Delphine Batho demande depuis Grenoble un moratoire sur la 5G… déjà expérimentée en douce sur la ville

sep article



 

EN BREF — L’ancienne ministre de l’Écologie et présidente de Génération Écologie

Delphine Batho participe à une rencontre organisée par la liste Grenoble en commun, ce vendredi 6 mars. La députée lancera un appel au moratoire sur le développement de la 5G en France, une technologie qui a pourtant déjà fait l’objet d’une expérimentation à Grenoble dans le courant de l’année 2019.

 

 

« Les défis de la santé envi­ron­ne­men­tale et […] les incer­ti­tudes liées à la tech­no­lo­gie 5G ». Tels sont les thèmes qui seront abor­dés par Delphine Batho, à l’oc­ca­sion d’une ren­contre orga­ni­sée à Grenoble par la liste Grenoble en com­mun. L’équipe de cam­pagne du maire sor­tant Éric Piolle donne ren­dez-vous aux Grenoblois le ven­dredi 6 mars à la Maison Commune de Grenoble, 8 rue Brocherie.

 

Delphine Batho aux côtés d'Éric Piolle lors d'une manifestation au barrage de Saint-Égrève © Joël Kermabon - Place Gre'net

Delphine Batho aux côtés d’Éric Piolle lors d’une mani­fes­ta­tion au bar­rage de Saint-Égrève. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Initialement membre du Parti socia­liste et porte-parole de cam­pagne du can­di­dat à la pré­si­den­tielle François Hollande en 2012, Delphine Batho a tout d’a­bord été nom­mée ministre délé­guée à la Justice, avant de deve­nir ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Un poste dont elle a été rele­vée quelques mois plus tard, après avoir consi­déré que le bud­get du gou­ver­ne­ment n’é­tait « pas bon ». Elle est aujourd’­hui dépu­tée et pré­si­dente de Génération Écologie.

 

 

Une expérimentation 5G au CEA de Grenoble

 

À l’oc­ca­sion de sa venue à Grenoble, Delphine Batho « inter­pel­lera le gou­ver­ne­ment pour deman­der un mora­toire sur le déploie­ment de la 5G », écrit Grenoble en com­mun. Sujet très sen­sible, la mise en place de la 5G n’a qua­si­ment pas été abor­dée au cours de la cam­pagne des muni­ci­pales. Sauf par la Commune est à nous, qui s’est pro­non­cée contre la 5G. Et le Parti Popolitique, qui pro­po­sait dans son pro­gramme de faire de Grenoble une « ville bas-débit » et de réins­tau­rer des cabines télé­pho­niques.

 

Beaucoup s'inquiètent du déploiement de la 5G. DR

Beaucoup s’in­quiètent du déploie­ment de la 5G. DR

Le 1er février 2020, l’Association démo­cra­tie éco­lo­gie soli­da­rité (Ades), proche de la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise, a tou­te­fois publié un texte appe­lant à « refu­ser l’implantation d’une tech­no­lo­gie dont on ne connaît pas les risques ». Et rap­pelé qu’un rap­port de l’Agence natio­nale de sécu­rité sani­taire (Anses) « déplor[ait] un manque de don­nées essen­tielles » pour éva­luer les dan­gers poten­tiels de la 5G. Une péti­tion mise en ligne a même recueilli à ce jour près de 70 000 signa­tures.

 

Grenoble, ville anti-5G ? Le maire sor­tant s’est récem­ment fait égra­ti­gner par Le Canard Enchaîné sur la ques­tion. Dans un article titré « La 5G, détec­teur de men­songes », l’heb­do­ma­daire sati­rique écrit ainsi : « Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, n’a […] rien trouvé à redire au fait que, dans sa ville comme dans une cin­quan­taine d’autres, des expé­ri­men­ta­tions 5G loca­li­sées soient en cours (sans que les citoyens aient été consul­tés, bien sûr) ».

 

Delphine Batho demande depuis Grenoble un moratoire sur la 5G… déjà expérimentée en douce sur la villeLe CEA a reçu l'autorisation de tester la 5G au mois de juillet 2019 © Chloé Ponset - Place Gre'net

Le CEA a reçu l’au­to­ri­sa­tion de tes­ter la 5G au mois de juillet 2019. © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

Des expé­ri­men­ta­tions 5G sur Grenoble étaient annon­cée dès le début de l’an­née 2018 par l’Autorité de régu­la­tion des com­mu­ni­ca­tions élec­tro­niques et des postes. Une nou­velle que le pré­sident de la Métro Christophe Ferrari accueillait alors avec enthou­siasme. Le 23 juillet 2019, l’Arcep auto­ri­sait le CEA de Grenoble à « uti­li­ser des fré­quences de la bande 26 GHz pour des expé­ri­men­ta­tions 5G à Grenoble ». Une expé­ri­men­ta­tion de six mois, aujourd’­hui ter­mi­née.

 

Florent Mathieu

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
Marqué avec , , , ,
commentez lire les commentaires
4911 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. sep article
  2. Purée, Pierre Isère et Désintox ont réagi avant moi !
    Pour débi­ter d’é­normes bêtises.….
    Avant, on avait Caro (Caronavirus) qui repré­sen­tait un front piol­lesque tota­le­ment aveugle mais qui valait autant que les inter­ve­nants sus-nom­més.
    Tout le drame de 2020 est ici : d’un côté les réacs, voire les fachos purs et simples (la cor­rup­tion Carignon sur plan finan­cier n’ex­cluait d’ailleurs pas le com­mu­nau­ta­risme le plus éhonté) , de l’autre les nou­veaux tota­li­taires du Bien.
    Au milieu, les élec­teurs de Chalas et de Noblecourt.
    On va perdre.
    Mais la tête haute.
    Parés pour le tran­chant de la guillo­tine.

    sep article
  3. Le réchauf­fe­ment cli­ma­tique n’existe pas, sauf pour Maître Eric, le seul à être en tee-shirt, bras nus, alors que tous les autres se pèlent.….

    sep article
  4. Le lob­bying anti-5G est basé sur des fake news. Aucun effet néfaste n’a été for­mel­le­ment démon­tré, aucun indice sérieux ne jus­ti­fie un quel­conque prin­cipe de pré­cau­tion.

    Éric Piolle a eu rai­son de ne pas lan­cer de consul­ta­tion citoyenne sur le sujet.

    sep article
  5. Je crois la 5G moins dan­ge­reuse que la bêtise.…
    Si Eric Piolle ne tombe pas dans l’obs­cu­ran­tisme anti-scien­ti­fique qui a pu se mani­fes­ter à tra­vers quelques incen­dies locaux récents, tant mieux !
    Il doit se sou­ve­nir qu’il a une for­ma­tion d’in­gé­nieur.…

    sep article
  6. sep article
  7. Les Grenoblois auraient
    appré­cié que Piolle s’in­quiéte de la santé des Grenoblois.

    Plutôt qu’il nous impose son CVCM, Cœur de Ville Cœur de Metrople qui pro­duit embou­teillages, bruits et pol­lu­tion dans et autour de Grenoble pour des dizaines de mil­liers d’ha­bi­tants et metro­po­li­tains.

    Idem pour les ter­rasses qu’il a auto­ri­sées par­tout, nui­sances sonores à la clef pour les rive­rains immé­diats et alen­tours, sans oublier les mil­liers de mégots jetés par terre par leurs clients, se retrou­vant en par­tie dans les égouts donc les fleuves ensuite.

    De la santé des  jeunes qui se pro­curent auprès des nom­breux deal de drogue qu’il a laissé pros­pé­rer à Grenoble tout en mili­tant pour la léga­li­sa­tion, de quoi fumer et qu’ils peuvent consom­mer aux ter­rasses de bars dans l’in­dif­fé­rence du 1er offi­cier de police judi­ciaire de Grenoble qu’Eric piolle est !

    En se pas­sant d’a­battre nos grands arbres bien­fai­teurs pour les rem­pla­cer par du beton, bien­tôt les pla­tanes de l’es­pla­nade, tout en créant des îlots de cha­leurs.

    sep article