chés alimentaires

Éric Piolle est enfin revenu sur la ques­tion des mar­chés ali­men­taires. Alors que le Premier ministre annon­çait leur fer­me­ture lundi 23 mars, le maire de Grenoble a immé­dia­te­ment déposé une demande de déro­ga­tion auprès de la pré­fec­ture de l’Isère. Une demande accep­tée, mais sous des condi­tions très strictes. « Nous serons intran­si­geants sur le res­pect de ces règles col­lec­tives […] avec des agents qui se char­ge­ront de [les] faire res­pec­ter », pré­vient le maire.

Les marchés de Grenoble ont rouvert selon des règles strictes © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les mar­chés de Grenoble ont rou­vert selon des règles strictes. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Pour autant, le main­tien des mar­chés est une néces­sité aux yeux de l’é­dile. Qui entend « conser­ver des débou­chés pour la filière locale [et] per­mettre de garan­tir aux habi­tants des points d’a­li­men­ta­tion acces­sibles […] notam­ment dans dif­fé­rents quar­tiers où nombre de maga­sins ali­men­taires sont aujourd’­hui fer­més ».

Et si des règles strictes doivent s’ap­pli­quer sur les mar­chés, le maire note que celles-ci doivent aussi s’ap­pli­quer aux autres com­merces ali­men­taires. Éric Piolle annonce ainsi avoir « saisi le gou­ver­ne­ment » sur la ques­tion de la pro­tec­tion des sala­riés de la grande dis­tri­bu­tion. Ainsi que sur la ques­tion des livreurs « qui conti­nuent de sillon­ner les rues ». « Je sou­haite que ces tra­vailleuses et tra­vailleurs soient aussi sécu­ri­sés », a conclu le maire de Grenoble.

Florent Mathieu

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Sécheresse : la Ville de Grenoble interdit l'accès au parc Guy-Pape. Sécheresse. DR
Canicule et séche­resse : la Ville de Grenoble prend un arrêté d’in­ter­dic­tion d’ac­cès tem­po­raire à la prai­rie Guy Pape

FLASH INFO - Considérant les conditions exceptionnelles de sécheresse et de chaleur susceptibles d'augmenter les risques d'incendie, la Ville de Grenoble a pris un arrêté Lire plus

Grenoble face au phénomène d'ilots de chaleur, entre critiques de l'opposition et perspectives de la municipalité
Voirie et espaces verts : la Ville de Grenoble fait face à l’a­lerte séche­resse de niveau 4

FLASH INFO - Tout comme l'ensemble des localités du sud du département de l'Isère, la Ville de Grenoble est concernée par l'alerte sécheresse de niveau Lire plus

L'édition 2022 du Cabaret Frappé à retouvé le Jardin de Ville de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Le Cabaret frappé a repris ses quar­tiers d’été au cœur du Jardin de ville de Grenoble jus­qu’au 20 juillet 2022

REPORTAGE VIDÉO - C'est parti pour la 23e édition du Cabaret frappé, festival musical grenoblois entièrement gratuit qui se déroule au Jardin de ville. Au Lire plus

Massilia Sound System au festival Cabaret Frappé de Grenoble de 2021 © Muriel Beaudoing
La Ville de Grenoble dévoile sa poli­tique cultu­relle pour la période 2022 – 2026

FOCUS - L'adjointe à la culture Lucille Lheureux a présenté, jeudi 7 juillet, la politique culturelle 2022-2026 de la Ville de Grenoble, adoptée en conseil Lire plus

Le Dal organisait ce vendredi 1er juillet 2022 un rassemblement et un concert de casseroles devant la préfecture, en compagnie des familles occupant l'esplanade de la Caserne de Bonne. © Dal 38
Grenoble : la Ville met la salle Rouge à dis­po­si­tion du Dal et des familles sans abri jus­qu’à la fin de l’été

FOCUS - Après avoir occupé l'esplanade de la Caserne de Bonne durant cinq semaines, puis la Maison des associations depuis ce mardi 12 juillet 2022, Lire plus

Le Dal et les 80 familles occupant l'esplanade de la Caserne de Bonne depuis cinq semaines ont levé le camp, mardi 12 juillet 2022, et occupent désormais la Maison des associations. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : le Dal et les 80 familles sans abri ont quitté l’es­pla­nade de la Caserne de Bonne pour la Maison des associations

FOCUS - Le Dal 38 (Droit au logement) et les 80 familles qui occupaient l'esplanade de la Caserne de Bonne depuis le 5 juin 2022 Lire plus

Flash Info

|

08/08

19h10

|

|

08/08

12h16

|

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

|

04/08

17h00

|

|

04/08

12h07

|

Les plus lus

Environnement| Sécheresse : Éric Piolle pointe du doigt les « greens » de golf qui conti­nuent d’être arrosés

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin