Delphine Batho demande depuis Grenoble un moratoire sur la 5G… déjà expérimentée en douce sur la ville

sep article

Fête comme chez vous Ville de Grenoble

 

EN BREF — L’ancienne ministre de l’Écologie et présidente de Génération Écologie

Delphine Batho participe à une rencontre organisée par la liste Grenoble en commun, ce vendredi 6 mars. La députée lancera un appel au moratoire sur le développement de la 5G en France, une technologie qui a pourtant déjà fait l’objet d’une expérimentation à Grenoble dans le courant de l’année 2019.

 

 

« Les défis de la santé environnementale et […] les incertitudes liées à la technologie 5G ». Tels sont les thèmes qui seront abordés par Delphine Batho, à l’occasion d’une rencontre organisée à Grenoble par la liste Grenoble en commun. L’équipe de campagne du maire sortant Éric Piolle donne rendez-vous aux Grenoblois le vendredi 6 mars à la Maison Commune de Grenoble, 8 rue Brocherie.

 

Delphine Batho aux côtés d'Éric Piolle lors d'une manifestation au barrage de Saint-Égrève © Joël Kermabon - Place Gre'net

Delphine Batho aux côtés d’Éric Piolle lors d’une manifestation au barrage de Saint-Égrève. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Initialement membre du Parti socialiste et porte-parole de campagne du candidat à la présidentielle François Hollande en 2012, Delphine Batho a tout d’abord été nommée ministre déléguée à la Justice, avant de devenir ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Un poste dont elle a été relevée quelques mois plus tard, après avoir considéré que le budget du gouvernement n’était « pas bon ». Elle est aujourd’hui députée et présidente de Génération Écologie.

 

 

Une expérimentation 5G au CEA de Grenoble

 

À l’occasion de sa venue à Grenoble, Delphine Batho « interpellera le gouvernement pour demander un moratoire sur le déploiement de la 5G », écrit Grenoble en commun. Sujet très sensible, la mise en place de la 5G n’a quasiment pas été abordée au cours de la campagne des municipales. Sauf par la Commune est à nous, qui s’est prononcée contre la 5G. Et le Parti Popolitique, qui proposait dans son programme de faire de Grenoble une « ville bas-débit » et de réinstaurer des cabines téléphoniques.

 

Beaucoup s'inquiètent du déploiement de la 5G. DR

Beaucoup s’inquiètent du déploiement de la 5G. DR

Le 1er février 2020, l’Association démocratie écologie solidarité (Ades), proche de la municipalité grenobloise, a toutefois publié un texte appelant à « refuser l’implantation d’une technologie dont on ne connaît pas les risques ». Et rappelé qu’un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) « déplor[ait] un manque de données essentielles » pour évaluer les dangers potentiels de la 5G. Une pétition mise en ligne a même recueilli à ce jour près de 70 000 signatures.

 

Grenoble, ville anti-5G ? Le maire sortant s’est récemment fait égratigner par Le Canard Enchaîné sur la question. Dans un article titré « La 5G, détecteur de mensonges », l’hebdomadaire satirique écrit ainsi : « Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, n’a […] rien trouvé à redire au fait que, dans sa ville comme dans une cinquantaine d’autres, des expérimentations 5G localisées soient en cours (sans que les citoyens aient été consultés, bien sûr) ».

 

Delphine Batho demande depuis Grenoble un moratoire sur la 5G… déjà expérimentée en douce sur la villeLe CEA a reçu l'autorisation de tester la 5G au mois de juillet 2019 © Chloé Ponset - Place Gre'net

Le CEA a reçu l’autorisation de tester la 5G au mois de juillet 2019. © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

Des expérimentations 5G sur Grenoble étaient annoncée dès le début de l’année 2018 par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes. Une nouvelle que le président de la Métro Christophe Ferrari accueillait alors avec enthousiasme. Le 23 juillet 2019, l’Arcep autorisait le CEA de Grenoble à « utiliser des fréquences de la bande 26 GHz pour des expérimentations 5G à Grenoble ». Une expérimentation de six mois, aujourd’hui terminée.

 

Florent Mathieu

 

Mots-clés : , , , ,
commentez lire les commentaires
3718 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. sep article
  2. Purée, Pierre Isère et Désintox ont réagi avant moi !
    Pour débiter d’énormes bêtises…..
    Avant, on avait Caro (Caronavirus) qui représentait un front piollesque totalement aveugle mais qui valait autant que les intervenants sus-nommés.
    Tout le drame de 2020 est ici : d’un côté les réacs, voire les fachos purs et simples (la corruption Carignon sur plan financier n’excluait d’ailleurs pas le communautarisme le plus éhonté) , de l’autre les nouveaux totalitaires du Bien.
    Au milieu, les électeurs de Chalas et de Noblecourt.
    On va perdre.
    Mais la tête haute.
    Parés pour le tranchant de la guillotine.

    sep article
  3. Le réchauffement climatique n’existe pas, sauf pour Maître Eric, le seul à être en tee-shirt, bras nus, alors que tous les autres se pèlent…..

    sep article
  4. Le lobbying anti-5G est basé sur des fake news. Aucun effet néfaste n’a été formellement démontré, aucun indice sérieux ne justifie un quelconque principe de précaution.

    Éric Piolle a eu raison de ne pas lancer de consultation citoyenne sur le sujet.

    sep article
  5. Je crois la 5G moins dangereuse que la bêtise….
    Si Eric Piolle ne tombe pas dans l’obscurantisme anti-scientifique qui a pu se manifester à travers quelques incendies locaux récents, tant mieux !
    Il doit se souvenir qu’il a une formation d’ingénieur….

    sep article
  6. sep article
  7. Les Grenoblois auraient
    apprécié que Piolle s’inquiéte de la santé des Grenoblois.

    Plutôt qu’il nous impose son CVCM, Cœur de Ville Cœur de Metrople qui produit embouteillages, bruits et pollution dans et autour de Grenoble pour des dizaines de milliers d’habitants et metropolitains.

    Idem pour les terrasses qu’il a autorisées partout, nuisances sonores à la clef pour les riverains immédiats et alentours, sans oublier les milliers de mégots jetés par terre par leurs clients, se retrouvant en partie dans les égouts donc les fleuves ensuite.

    De la santé des  jeunes qui se procurent auprès des nombreux deal de drogue qu’il a laissé prospérer à Grenoble tout en militant pour la légalisation, de quoi fumer et qu’ils peuvent consommer aux terrasses de bars dans l’indifférence du 1er officier de police judiciaire de Grenoble qu’Eric piolle est!

    En se passant d’abattre nos grands arbres bienfaiteurs pour les remplacer par du beton, bientôt les platanes de l’esplanade, tout en créant des îlots de chaleurs.

    sep article