Virus Covid-19 : “à Grenoble, nous sommes prêts” assurent des spécialistes du CHU Grenoble-Alpes

sep article



 

FOCUS – Des responsables du CHU de Grenoble organisaient, ce vendredi 13 mars, un point de situation sur l’évolution de l’épidémie du virus Covid-19 en Isère. Se déclarant prêt à livrer bataille et s’appuyant sur un dispositif adapté, le CHU reste confiant dans sa capacité à gérer une crise « qui n’en est qu’au début ».

 

 

Virus Covid-19 : “à Grenoble, nous sommes prêts” assurent des spécialistes du CHU Grenoble-AlpesDe gauche à droite : Marie-Reine Mallaret, Laurent Grange, Monique Sorrentino, Olivier Épaulard et Guillaume Debaty. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Marie-Reine Mallaret, Laurent Grange, Monique Sorrentino, Olivier Épaulard et Guillaume Debaty. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Pour l’heure, le virus ne cir­cule pas de façon très impor­tante en Isère. Cependant, on s’at­tend à ce qu’il y ait de plus en plus de per­sonnes infec­tées et à devoir faire face à l’hos­pi­ta­li­sa­tion des cas les plus mar­qués. »

 

Le Pr Olivier Épaulard, infec­tio­logue au CHU Grenoble-Alpes (Chuga) fai­sait le point, ce ven­dredi 13 mars, sur l’é­vo­lu­tion de la situa­tion épi­dé­mio­lo­gique dans le dépar­te­ment.

 

L’entouraient, d’autres res­pon­sables du Chuga : Monique Sorrentino, sa direc­trice, le Dr Laurent Grange, adjoint à la com­mis­sion médi­cale d’é­ta­blis­se­ment, le chef de ser­vice du Samu 38, le Pr Debaty et Marie-Reine Mallaret, méde­cin hygié­niste.

 

Quid des per­sonnes infec­tées ? « Pour cer­taines, comme elles allaient très bien et après accord de l’Agence régio­nale de santé (ARS), elles sont ren­trées à domi­cile sous sur­veillance rap­pro­chée », pré­cise le Pr Épaulard. Une autre par­tie de ces patients, pré­sen­tant des ter­rains plus fra­giles, sont res­tés hos­pi­ta­li­sés encore quelques jours.

 

Pour autant, explique-t-il, « nous ne sommes pas inquiets sur leur état de santé ». En revanche, rajoute l’in­fec­tio­logue, « une per­sonne pré­sente un cas sévère et nous sur­veillons les choses de très près pour elle ».

 

 

Le nombre d’appels reçus au centre 15 a plus que doublé

 

« Il y a une mobi­li­sa­tion excep­tion­nelle de tous les per­son­nels du centre 15 pour assu­rer une réponse à la popu­la­tion », enchaîne le Pr Guillaume Debaty, chef de ser­vice du Samu de l’Isère. Sa prio­rité ? « Nous cher­chons à dépis­ter des patients qui pré­sentent des signes res­pi­ra­toires avec de la fièvre, de la toux ». Le spé­cia­liste insiste : « Il est très impor­tant de ne pas se rendre aux urgences ou de voir son méde­cin trai­tant sans avoir une éva­lua­tion préa­lable quand on est symp­to­ma­tique ».

 

Covid-19 : “Au CHU Grenoble-Alpes, nous sommes prêts !”Des régulatrices du Samu 38 à l'écoute des appels d'urgence. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Des régu­la­trices du Samu 38 à l’é­coute des appels d’ur­gence. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le centre 15 très sol­li­cité ? « Nous notons une aug­men­ta­tion très impor­tante des appels depuis le début de la semaine. Alors que la moyenne est habi­tuel­le­ment de 2 500, nous en sommes actuel­le­ment à 5 600 par jour », indique l’ur­gen­tiste. Pour faire face à cet afflux et ren­for­cer le centre 15, le Samu a fait appel à des volon­taires.

 

Soit la mobi­li­sa­tion de quelques 120 méde­cins libé­raux ou retrai­tés appuyés par des étu­diants en méde­cine et des internes du CHU. « Tous ont reçu une for­ma­tion spé­ci­fique et ne répondent que sur ce type d’ap­pels », sou­ligne ce spé­cia­liste de l’ur­gence.

 

« Quand les patients appellent, on les oriente en fonc­tion des élé­ments qu’ils nous trans­mettent sur une prise en charge ambu­la­toire le plus sou­vent. Pour cer­tains patients qui pré­sentent des cri­tères, c’est une indi­ca­tion de dépis­tage qui est réa­li­sée avec le ser­vice des mala­dies infec­tieuses », explique Guillaume Debaty.

 

Des dépis­tages du Covid-19 qui sont pas­sés d’une moyenne de dix par jour à plus de soixante, voire même soixante-dix. « Nous anti­ci­pons que cela va conti­nuer à aug­men­ter, augure le pro­fes­seur. Nous avons des capa­ci­tés pour faire face au triple. Si nous res­tons vigi­lants, nous ne sommes pas inquiets. »

 

 

La lutte contre le virus Covid-19 s’organise au CHU

 

Le Covid-19 est-il vrai­ment une menace ? « La dan­ge­ro­sité de ce nou­veau virus, on la découvre petit à petit. Si nous sommes un peu moins inquiets de la forte mor­ta­lité qu’il pou­vait y avoir ini­tia­le­ment, nous sommes sur une infec­tion qui est poten­tiel­le­ment plus grave que la grippe sai­son­nière », reprend Olivier Épaulard. Qui décrit une situa­tion com­plexe. « Les don­nées que nous rece­vons sur le virus sont, sinon contra­dic­toires, du moins hété­ro­gènes quant aux taux de mor­ta­lité », indique-t-il.

 

Le pavillon Dauphiné, siège de la direction générale du CHU Grenoble-Alpes. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le pavillon Dauphiné, siège de la direc­tion géné­rale du CHU Grenoble-Alpes. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Comment le CHU qui enre­gistre l’hos­pi­ta­li­sa­tion de plus de 3 000 patients, 3 400 consul­ta­tions et 300 pas­sage aux urgences par jour va-t-il faire face à la crise ? « La plu­part des patients infec­tés sont admis dans le ser­vice des mala­dies infec­tieuses qui com­prend 27 lits. Des chambres indi­vi­duelles ou à pres­sion néga­tive avec du per­son­nel entraîné et formé aux patients conta­gieux », décrit Marie-Reine Mallaret.

 

« Actuellement, nous trans­fé­rons les patients qui n’ont pas le coro­na­vi­rus dans d’autres ser­vices pour pou­voir dis­po­ser d’une unité com­plète en cas de besoin », rap­porte l’hy­gié­niste. Ce pour les patients dont les cas ne sont pas trop graves. Pour ceux qui pré­sentent un syn­drome de détresse res­pi­ra­toire, « nous dis­po­sons du ser­vice de réani­ma­tion de 18 lits qui en a éga­le­ment libé­rés », pour­suit Marie-Reine Mallaret. « Au total, nous pou­vons aller jus­qu’à 100 lits de réani­ma­tion en trans­for­mant les salles de réveil des blocs opé­ra­toires », assure-t-elle.

 

« Nous nous préparons à une crise sanitaire avec un afflux de patients »

 

« Le CHU se pré­pare à une crise sani­taire avec un afflux de patients néces­si­tant de la réani­ma­tion. Nous y sommes pré­pa­rés, la com­mu­nauté hos­pi­ta­lière est d’ores et déjà mobi­li­sée », veut ras­su­rer Laurent Grange. « C’est une vraie bataille que nous allons mener. Non pas pour quelques jours, mais bel et bien pour quelques semaines », appuie-t-il.

 

L’objectif visé ? Libérer du temps médi­cal et para­mé­di­cal pour prendre en charge les patients infec­tés. Mais aussi d’autres puisque l’hô­pi­tal va conti­nuer à tra­vailler et accueillir des patients. « Pour cela, il va fal­loir arrê­ter d’autres acti­vi­tés non indis­pen­sables », expose Laurent Grange.

 

De gauche à droite : Laurent Grange, Monique Sorrentino, Olivier Épaulard et Guillaume Debaty. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Laurent Grange, Monique Sorrentino, Olivier Épaulard et Guillaume Debaty. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ainsi, pour­suit-il, « nous com­men­çons à dépro­gram­mer toutes les chi­rur­gies non indis­pen­sables, telles des poses de pro­thèses. La télé­con­sul­ta­tion sera éga­le­ment pri­vi­lé­giée pour évi­ter aux patients fra­giles de venir dans un endroit poten­tiel­le­ment conta­miné. » De sur­croît, la cel­lule de crise déjà en fonc­tion va se réunir quo­ti­dien­ne­ment afin de coor­don­ner et de conso­li­der  l’en­semble du dis­po­si­tif.

 

« Nous allons gagner cette bataille. Nous savons faire, nous en avons les capa­ci­tés avec des moyens humains et maté­riels. Nous avons pla­ni­fié tout cela, il faut ras­su­rer la popu­la­tion ! », insiste-t-il. « Prévoir, c’est gou­ver­ner, réplique Olivier Épaulard. Nous sommes prêts à rece­voir ce virus Covid-19 et ces patients ! »

 

 

Des points de situation hebdomadaires à compter du 20 mars

 

« Bien évi­dem­ment, nous ne tra­vaillons pas tout seuls mais aussi avec les autres éta­blis­se­ments », ren­ché­rit Monique Sorrentino. En l’oc­cur­rence, là aussi, l’u­nion fait la force. « L’ARS tra­vaille à les mobi­li­ser ensemble autant que de besoin », affirme la direc­trice du CHU.

 

De gauche à droite : Monique Sorrentino, directrice du CHU de Grenoble et Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Monique Sorrentino, direc­trice du CHU de Grenoble et Sophie Cluzel, secré­taire d’État en charge des per­sonnes han­di­ca­pées. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous pen­sons aussi à la suite. Les patients ne pour­ront peut-être pas ren­trer chez eux direc­te­ment. Pour ça, nous avons déjà tra­vaillé avec les éta­blis­se­ments de Services de suite et de réédu­ca­tion (SSR) pour pou­voir libé­rer des lits », assure le Pr Épaulard.

 

Avant que Monique Sorrentino, sou­cieuse de pré­ven­tion, ne rap­pelle les règles garan­tis­sant la sécu­rité des patients, des per­son­nels ainsi que celle des visi­teurs dans l’en­ceinte du CHU.

 

Tout autant que les fameux gestes bar­rière, qu’elle juge « très effi­caces » pour se pré­ve­nir, tant que faire se peut, du virus Covid-19.

 

Bien que la crise s’an­nonce d’im­por­tance Monique Sorrentino reste confiante. « Nous sommes pré­pa­rés à la prendre en charge. Nous avons des per­son­nels aguer­ris et des orga­ni­sa­tions qui fonc­tionnent pour gérer ce dis­po­si­tif », syn­thé­tise la direc­trice du CHU.

 

Par ailleurs, pour assu­rer un meilleur suivi des actions en cours sur le Covid-19, le CHU annonce la tenue de points de situa­tion heb­do­ma­daires à comp­ter de ce pro­chain ven­dredi 20 mars.

 

Joël Kermabon

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
9440 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.