Une Jeunes Majeurs © Lise Gaeta Place Gre'net

Après leur départ de l’é­glise Saint-Paul, les jeunes majeurs étran­gers tou­jours à la rue à Grenoble

Après leur départ de l’é­glise Saint-Paul, les jeunes majeurs étran­gers tou­jours à la rue à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – La qua­ran­taine de jeunes majeurs qui occu­paient l’é­glise Saint-Paul depuis le 21 février der­nier ont quitté les lieux comme prévu ce lundi 9 mars. La muni­ci­pa­lité, la métro­pole, le dépar­te­ment et la pré­fec­ture, qu’ils ont suc­ces­si­ve­ment sol­li­ci­tés, se ren­voient la balle, évo­quant notam­ment des dif­fi­cul­tés liées au coronavirus. 

Une Jeunes Majeurs © Lise Gaeta Place Gre'net

© Lise Gaeta – Place Gre’net

« Étudiants le jour, SDF la nuit. » 41 jeunes majeurs ont été héber­gés par le dio­cèse de manière tem­po­raire en février, après avoir investi l’é­glise Saint-Paul. Ils s’é­taient retrou­vés à la rue à leur majo­rité après avoir été logés par l’Aide sociale à l’en­fance (Ase)

Ces jeunes majeurs, sou­te­nus par un col­lec­tif de plus de 45 asso­cia­tions1Des pro­fes­seurs, des pro­fes­sion­nels sociaux, des asso­cia­tions d’aide aux migrants et per­sonnes dému­nies ou encore le dio­cèse qui a trouvé des solu­tions d’ac­cueil tem­po­raire., ont res­pecté leur enga­ge­ment de quit­ter les lieux à la fin des vacances sco­laires. Et de les rendre dans l’état où ils les avaient trou­vés, comme Monseigneur Guy de Kerimel le leur avait demandé.

Durant cette période, ils ont mul­ti­plié ras­sem­ble­ments, mani­fes­ta­tions, confé­rences de presse et cour­riers au dépar­te­ment, à la métro, à la pré­fec­ture, au rec­to­rat, et dans l’espace public. Objectif : que leur soit trouvé un loge­ment et qu’ils puissent à nou­veau béné­fi­cier du Contrat jeune majeur (cf. enca­dré). De quoi leur per­mettre de ter­mi­ner leurs études avec « des condi­tions de vie décentes ».

Le contrat jeune majeur

Selon l’article L221‑1 du Code de l’action sociale et des familles (CASF), l’objectif du contrat jeune majeur est « d’apporter un sou­tien maté­riel, édu­ca­tif et psy­cho­lo­gique (…) aux majeurs âgés de moins de 21 ans, confron­tés à des dif­fi­cul­tés fami­liales, sociales et édu­ca­tives sus­cep­tibles de com­pro­mettre gra­ve­ment leur équi­libre (…) » ou, d’après l’article L222‑5 dudit code, « qui éprouvent des dif­fi­cul­tés d’insertion sociale, faute de res­sources ou d’un sou­tien fami­lial suffisant »

Un contrat qui leur a été refusé. Aujourd’hui en situa­tion irré­gu­lière en France, ils ont donc reçu une obli­ga­tion de quit­ter le ter­ri­toire fran­çais (OQTF).

Ces jeunes majeurs disent refu­ser des emplois, faute de situa­tion régulière

Les asso­cia­tions qui les sou­tiennent et ces jeunes majeurs eux-mêmes l’as­surent : demeu­rant en France depuis plu­sieurs années et sui­vant des for­ma­tions pro­fes­sion­nelles, ils veulent tra­vailler et s’in­té­grer à la société française.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Orientés vers des métiers dits « sous ten­sion », man­quant de main d’œuvre (maçon­ne­rie, pein­ture, bou­lan­ge­rie), ces jeunes doivent refu­ser des emplois faute de situa­tion régulière.

Ils déplorent l’i­nac­tion des col­lec­ti­vi­tés locales et de la mai­rie. « Éric Piolle n’est même pas venu nous voir à l’é­glise Saint-Paul. » Dans une confron­ta­tion au Parc Paul-Mistral entre le maire et les jeunes, l’élu a tou­te­fois assuré avoir envoyé des cour­riers à la pré­fec­ture et au conseil dépar­te­men­tal pour appuyer leur demande.

« On ne part pas de chez soi par choix »

Mineurs iso­lés à leur arri­vée en France, ces jeunes sont pour la plu­part ori­gi­naires d’Afrique de l’Ouest (Mali, Guinée, Côte d’Ivoire) dont ils disent fuir l’in­sé­cu­rité. « On ne part pas de chez soi par choix », assurent-ils. « Nous aussi, on est les enfants de quelqu’un… »

Un porte-parole de ces jeunes en situa­tion pré­caire témoigne. Arrivé en France à 16 ans, il a été aidé par l’Aide sociale à l’en­fance en tant que mineur isolé. Maintenant âgé de 20 ans, il suit une for­ma­tion de maçon­ne­rie mais, chaque soir, il dort dehors depuis deux ans. Idem pour un autre jeune, « en plein exa­men ». Alors qu’il vivait jus­qu’à sa majo­rité en famille d’ac­cueil, cette der­nière lui demande aujourd’­hui de récu­pé­rer ses affaires alors qu’il vit sous les ponts.

Des situa­tions qui se répètent pour cha­cun des jeunes majeurs. La pré­fec­ture a annoncé pro­cé­der au cas par cas mais les étu­diants refusent. Il veulent une solu­tion com­mune : « un toit, une école, des papiers pour tous » pour ne pas qu”« indi­gnité et injus­tice deviennent une banalité ». 

Lise Gaeta

1 Des pro­fes­seurs, des pro­fes­sion­nels sociaux, des asso­cia­tions d’aide aux migrants et per­sonnes dému­nies ou encore le dio­cèse qui a trouvé des solu­tions d’ac­cueil temporaire.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

LGa

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Guerre en Ukraine : alors que le conflit se pour­suit, la Ville de Grenoble appelle de nou­veau à la solidarité

FLASH INFO - La guerre en Ukraine entre dans son sixième mois. Des milliers d’Ukrainiens sont morts et des millions se sont exilés. Face à Lire plus

© Manuel Pavard - Place Gre'net
Campement du parc de l’Alliance : la Ville de Grenoble dénonce une opé­ra­tion de police menée « sans concer­ta­tion », la pré­fec­ture dément

FOCUS - La police nationale est intervenue, ce mardi 14 juin 2022, dans le parc de l'Alliance où une quinzaine de migrants, originaires pour la Lire plus

Centre d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence de Voreppe : des condi­tions de vie jugées « indignes » par les résidents

FOCUS - Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées à l'appel de plusieurs collectifs, ce mardi 1er mars 2022, devant les locaux d'Ajhiralp, à Grenoble, Lire plus

Traite d'êtres humains : l'affaire des restaurants isérois devant la justice
Traite d’êtres humains : le tri­bu­nal de Lyon juge durant deux semaines l’af­faire des res­tau­rants du Sud-Est

FOCUS - Le procès de la tentaculaire affaire de traite d'êtres humains dans le Sud-Est de la France s'est ouvert ce lundi 6 décembre 2021 Lire plus

Les familles albanaises et macédoniennes occupant la bibliothèque Alliance ont été expulsées par la police tandis que le campement attenant a été détruit, ce mercredi 1er décembre 2021, en fin d'après-midi. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : La police éva­cue la biblio­thèque Alliance, occu­pée depuis la veille par des familles alba­naises et macédoniennes

FOCUS - La police a évacué la bibliothèque Alliance et détruit le camp attenant, ce mercredi 1er décembre 2021, en fin d'après-midi. Une quarantaine d'Albanais Lire plus

Photo depuis le campement des Roms rue des Alliés qui révèle la proximité avec l'entrepôt Richardson incendié © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Retour des migrants dans le cam­pe­ment incen­dié à Grenoble : les asso­cia­tions sur le pont pour leur relogement

FIL INFO - Cinq jours après l'incendie de l'entrepôt Richardson parti depuis un campement de Roms rue des Alliés à Grenoble, l'association Droit au logement Lire plus

Flash Info

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

|

04/08

17h00

|

|

04/08

12h07

|

|

03/08

15h57

|

|

03/08

13h04

|

Les plus lus

Flash info| Séparatisme et com­mu­nau­ta­risme : le pré­fet de l’Isère demande des expli­ca­tions face aux bur­ki­nis dans une pis­cine de Grenoble

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Environnement| « Chasses pré­si­den­tielles » en Isère : le mili­tant Jean-François Noblet condamné pour diffamation

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin