Catherine Brun, une femme révoltée contre les injustices et le capitalisme

sep article

 

PORTRAIT INTERACTIF – À 62 ans, Catherine Brun, tête de la liste Lutte ouvrière, se présente pour la troisième fois aux élections municipales à Grenoble. Dans son appartement, à la Villeneuve, cette femme entière et dévouée au camp des travailleurs  nous reçoit pour expliquer son parcours et son engagement.

 

 

Avec ses che­veux courts, on lui prê­te­rait volon­tiers une cer­taine res­sem­blance avec Arlette Laguiller. Et quand elle s’en­flamme contre le capi­ta­lisme – ce qui lui arrive tôt ou tard, que ce soit en mee­ting ou face à son inter­lo­cu­teur – on croi­rait entendre le même « flow » que celui de l’ex lea­der cha­ris­ma­tique de LO, ou de Nathalie Arthaud qui tient désor­mais les rênes du parti. La filia­tion idéo­lo­gique, entre ces trois femmes, ne fait du reste aucun doute.

 

[

 

Dans ces muni­ci­pales, Catherine Brun se consi­dère comme une can­di­date qui « tranche » par ses idées. Le seul mes­sage qu’elle tient à faire pas­ser à l’oc­ca­sion de ces élec­tions est celui que porte, sans relâche, son parti.

 

« Il faut atta­quer le pou­voir des capi­ta­listes à la racine […], mar­tèle Catherine Brun, ll faut que les tra­vailleurs prennent les com­mandes et qu’ils expro­prient cette classe de para­sites mul­ti­mil­liar­daires. Il faut ren­ver­ser la bour­geoi­sie. Tout ce qu’on pourra arra­cher, il fau­dra le faire par des luttes déter­mi­nées, conscientes et explo­sives de ce monde du tra­vail », déroule-t-elle, avec force et convic­tion.

 

 

« Ce monde ne changera pas par un bulletin de vote » assure Catherine brun

 

À la dif­fé­rence de tous les autres can­di­dats et de « leurs pro­messes plus men­son­gères que déma­go­giques les unes que les autres », Catherine Brun est per­sua­dée de tenir un dis­cours de vérité, tou­chant le cœur du pro­blème.

 

Catherine Brun, tête de liste LO en lice pour les municipales 2020 à Grenoble, le 4 mars © Séverine Cattiaux- Place Gre'net

Catherine Brun, tête de liste LO en lice pour les muni­ci­pales 2020 à Grenoble, le 4 mars © Séverine Cattiaux- Place Gre’net

« Ce monde ne chan­gera pas par un bul­le­tin de vote à l’échelle de la muni­ci­pa­lité (…) », affirme-t-elle. « La pré­oc­cu­pa­tion des gens, ce n’est pas d’avoir plus d’arbres, iro­nise la mili­tante LO, raillant « tous ces pro­grammes qui se repeignent en vert ».

 

« La pré­oc­cu­pa­tion des gens, reprend-elle, c’est le chô­mage, c’est le loge­ment, c’est la pré­ca­rité… J’entends beau­coup de per­sonnes me dire : “Je suis obligé(e) de bos­ser les week-ends, sinon je n’y arrive pas”, “J’ai tou­jours peur d’être licencié(e)”. Voilà c’est de cela qu’on dis­cute aujourd’­hui dans la cam­pagne ! » C’est peu dire que ce bout de femme dégage de l’énergie et de la pug­na­cité. Et force est de consta­ter que la mili­tante ne se contente pas de mots. Elle agit éga­le­ment au quo­ti­dien.

 

 

Terreau militant et féministe

 

Née à Bourg-en-Bresse dans l’Ain, Catherine Brun est la deuxième fille d’un couple d’instituteurs. Le goût des luttes et des com­bats lui vient de sa mère, une pion­nière du mou­ve­ment pour la liberté de l’avortement et de la contra­cep­tion (MLAC).

 

Tête de liste LO en lice pour les municipales 2020 à Grenoble, le 4 mars © Séverine Cattiaux- Place Gre'net

Catherine Brun en com­pa­gnie d’une habi­tant et mili­tante du quar­tier Villeneuve © Séverine Cattiaux- Place Gre’net

« J’ai le sou­ve­nir de ce com­bat qu’elle a mené. Mon père était avec elle entiè­re­ment à ses côtés », tient-elle à pré­ci­ser. Chez elle, se tenaient des réunions, « quasi clan­des­tines », avec des méde­cins pour par­ler de tous ces sujets.

 

C’est encore une femme, sa grand-mère mater­nelle, qui façonne sa vie sur le plan per­son­nel et comme mili­tante. Abandonnée par son mari, l’employée de bureau peine à joindre les deux bouts et doit éle­ver seule ses deux enfants. « Elle a tou­jours été fon­da­men­ta­le­ment géné­reuse, tou­jours prête à aider les autres », se remé­more Catherine Brun, emplie d’ad­mi­ra­tion.

 

 

Membre de Lutte ouvrière dès l’université

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
1871 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.