Les marchés alimentaires sont désormais interdits en France. La profession dénonce un décret flou et ambigu, incohérent avec les mesures de confinement.

Interdiction des mar­chés ali­men­taires : en Isère, les pro­fes­sion­nels dénoncent un “imbro­glio sans nom”

Interdiction des mar­chés ali­men­taires : en Isère, les pro­fes­sion­nels dénoncent un “imbro­glio sans nom”

 

TROIS QUESTIONS À – Un décret interdit, à compter de ce 24 mars, la tenue des marchés, qu'ils soient couverts ou à ciel ouvert. Alors que des villes comme Grenoble, Fontaine ou Eybens ont d'ores et déjà fait savoir qu'elles allaient demander des dérogations, Marie Amore, la présidente du syndicat des marchés de l'Isère monte au créneau. Et dénonce un texte flou et ambigu, en totale contradiction avec les mesures prises jusque-là.

 

 

UNE Marché Hoche pendant le covid-19, samedi 21 mars 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Marché Hoche à Grenoble pendant le Covid-19, samedi 21 mars 2020. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Ce que dit le décret

 

Le Premier ministre a annoncé, le lundi 23 mars, la fermeture des marchés alimentaires à ciel ouvert. Une mesure applicable dès le lendemain qui pourra être levée dans certaines communes, lorsque le marché y est "le seul (moyen) parfois" d'avoir "accès à des produits frais », a précisé Édouard Philippe.

 

Sauf que, depuis, le son de cloche n'est plus tout à fait le même. Le décret publié dans la nuit du 23 au 24 mars met tous les marchés dans le même sac, qu'ils soient couverts ou non. Quant aux dérogations, elles seront accordées sous couvert de bonne organisation et de contrôles.

 

 

Le Premier ministre a annoncé que les marchés alimentaires étaient désormais interdits, sauf dérogation s'ils étaient la seule source d'approvisionnement. Comment réagissez-vous à cette annonce ?

 

Avec ce décret ministériel, les maires doivent demander une dérogation au préfet pour que les marchés puissent rester ouverts pour approvisionner la population. Mais dans son article 8, il est bien précisé que les préfets accordent une autorisation non pas liée à un strict besoin d'approvisionnement, mais aussi et surtout sous couvert de conditions d'organisation et de contrôles* !

 

Avec ce décret, vague et ambigu, on essaie de faire croire que c'est de la responsabilité du maire ! Mais c'est le préfet qui décide. C'est l'État qui, au final, doit dire quel marché reste ouvert ou pas. Que l'État assume complètement en disant que les marchés sont fermés et ne laissent pas croire qu'il en est de la responsabilité des maires qui, eux, n'y sont pour rien !

 

 

Ne faut-il pas, dans une telle situation, limiter le nombre de marchés ? À Grenoble, il en existe dix-neuf…

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 50 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Chronique Place Gre'net - RCF : La colère de la MJC - Théâtre Prémol
Chronique Place Gre’net – RCF : La colère de la MJC – Théâtre Prémol

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif? Revenir sur une actualité, Lire plus

Le vide et ses métiers sont à l’hon­neur à Grenoble avec la pre­mière édi­tion du Vacuum Technologies For Tomorrow

FLASH INFO - L'annonce a de quoi surprendre, mais le vide sera à l'honneur à Grenoble les mercredi 29 et jeudi 30 mai 2024 au Lire plus

Rassemblement contre la tansphobie, le dimanche 26 mai 2024 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : plus de 150 per­sonnes ont par­ti­cipé à un ras­sem­ble­ment contre la transphobie

FOCUS - À l'appel du mouvement Contre offensive trans 38 et d'autres associations et collectifs, près de 150 personnes se sont rassemblées rue Félix-Poulat, dimanche Lire plus

Jeudi 23 mai 2024, des représentants de la Métropole et de la Ville de Grenoble visitaient les locaux de l'association Ça déménage. © Joël Kermabon - Place Gre'net
L’association gre­no­bloise Ça démé­nage qui aide les vic­times de vio­lences à quit­ter leur conjoint s’ins­talle à Sassenage

FOCUS - Aider les femmes victimes de violences conjugales à partir de chez elles et leur fournir au maximum ce dont elles ont besoin pour Lire plus

Après restauration, la chapelle Saint-Paul-de-Beauvert à Grenoble rouvre ses portes aux fidèles
Après res­tau­ra­tion, la cha­pelle Saint-Paul-de-Beauvert à Grenoble a rou­vert ses portes aux fidèles

FLASH INFO - La chapelle Saint-Paul-de-Beauvert, avenue Léon-Blum à Grenoble, a rouvert ses portes le samedi 18 mai 2024, après des travaux de restauration menés Lire plus

De gauche à droite : Rida Ghalloudi (Sages), Mathieu Tovenatti (Ogic), Savinien De Pizzol, (agence Dumétier), Isabelle Peters, première adjointe de la Ville de Grenoble et Margot Belair, déléguée à l'Urbanisme lors de la présentation du projet de réhabilitation des Volets Verts de l'Abbaye. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réhabilitation de la cité des Volets verts : « Nous nous bat­trons jusqu’au bout contre ce projet ! »

REPORTAGE - La Ville de Grenoble organisait, mercredi 22 mai 2024, une réunion publique d'information sur la réhabilitation de la cité des Volets verts dans Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !